Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 14:16

Chine1.jpgAlors que la Chine a vu l’année dernière sa population urbaine dépasser pour la première fois sa population rurale, Pékin vient d’inaugurer la plus grande ligne à grande vitesse (TGV) au monde, à savoir 2 298 km reliant Pékin à Canton le jour même de l’anniversaire de Mao Zédong, figure tutélaire du pays.

 

Une Chine de plus en plus urbaine.

Symbole de sa croissance à deux chiffres la Chine a vu son taux d’urbanisation franchir symboliquement le seuil de 50 % en 2011. C’est une nouvelle Chine qui voit le jour, car cette urbanisation signifie un changement radical du mode vie structuré par une nouvelle organisation du travail. Le phénomène d’urbanisation massif tire la locomotive de la croissance et donc du développement. La valeur des terres s’est envolée au travers de ce processus. Ce sont les régions du centre et l’ouest du pays qui ont connu la spéculation foncière la plus élevée.

 

Un taux de natalité enfin maitrisé.

De 1,32 milliard d’habitants actuellement la population chinoise ne devrait pas dépasser les 1,5 milliard d’habitant en 2033 selon le Président de la commission d’état de la population et du planning familial. C’est la politique menée par cet organisme qui a permis d’assurer une telle maitrise du taux d’accroissement de la population. Par contre la population urbaine de 570 millions actuellement devrait s’accroître de 1 milliard (avec un transfert de 300 millions de paysans). L’espérance de vie d’un chinois est passée de 68 ans à 73 ans aujourd’hui. Ce qui rapproche encore plus la Chine du modèle occidental.

Aussi connaitra-t-elle un sérieux problème de vieillissement de sa population. Les plus de 65 ans représente aujourd’hui 8,1 % de la population, ce taux passera en 2020 à 11,2 % et en 2010 à 22 %.

L’espérance de vie augmente dans tous les pays du monde. Le Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA) a fait le constat que pays en voie de développement et pays développés connaissent le même phénomène. Dans son rapport intitulé : «Vieillir au vingt et unième siècle : une victoire et un défi », il constate que dans 33 pays, l’espérance de vie a dépassé les 80 ans, 5 années auparavant seuls 19 pays y arrivaient. Mais les défis à relever sont monstrueux, ainsi la Japon qui a déjà 30 % de sa population âgée connaitra un taux faramineux de 50 % en 2050 ! Aujourd’hui l’espérance de vie est de78 ans en moyenne dans les pays développés et 68 ans dans les pays en voie de développement. A terme, en 2050 la terre sera peuplée de deux milliards de personnes âgées !

 

La chine 1er puissance économique au monde.

On imagine aisément l’ampleur des défis à relever par le gouvernement chinois pour assumer dans la tranquillité sa propre mutation. Celle-ci ne sera pas sans conséquence pour le reste de la planète. Outre le fait qu’à échéance de 2016 la Chine deviendra la 1ère puissance économique au monde, dépassant les américains, et l’Union européenne, l’ampleur des échanges commerciaux et l’accroissement de la population deviendront les deux enjeux à négocier avec les chinois. La deuxième place selon l’OCDE reviendra alors à l’Inde à l’horizon 2060. C’est un autre monde, une autre géopolitique que connaitront alors nos enfants.

 

Une armée désormais menaçante pour les autres puissances régionales.

Et c’est sans compter la puissance militaire de la Chine tournée vers le Japon et la conquête de l’espace. Selon un bureau d’étude et de recherche américain (IHS) le budget de la défense chinois atteindra les 238,2 milliards de dollars en 2015. Chiffre à rapprocher selon la même étude des 232,5 milliards de dollars dépensés à ce même horizon par les douze autres plus grandes puissances de l’Asie-pacifique. Avec son programme de vol habité la chine a misé 2,4 milliards d’euros dans ce programme. Elle se prépare à envoyer le 1er chinois sur la lune, reprenant la course engagée il ya des décennies par les russes et les américains.

