Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2014 5 31 /10 /octobre /2014 18:20
Le Medef, on ne peu plus réactionnaire.

Pierre Gattaz, patron du Medef veut supprimer l’obligation de justifier un licenciement. Pour y arriver il propose que « la France sorte de la convention 158 de l’organisation internationale du Travail (OIT). On peut aussi rétablir le travail des enfants dans les mines, tant qu’il y est.

Il ne se passe pas un jour sans que les patrons, le Premier Ministre et des membres du gouvernement multiplient les propositions de régression sociales : l’augmentation des seuils sociaux, la création d’un contrat de travail unique, la remise en cause des 35 heures, et maintenant la suppression de l’obligation de justifier un licenciement.

Les salariés qui subissent tous les jours le harcèlement au travail, les quinquénaires que l’on jette comme des mal propre sur un marché du travail qui ne veut plus d’eux, les jeunes qui doivent enchainer les stages et au mieux les CDD … C’est à un retour en arrière d’un siècle que ce beau monde nous propose de revenir.

Mais ceux-ci se réservent les bonus, les retraites chapeaux, les dividendes extravagants aux actionnaires et des augmentations énormes … Mais où veut en venir le patronat : à une explosion sociale ?

Bien sûr l’argument de masse serait qu’une telle mesure favoriserait l’emploi, puisqu’ainsi on pourrait prendre et jeter les travailleurs comme des kleenex au grès de l’envie et des circonstances.

L’aveu de Pierre Gattaz : « Les chefs d'entreprise, quand ils peuvent embaucher, craignent de se trouver devant les prud'hommes s'ils rompent le contrat ». C’est tout de même une disposition qui apporte le minimum de protection aux salariés, pourquoi ne pas supprimer du coup le corps des inspecteurs du travail ? Et en augmentant les seuils sociaux, privés de délégués du personnel, de Comité d’entreprise et de CHSCT, on imagine l’enfer que deviendrait le monde du travail …

C’est ce qu’ils appellent « la flexibilité du marché du travail », jolie expression pour désigner un monde du travail où le patron serait roi et les salariés des esclaves corvéables à merci.

Mais il reste encore un ministre socialiste qui n’a pas renié ses engagements, Marylise Lebranchu, la ministre de la Fonction, publique a tranché net, en qualifiant de « très conservateur et un peu archaïque » les propos de M. Gattaz et le soupçonne , de vouloir retourner dans un passé très, très lointain ».

Le climat devient de plus en plus malsain, il est temps que la conscience des travailleurs se réveille et qu’ils prennent leur destin en main par les luttes, comme ce qui se passe actuellement en Allemagne et au Royaume Uni.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 21:03

Alors que chaque jour qui passe, le gouvernement explique aux français qu’il faut se serrer la vis, que les classes moyennes (4000 euros/mois) sont les principales cibles des augmentations d’impôts, il est une « classe toute particulière ,» celle des membres des cabinets ministériels qui eux connaissent surtout l’augmentation de leurs revenus.

René Dosière est un parlementaire consciencieux qui traque systématiquement toutes les dépenses abusives de l’Etat. Il nous livre les résultats de son enquête sur son blog (http://renedosiere.over-blog.com) , c’est édifiant et peu glorieux pour ce gouvernement. Que dit-il ? « La rémunération des conseillers ministériels a augmenté en moyenne de... 7, 1 % entre 2013 et 2014 ». Les salariés apprécieront en fonction de leur feuille de paye, à savoir que l’inflation est passée de 0,6% en septembre 2013 à 0,3% aujourd’hui.

Ce sont pourtant des privilégiés, leur rémunération moyenne est de 8 201 euros par mois (7 655 euros en 2013). Ce sont donc ces braves gens qui passent une bonne partie de leur temps à proposer au gouvernement économie et impôts nouveaux. Dans la fonction publique la valeur du point a été gelée depuis 4 ans déjà !