 

Un TGV au service de la croissance.

La Chine célèbre aujourd’hui même sa victoire technologique avec la ligne la plus longue au monde de TGV, la trajet entre Pékin et Canton (2 298 km) se fera en 8 heures (au lieu de 24 h) et coutera 685 yuans (105 euro) en 2d classe, 1 383 yuans en 1er classe et 2 972 yuans en salon VIP. C’est un désenclavement du centre du pays essentiel à l’essor de la Chine qui vient de se mettre en place.

Performance technologique ce train à grande vitesse roulera à 300 km/h (conçu pour aller jusqu’à 350 km/h), il traversera 35 grandes gares. Cet effort représente 70,1 milliards de yuans (8,5 milliards d’euros) d’investissement dans le ferroviaire (incluant le métro) rien que sur le mois de novembre de cette année et montera à 507 milliards de yuans pour l’année entière. Nul ne peut contester que cet investissement industriel pèsera tout autant sur le mode de vie des chinois que sur la croissance et le modèle de développement de la Chine.

Les louanges ne sont pourtant pas unanimes. Zhao Jian, professeur de gestion à l’université des transports de Pékin juge que le déficit induit par la mise en place de ces TGV n’agira pas sur la croissance, pour lui « des trains  de moins grande vitesse, roulant par exemple à 200 km/h ou à 180 km/h suffisent. Ils peuvent générer davantage de profits et nécessitent deux fois moins d’investissements. ». Il estime à 3 000 milliards l’endettement du ministère des chemins de fer en fin d’année qui va peser lourdement sur les comptes et les moyens de cette société.

 

Un autre monde se lève.

Le test grandeur nature se fera bientôt à l’occasion du Nouvel An lunaire chinois à la mi-février, celui-ci connait la plus grande transhumance humaine au monde, ce sont des centaines de chinois qui se déplacent ainsi à travers le pays. Un monde nouveau se lève et frémit alors que nos propres nations s’endorment sur leur gloire passée, incapables de s’auto réformer et de prendre appui sur leur avances technologiques et humaine pour reprendre un nouveau souffle qui serait bien salutaire pour les générations à venir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans économie
commenter cet article
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 17:19

Noel.jpg2012 s’achève doucement…il fait gris et la pluie mouille les trottoirs…les passants hâtent le pas, le vent s’engouffre sous les manteaux et agite de larges pans obscurs. Les lumières de la ville (dont les ampoules ont été changées) jettent sur les visages d’étranges halos opaques et gris.

 

Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy viennent d’être rejetés par la très officielle commission en charge de ce contrôle et risque d’enfoncer encore un peu plus l’UMP de 11 millions de dettes supplémentaires. La chute est interminable, la perte de toutes les élections locales et nationales, même « l’imperdable » Sénat… , une bataille d’égo sur un champ laissé libre par Sarkozy. Maintenant le militant UMP ne peut plus avoir qu’une seule chose au cœur : la reconquête et il aura du travail pour y parvenir.

 

Cahuzac, notre cher ministre du Budget  n’en finit plus de s’embourber dans son histoire de compte en Suisse. Il en paye le prix bien avant que toute preuve soit apportée. Le fameux enregistrement dont Médiapart se fait l’écho proviendrait, au final, de l’ancien rival UMP de Cahuzac à la mairie de Villeneuve-sur-Lot. C’était donc bien la peine d’agiter autant la rumeur publique.

 

Audrey Pulvar démissionne des Inrocks au bout de 6 mois… beaucoup de bruits pour rien. La blogosphère se régale de l’information. On a l’impression que c’est sur le « vide » que la société se retourne….et tourne sans cesse.

 

Depardieu éructe et part pour la Belgique, le premier Ministre qui aurait mieux fait de se taire évoque le « minable.. », Torreton en profite dans le journal libération pour retailler un costume à Obélix. Et Catherine Deneuve qui ne parle jamais s’indigne à propos des vocables employés pour parler de son cher Gégé.

 

En direct de Bugarach on parle d’étranges vibrations cosmiques et de l’arrivée imminente d’extraterrestres. Si seulement c’était vrai !

 

Et pourtant il y aurait tant à dire sur l’effroyable hiver (plus de – 50 °) sui s’abat sur la Sibérie, sur les Syriens qui ploient et meurent sous les bombe de leur dirigeant dictateur, prêt à ne surtout rien lâcher. Israël poursuit sa politique d’implantation de colonies en Palestine ignorant superbement toutes les mises en garde internationale et en France il y a encore des familles qui vivent dans la rue, des travailleurs pauvres et des enfants qui ne mangent pas à leur faim.

 

Noël, vous avez dit Noël… j’apprends justement que le père Noël aurait demandé l’asile politique aux fameux  Sélènes que personne n’a jamais vu sur la Lune, tant il est écœuré par les affaires humaines.

 

Près de chez moi, l’église de ma paroisse avait organisé (à grand peine) une crèche vivante. On me dit que les figurants lassés par la vanité humaine s’en sont rentrés précipitamment chez eux. Vive l’esprit de Noël !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 16:53

imagesCA476BQYAlors que les retraites du privé s’apprêtent à prendre des décisions douloureuses (pour les retraités), une probable revalorisation de la valeur du point des régimes Argic ARRCO d’un point, donc en dessous de l’inflation a été évoqué à la dernière réunion de négociation du 12 décembre 2012 pour une période de cinq ans, le ministre de l’économie et des finances Pierre Moscovici annonce une nouvelle réforme du régime général des retraites.

 

Le Conseil d’orientation des retraites (COR) qui suit à la trace l’évolution des déficits en fonction de la croissance et du taux de chômage a tiré la sonnette d’alarme. Dès 2017 le régime général des retraites devrait encaisser un déficit de 14 milliards et 18,8 milliards d’euros en 2017. La réforme Fillon (en 2010) a donc vécu et surtout n’a pas rempli ses promesses ! Il faut que nos amis de l’UMP assume que la formidable réforme tant vantée par Sarkozy pendant la campagne présidentielle n’a en rien empêché une perspective de graves déficits. A l’occasion de la cérémonie des vœux du 31 décembre 2010 il claironnait : "Notre système de retraite a été mis à l'abri de la faillite inéluctable qui le guettait si nous n'avions rien fait"…"Ce sont les pensions de nos aînés qui ont été sauvées".

 

Rappelons que Fillon avait relevé l’âge minimum légal de la retraite à 62 ans et que cela devait suffire pour effacer tout risque de déficit jusqu’en 2018. Bon tout est à reprendre, il faut dire que ces prévisions n’avaient pas intégré la crise financière que traversent nos économies et la brutale recrudescence du chômage qui impactent directement les déficits des caisses de retraites du régime général et du privé.

 

Reste à trouver les bonnes manettes à actionner pour faire avaler la pilule. Les manifestations en 2010 avaient été extrêmement puissantes. Notre ministre de l’économie et des finances s’est prudemment avancé en disant : «Oui, il y aura sans doute une [réforme], mais il faudra que ses paramètres soient des paramètres justes".  

La COR a avancé plusieurs pistes dont celle d’une augmentation de 1,1% des prélèvements, le patronat ne veut pas en entendre parler, soit un recul de 6 mois supplémentaires de l’âge effectif de départ, ce sont les syndicats qui ne veulent pas en entendre parler. Moscovici a annoncé que sa réforme n’aurait pas la même philosophie que celle de Fillon, certes mais il va se retrouver avec les mêmes équations et les mêmes résistances ; bien du plaisir ! La concertation est prévue pour juin 2013.