Ce sont les mêmes qui ont eu la bonne idée de geler carrément l’augmentation des retraites. Pour eux ce sera nada !

Voilà un scandale de plus qui démontre à quel point les politiques vivent en dehors des réalités et en tout cas prennent bien soin d’eux mêmes, s’ils ne le font pas pour les français. Quant à la valeur de l’exemple, ils l’ignorent. Etant pour la plupart fonctionnaires, ils ne connaitront pas le chômage au prochain remaniement.

Enfin l’étude de M. Dosière révèle que dans 19 ministères sur 31, certains conseillers gagnent plus que leur ministre. C’est au Ministère de la culture que l’on relève l’écart le plus astronomique, puisque l’un des conseiller de Mme Fleur Pellerin gagne 13 744 euros par mois, pas moins.

Mais on trouve aussi un salaire à 12 987 euros à l’Intérieur, 12 680 euros à la Décentralisation, 12 369 euros au Redressement productif …

La transparence c’est bien, mais remettre un peu d’ordre dans les cabinets ministériels se serait encore mieux.

Puisque nos camarades socialistes n’ont toujours rien compris, c’est à nous citoyens de faire savoir et de dénoncer … à toutes fins utiles.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
28 octobre 2014 2 28 /10 /octobre /2014 18:18

Ces images sont la manifestation de l'expression de la terreur d'état ... j'ai vécu cela en juillet 1977 à Creys-Malville où nous étions des centaines de milliers à protester contre le projet de centrale nucléaire de Superphènix... Un jeune homme de 30 ans y est mort Vital Michalon. J'étais là, membre du comité d'organisation représentant la Lorraine.

J'ai hélas aussi connu cet autre acte de barbarie qu'a été l'assassinat de Malik Oussekine en 1986 ...

Aujourd'hui, c'est aussi un affaire Rémy Fraisse pour le pouvoir en place qui a la responsabilité de mener des opérations de maintien de l'ordre sans violence policière, ce sont eux qui ont les moyens, pas les manifestants, malgré les débordements. Combien de morts parmi les forces de l'ordre?

Moi je pense à la famille et à tous ceux qui ont aimé Rémy ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 16:25

Chaque jour qui passe nous livre son lot de sottises et de médiocrités, en voilà une belle, notre ministre de la culture (je devrai dire Sinistre) est incapable de citer un livre de Modiano, écrivain français prix Nobel de littérature ... Au secours Jack Lang revient nous vite.

Entre un député qui ne paye pas ses impôts et une ministre de la culture qui avoue ne pas avoir lu un seul livre depuis deux années ... voilà la jeune et nouvelle élite dont c'est doté le Parti Socialiste , c'est à pleurer ... Bon petit rappel :

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 15:55
Carton rouge pour François Bayrou.

L’ancien candidat malheureux à l’élection présidentielle, qui a appelé à voter François Hollande au second tour, a formulé ce matin au micro d’Europe 1 une bien curieuse proposition. Il enjoint à François Hollande de dissoudre l’Assemblée et de provoquer ainsi des élections présidentielles. Enfin le pire, de nommer à leur issue Nicolas Sarkozy Premier Ministre.

Nous nous verrions ainsi affublé d’un bien sinistre attelage Hollande/Sarkozy. Et c’est ainsi que le pays serait sauvé et que le bal des réformes pourrait commencer. On imagine aisément, le train de réformes les plus sauvage pour nos systèmes de protection qui pourrait commencer. Quant aux Français, ils se verraient doter, à la tête de l’exécutif, des deux personnages politiques qu’ils détestent le plus.

Bayrou a sans doute perdu la mémoire et a fait l’incroyable impasse du train de casseroles judiciaires que se trimbale Nicolas Sarkozy. Ainsi donc, pour Bayrou, celui qui a fait exploser ses comptes de campagne en infraction totale de la loi, qui a favorisé la mise en place du plus vaste système de fausses factures, jamais vu, avec la société Pygmalion et l’UMP, aurait l’autorité pour réformer les finances de la France, lui qui a mené au bord de la ruine financière et morale son propre parti.