 

Enfin une seule certitude, d’une manière ou d’une autre ce sont les salariés qui vont une fois de plus trinquer. Mais pourquoi pas si le gouvernement prenant le taureau par les cornes s’attaquait aux inégalités flagrantes en la matière ne serait-ce qu’entre les retraites des régimes spéciaux, de la fonction publique et ceux du privé. Mais pour cela il faudrait durcir le régime existant du privé et baisser conséquemment celui du public. Chiche !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 15:30

Le gouvernement aurait été bien inspiré de ne pas répondre aux provocations du sieur Depardieu.
Son attitude parle d’elle même, de bien sinistres pleurnicheries de riches … A cette indignité le gouvernement se devait d’y opposer un silence glacial : no
comment !


 


Gérard Depardieu,
minable ?


Nul ne peut douter que la décision prise par Gérard Depardieu est une
insulte aux français qui souffrent de la crise : ouvriers, employés, petits artisans, retraités, chômeurs, jeunes… Mais bon, rien de nouveau sous le soleil, la plupart des sportifs de haut
niveau se sont fait la malle, sans jamais affoler la blogosphère, Johny Halliday, Charles Aznavour ont choisi il y a longtemps l’exil fiscal. La liste est officiel, il est bon de le savoir et
remonte à bien longtemps, bien avant que les socialistes gouvernent la France.


 


La liste des personnalités
en fuite.


C’est au Royaume Uni que l’on retrouve : Christian Clavier (qui s’est
enfui dès la chute de son ami Sarkozy),l’écrivain Marc Levy, la comédienne Laetitia Casta (et dire qu’elle a servi de modèle à une Marianne !), en Suisse on retrouve toute une faune
d’habitués : Charles Aznavour (en fuite depuis 1975 et jamais avare pour donner sur les médias français des leçons de morale), Johnny Halliday et son fils David, Marie Laforêt (tiens elle
existe encore ?), l’inénarrable Alain Delon parti en 1985 ( un moment soutien du très nationaliste Jean- Marie le Pen), Patricia Kass, Isabelle Adjani mais aussi des sportifs comme Richard
Gasquet, Guy Forget, Jo Wilfried Tsonga, Amélie Mauresmo, Gaël Monfils et Sébastien Loëb. Vive le sport de haut niveau !


En Belgique Depardieu pour parer à son inévitable ennui pourra organiser
des soirées avec :José Garcia, Emmanuel Béart (mais qui dit payer ses impôts en France), Christophe Lambert et prochainement Paul-Loup
Sulitzer. Leur plus lointain ancêtre est Michel Polnareff qui a pris la tangente en 1970, il y a plus de 42 ans ! (mais accueilli en triomphe à Paris et auquel Nicolas Sarkozy a donné
l’immense honneur de donner un concert au Champs de Mars pour le 14 juillet, mais où est donc passé l’honneur ?)


 


Mais pour quel avantage,
tant d’indignité ?


D’abord les conditions. Que ce soit en Suisse ou en Belgique il faut
impérativement vivre sur place un minimum de 6 mois par an, ne pas habiter en France plus de 183 jours par an et de n’y posséder aucun bien immobilier (d’où la vente de l’hôtel particulier
parisien de Depardieu à 50 millions d’euros).


Les avantages. Au Royaume belge il n’existe aucun impôt sur la fortune, la
fiscalité sur les successions y est considérablement allégée. La Suisse de son côté propose à ces très honorables correspondants un forfait fiscal égal à sept fois la valeur locative de leur
résidence, exemple, notre Johnny national a payé en 2011 583 000 euros pour 5 millions d’euros de revenus !


 


D’autres ont fait le choix
de rester en France, nos héros !


D’autres artistes n’ont pas fait ce choix. Récemment dans une interview
Catherine Deneuve rappelait qu’elle vivait et payait ses impôts en France. De même une artiste que l’on ne peut qualifier de gauche Line Renaud disait : "Si vous me demandez si je ferais la même chose, je vous dirais non. Mon pays est en difficulté, mon pays m'a
apporté beaucoup de bonheur, alors on ne quitte pas le bateau". D’autres comme Noah ont soutenu et fêté la victoire de François
Hollande, Michel Sardou situé nettement à droite a déclaré ne pas être choqué par une taxation à 75% provisoire.


Mais on peut aussi en faire une liste bien plus
longue : Michel Delpech, Juliette Gréco, Ridan, Benjamin Biolay, Cali, Higelin,
Bénabar ; les comédiens Jeanne Moreau, Christophe Malavoy, Charles Berling, Pierre Arditi, Jacques Weber, Dominique Blanc, Myriam Boyer, Macha Méril, Fanny Cottençon, Daniel Mesguish, Eva Darlan,
Josiane Balasko, Gérard Darmon ; les écrivains Tahar Ben Jelloun, Dan Franck, Yves Simon, Vincent Lindon, François Berléand, Bernard Lavilliers, Yvan Le Bolloch etc…


 


Un gouvernement aux
abois


Oui le gouvernement aurait eu à gagner à ne pas alimenter la polémique
Depardieu. Au lieu de cela il est entré dans une spirale de commentaires qui ont permis aux médias de monter en épingle cette affaire insignifiante. C’était offrir sur un plateau aux leaders de
l’opposition la possibilité de développer leur discours antifiscal et démagogique et de favoriser leur retour aux affaires.


Le gouvernement a involontairement alimenté la médiatique machine
infernale à saper son image. Engagé dans des réformes complexes et impopulaires, il ne peut en limiter les dégâts qu’en prenant de la hauteur, en étant « ceux qui gouvernent ».
Sa communication devrait être rare pour être mieux entendue, alors que le « bruit continu » des ministres et des parlementaires de la majorité crée un véritable malaise au sein
de l’opinion, un mal être. Celui-ci est d’autant plus ressenti que l’opposition a déserté depuis quelques semaines ses campements légitimes pour se livrer à un bataille interne sans pitié et
d’une violence inégalée à ce jour.


Quelqu’un a-t-il entendu de la part de l’UMP ou des centristes de M.
Borloo ne serait ce qu’une seule proposition en alternative à la politique du Président de la république. Non. Le peuple n’a pour seul fil conducteur pour « entendre » et
« comprendre » la politique menée que ce « bruit et cette rumeur» des ministres socialistes environné de l’incroyable vide sidéral d’une opposition sans état
d’âme.


 


Les besoins d’une démocratie
apaisée.


Une démocratie en bonne santé a un besoin vital d’un dialogue constant
entre une politique menée par une majorité et sa contestation, assortie de contrepropositions de l’opposition. Ce faisant le citoyen peut au gré de la qualité des raisonnements mais aussi des
résultats obtenus prêter une attention plus particulière à l’un ou l’autre camp.


Notre démocratie est en train de franchir la ligne rouge, les enquêtes
d’opinion montrent une sévère dégradation de l’image des socialistes, mais une toute aussi sévère pour Messieurs Copé et Fillon. C’est du jamais vu, la chute des uns entrainant habituellement la
hausse des autres. C’est un rejet absolu de la classe dirigeante que l’opinion publique manifeste massivement.


L’extrême droite n’en profite pas plus que cela…pour l’instant. Il reste à
espérer un salutaire reflexe de bonne gouvernance et de juste pédagogie de l’action gouvernementale et un sursaut de l’UMP pour sortir de ses querelles de personnes et revenir enfin sur le
terrain des idées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 14:04

pauvrete1-copie-1.jpgLes premières mesures se dessinent, et semble bien dérisoires à l’aune des situations catastrophiques auxquels certains de nos concitoyens sont confrontés. Le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault a annoncé ce matin une hausse du RSA de 10% étalé sur 5 années, en plus de la revalorisation automatique liée à l’inflation. Ceci dit la mesure commencera à prendre effet en septembre 2013, en attendant….