Mais dans quel pays vivons nous, où un homme politique, qui se dit de premier plan, formule des solutions aussi mafieuses … On rêve … ou plutôt on cauchemarde ! Et toute cette discussion misérable peut prendre tranquillement place sur une grande antenne, avec des journalistes aguerris, qui n’y voient rien à redire.

C’est, hélas, la France où nous avons le malheur de vivre. Un pays gangréné par une corruption qui s’immisce à tous les échelons de l’état et du personnel politique. Un candidat à l’élection présidentielle qui, profitant de ses accointances avec les puissances économiques viole outrageusement la loi, des députés qui ne payent pas leurs impôts et trafiquent leurs déclarations, un ministre du budget qui planque son argent sur un compte en Suisse, des trafics de frais personnels indûment imputés au budget public etc…

Et pour Monsieur Bayrou, ce joli petit monde est parfaitement habilité à aller expliquer aux millions de français qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts, que ce n’est pas encore assez et qu’il faut se serrer la ceinture pour économiser et encore économiser.

Cette proposition discrédite définitivement l’individu Bayrou, devenue l’apôtre de la magouille. Marine Le Pen doit encore se frotter les mains et compter tous ses petits suffrages qui s’accumulent au fil du temps et des déclarations les plus insensées de toute une classe politique à la dérive qui a perdu pied avec les réalités.

Non, Monsieur Bayrou, relisez la constitutions que vous ne devez pas bien connaître, François Hollande a été élu en mai 2012, avec un mandat qui courre jusqu’en 2017, avec une assemblée légalement élue, elle aussi en juin 2012. Seul un renversement de cette majorité pourrait ouvrir une crise politique à l’intérieur de l’actuelle majorité, qui ne nécessiterait pas nécessairement une dissolution, tout au mieux un changement de gouvernement.

Vous êtes bien pressé de retourner à la soupe, Monsieur Bayrou et vous offrez au pays l’horrible spectacle de la cupidité et de la soif de pouvoir absolu dans le déni absolu des règles démocratiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:28
La France en panne de génie ?

Chaque jour, une charge nouvelle … hier le premier Ministre (qui n’a fait que 5,63% lors des primaires à la présidentielle) reprend son antienne : retirer la mention de socialiste à son parti. Ce matin, c’est au quatrième personnage de l’état, le Président de l’Assemblée nationale Claude Bartolone de remettre à sa place Manuel Valls, c’est inédit sous la Vème République. Alors que le redressement économique attend encore, que Bruxelles s’apprête peut être à sanctionner la France, le chef du gouvernement fait de l’idéologie à « deux balles ».

Sommes nous déjà résignés, déjà habitués à cette atmosphère délétère ? A défaut de voir le pays descendre dans la rue pour dire son ras-le-bol, ce sont donc les politiques eux-mêmes qui ont pris la décision de mettre le bazar dans le pays et de frapper fort au cœur même des institutions, tout est bon, anathèmes et trahisons sont au menu de ce festin digne du film de Marco Ferreri « La grande bouffe ».

Entre un ancien président qui n’hésite pas à imposer son retour à son camp, en dépit du flux de casserole juridiques qu’il traine, et la pagaille au Parti socialiste où un concours de meilleur flingueur de François Hollande a été ouvert … les français ont le choix pour mieux vomir leur dégout de la politique.

Dommage que pour le faire ils aient choisi l’égout du Front national. Pensant avoir fait un cauchemar, je me réveille un matin en me disant, je ne souhaite pour rien au monde un tel pays pour mes enfants. Hélas, ce n’est que la vérité… Dégouté par la droite et la gauche, un nombre sans cesse croissant de français ont choisi la voie du pire, celle de l’extrême droite avec le Front National. Cela fait froid dans le dos.