 

Les commentaires aussi bien politiques que dans le milieu caritatif sont très critiques sur l’étroitesse de ces mesures. C’est vrai, en même temps cet effort là, la droite ne l’a jamais consenti, alors que la gauche le fait… en le faisant elle stigmatise la situation et s’expose aux critiques.

 

Qu’en est-il, exactement de ce Revenu de Solidarité Active (RSA) qui a remplacé le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) ? Le mécanisme comprend deux volets : le premier  appelé « socle »  s’élève à 475 euros pour un célibataire sans enfants (un peu plus de 800 euros avec un enfant et 1 200 euros pour un couple avec 3 enfants), le second dit « d’activité » est en moyenne de 170 euros. Ce dernier s’applique dans le cas d’une reprise partielle de travail. Ce sont tout de même 2 millions de familles qui en bénéficient, sachant que tous les ayants droits au RSA n’en font pas la demande. Les jeunes de moins de 25 ans n’y ont pas droit. Selon une étude récente de l’Insee les 18-24 ans sont ceux dont le taux de pauvreté est le plus élevé. 21 % d’entre eux vivent avec moins de 880 euros par mois. Un jeune sur 5 est donc considéré comme pauvre !

 

Marisol Touraine Ministre des affaires sociales a relevé dans son discours d’introduction que cette pauvreté nous « claque comme une gifle » à la figure, que «"Plus de 8,5 millions de Français vivent avec moins de 964 euros par mois", "un Français sur cinq déclare avoir renoncé aux soins" pour raisons financières, "800 000 personnes ont recours à l'aide alimentaire ».

 

Le gouvernement doit, dans la journée faire d’autres annonces.

 

Sur le logement, il devrait annoncer 100 millions d’euros de plus sur l’hébergement des personnes en grave précarité. Cela représente seulement 8 000 places d’hébergement, là où les associations en demandaient 20 000.

En ce qui concerne la santé, le gouvernement a décidé de donner un tout petit coup de pouce en revalorisant le plafond d’accès à la Couverture maladie Universelle (CMU). Au ministère de la santé on estime que ce sont 500 000 personnes de plus qui devraient ainsi avoir accès à ce dispositif. Pour mémoire le plafond actuel est de 7 934 euros/an et ce sont 4,3 millions de personnes qui en bénéficient.

 

Mais qui sont ces pauvres ? La conférence a fait état d’un chiffre terrifiant pour un pays comme la France : Une personne sur sept souffre de la pauvreté !

Ce pays est riche, à la sortie de la guerre, complètement essoré, il a inventé entre autre la sécurité sociale pour tous.

Ce pays est riche. Monsieur Depardieu, qui prend des cachets énormes pour ses prestations artistiques, gagne tellement d’argent qu’il est concerné par la mesure provisoire du taux de prélèvement à 75 %. Monsieur Depardieu est riche. Il ne sait pas quoi faire de son argent. Mais Monsieur Depardieu part se réfugier en Belgique…

La pauvreté dans ce pays riche qu’est la France n’est plus un fait marginal. Toutes les catégories de la population sont concernées : bien sûre les familles monoparentales sont les plus nombreuses, mais on y trouve aussi des jeunes travailleurs, des étudiants (une étude a montré la progression de la prostitution chez les étudiants), des retraités, des familles à la rue, des travailleurs SDF…

 

A chaque tournant politique sa promesse, Nicolas Sarkozy avait, lui, promis de réduire la pauvreté d’un tiers, rien que cela ! En fait, à la fin de son quinquennat la pauvreté avait augmenté. De 2004 à 2010 le nombre de pauvre est passé de 7,4 millions à 8,6 millions !

La France est riche, les entreprises du CAC 40 pendant cette période ont spectaculairement augmenté leurs bénéfices et les « grandes