Pourtant ce pays a des qualités, de l’avenir, du courage et de l’imagination … mais avec une classe politique aussi dévalorisée, on ne voit pas bien d’où pourrait venir le sursaut.

Ce grand pays, celui de Montaigne, de Montesquieu, de Voltaire et de Hugo, de Camus et de Sartre, de Jaurès, Clémenceau, Blum, De Gaulle, Mendés France et Mitterrand, est donc en panne de génie ?

Nous avons les prix Nobel d’économie et de littérature, encore cette année … mais en politique nous sommes à l’étiage le plus bas de notre histoire : Zemour et Trierweiler caracolent dans les ventes …

Le Parti Socialiste invente Martine Aubry, comme son aile gauche … et Montebourg /Valls comme ses prochains poulains ! François Mitterrand doit se retourner dans sa tombe. C’est le PS tout entier qui vire à droite toute !

Le travail de redressement est extrême, il sera long et douloureux, vidé de ses militants écœurés, c’est toute une redéfinition de son logiciel politique qu’il va devoir entreprendre.

En attendant, la longue descente aux enfers est inéluctable pour un certain temps. Au final, nous sommes le recours, chacun d’entre nous doit prendre son destin en main, en attendant que viennent les femmes et les hommes nouveaux qui seront capable de réinventer la politique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 15:02
La commission Junker adoubée par le Parlement européen :  le problème Moscovici

Si le vote à une très large majorité par le Parlement européen en faveur de la commission présidée par Juncker est une bonne nouvelle pour le Président François Hollande, elle risque d’affaiblir encore plus sa très courte majorité à l’Assemblée nationale du fait de la situation embarrassante de Pierre Moscovici.

En effet, le complexe mécanisme qui devait éviter à Pierre Moscovici de démissionner et permettre son remplacement automatique par son suppléant tombe à l’eau à (5 jours près). C’est la majorité absolue à l’Assemblée qui se voit menacée par une élection partielle, devenue inéluctable dans la 4ième circonscription du Doubs.

Explication : débarqué du gouvernement au mois de mai, Pierre Moscovici redevient automatiquement Député. Mais il postule pour un poste de Commissaire à Bruxelles. Si sa candidature est retenue, il doit démissionner et ouvre ainsi une incertitude sur le sort de sa circonscription (Le PS a perdu toutes les partielles depuis 2012). En cas de perte de cette dernière le gouvernement n’aura plus la majorité absolue à l’Assemblée.

Matignon avait trouvé une astuce, en confiant une mission temporaire à Pierre Moscovici, c’est son suppléant qui lui succède, tel est le code électoral. Mais, hélas, ce même code électoral prévoit aussi que pour cette disposition s’applique, la mission doit être prolongée au delà de six mois … et c’est la que « le hic » fait mal.

Le décret nommant Pierre Moscovici a été publié le 5 mai …il aurait donc fallu que Pierre Moscovici se maintienne à la tête de sa mission jusqu’au 6 novembre… en fait la victoire de M. Juncker intervient un peu trop tôt, au grand dam du gouvernement français.

Pierre Moscovici est condamné à démissionner de son siège de député avant le 1er novembre, provoquant ainsi une élection partielle, incertaine et plus qu’incertaine pour le PS.

Aujourd’hui le groupe PS et apparenté est tombé à 289, suite à plusieurs élections partielles perdues systématiquement. En perdant la 4ième circonscription du Doubs il passe à 288, sous le seuil fatidique de la majorité absolue.

Avec le dernier vote où ce sont 39 députés frondeurs qui se sont abstenus lors du vote des recettes du projet de budget pour 2015, celui-ci est passé de peu avec 266 voix pour et 245 contre.

Et ce sont quand même quatre anciens ministres qui se sont abstenus : Aurélie Filippetti (culture), Benoît Hamon (éducation), Delphine Batho (écologie) et Cécile Duflot (logement).

Désormais Manuel Valls est à la merci du vote des députés radicaux de gauche. On comprend mieux la négociation à la va vite qu’il a du mener avec le chef de file des radicaux de gauche Jean-Michel Baylet. C’est la réforme territoriale qui perd de son intérêt puisque le premier ministre a reculé sur la disposition essentielle, à savoir la disparition des départements.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 14:51

Cette nuit, l’un des plus important patron du CAC 40, Christophe De Margerie est mort dans des circonstances tragiques et brutales, son avion s’est écrasé au décollage de l’aéroport de Moscou et s’est immédiatement embrasé avant que les secours ne puissent intervenir.

Les hommages rendus à sa personnalité sont nombreuses. Pourtant il y a bien une affaire « Total » du fait que cette société, qui fait des bénéfices énormes, ne paye pas ses impôts en France (5,4 mds d’euros de dividendes distribués en 2013 à ses actionnaires).

Mais le tweet de Gérard Filoche, membre du bureau national ne passe pas avec cette interrogation « Le successeur nous volera-t-il moins ? » à peine quelques heures après la mort de ce dernier.

C’est violent, violent pour sa famille, pour ses amis, voir les salariés et collaborateurs de Total. Monsieur Filoche avait pourtant un certain talent à nous faire partager son empathie pour les salariés et son combat pour une société plus juste et plus respectueuse des hommes qui la composent.

Est-ce ainsi qu’il conçoit le monde de demain auquel il aspire ? Pour un homme qui aspire œuvrer pour le bien commun, qui prononce le mot justice et humanité, c’est inquiétant et cela jette un discrédit absolu sur sa parole politique et révèle que l’homme ne vaut pas grand chose en fin de compte.

Depuis on assiste au triste spectacle de la haine … récidive de Filloche qui n’a rien compris, demande pressante et indécente de certains membres de l’UMP pour exiger que le Parti Socialiste procède à son exclusion. Il fallait l’oser, qu’il nettoient devant leur porte et au plus haut niveau.

Le débat politique vaut-il qu’à la mort d’un capitaine d’industrie on se monte une petite combine de déstabilisation, du gouvernement et du PS ?

On pourrait imaginer d’autres débats plus sereins sur la nécessité quand on est militant de respecter les morts, ils sont hors combat, il y a suffisamment de vivants à combattre, pour s’acharner sur la triste dépouille de ce Monsieur mort tragiquement et qui laisse nécessairement de la peine et du chagrin derrière lui.

Peut-on respecter son adversaire, sans ricaner au plein milieu d’une tragédie. Cela me rappelle les cons qui avaient titré à la une de leur journal « Bal tragique à Colombey-les Deux-Eglises : un mort » à l’annonce du décès du général De Gaulle.

On a déjà dû subir ces dernières semaines les infamies d’une ex-compagne du Président de la république, les écarts indécents d’un Arnaud de Montebourg, l’ingratitude d’une Delphine Batho, les propos infâmes et répugnants d’un Zemmour, il nous faut constater encore aujourd’hui l’ignominie de Gérard Filoche.

Notre société est donc tombée bien bas, relevons nous les manches pour donner plus d’humanité au débat politique. Nous en sommes tous responsables, agissons !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 09:08
Martine AUBRY a franchi le Rubicon.

Voilà c’est fait, c’est officiel, la maire de Lille s’est installée dans la position de réunir autour de sa personne l’opposition à François Hollande. Elle a pris le risque d’accélérer le décrochage de l’exécutif avec la société réelle. Il ne fait aucun doute qu’elle a longuement pesé sa décision. Mais elle a décidé de mettre tout son poids sans la balance.

C’est par une longue interview au journal du Dimanche paru ce dimanche 19 octobre qu’elle engage une critique raisonnée de l’action menée jusqu’à aujourd’hui par François Hollande. Elle trace les grandes lignes de la politique qu’il conviendrait de mener pour « sauver le quinquennat » et en même temps la ligne politique qu’elle entend incarner pour reprendre la pouvoir au Parti Socialiste et se positionner face à Manuel Valls pour la prochaine présidentielle.

Se faisant, elle acte aujourd’hui l’échec définitif de Hollande et prend la responsabilité de tenter de sauver les meubles de la gauche qu’elle entend incarner.

Elle place délibérément le thème de la croissance au cœur de son propos politique, reprenant l’argument central que martèlent les députés PS frondeur à l’Assemblée nationale : « La politique menée depuis deux ans en France, comme presque partout ailleurs en Europe, s'est faite au détriment de la croissance », voilà c’est dit et c’est radical.

C’est par la relance qu’elle entend apporter des solutions à la situation économique et sociale qu’elle juge catastrophique, car « les déficits ne se sont pas résorbés et le chômage augmente ».

Avec cruauté, elle tacle François Hollande et reprend les critiques qui n’ont pas cessées depuis son élection, à savoir l’absence de cap : « On ne mobilise pas un pays sur la seule gestion financière, on doit donner la destination du voyage".

Elle développe un programme social démocrate, relativement classique pour le PS qui a pour objectif de déporter François Hollande sur une position politique plus libérale que sociale.

Elle appelle à soutenir la relance par des aides aux pouvoirs d’achat des ménages et aux collectivités locales. Elle reprend ainsi à son compte les critiques de plus en plus ouvertes des grands élus socialistes qui montent.

Elle revient sur la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG qui permettrait de redonner du pouvoir d’achat aux manages les plus modestes.

Elle s’érige en rempart contre les tentatives de remettre en cause le code du travail abondamment proposé par plusieurs ministres du gouvernement Valls. Elle fait de même pour ce qui est de l’assurance chômage.

Enfin elle assène le coup final par « Pour moi, la réforme doit être synonyme de progrès. Il faut en finir favec les vieilles recettes libérales ».

Elle conclut par un avertissement ferme, qui sonne comme le glas des dernières espérances de François Hollande : « Je suis candidate … au débat d’idées ». A bon entendeur, salut.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 18:50
Sarkozy, un retour raté.

Outre la cascade d’affaires accrochées à ses basques, le grand retour du Chef semble ne plus faire peur aux caciques de l’UMP.

Juppé continue inexorablement son ascension dans les sondages, alors que l’ex président dégringole. C’est une bonne nouvelle pour la France.

Ils ne plient pas les Fillon, les Juppé et les Lemaire … alors que Raffarin s’est pris une claque au Sénat (malgré son appui) et ses alliés du moment plient avec armes et bagages devant la chute qui se profile.

La cote de confiance continue de chuter, lundi soir selon Ipsos, il perd encore 9 points à seulement 31% de bonnes intentions et 11 points auprès des sympathisants UMP, ce qui le place loin derrière Alain Juppé.

Ses meetings se succèdent avec une avalanche de mensonges et de contre vérités qui ne rencontrent du succès qu’après des militants UMP les plus aveugles et les plus bornés.

Pire, certains, et pas des moindre jugent ce retour comme un affaiblissement de leur parti. Franck Riester allant jusqu’ à déclarer : : «On va avoir deux ans de guerre des chefs avec Fillon et Juppé. […] Sa candidature n’est pas opportune. Il aurait dû revenir directement par la primaire de 2016 ».

Bref Sarkozy, fait du Sarkozy il divise, il clive, il oppose … bref il met un bazar pas croyable à l’UMP qui n’en avait pas besoin. La longue liste des affaires va le plomber jour après jour, mais en entrainant tout l’UMP avec lui. Cette tension ne pourra pas durer, il va bien y avoir un moment où l’UMP va éclater et ce n’est pas avec le soutien de Mme Chirac et de Pasqua qu’il ira bien loin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche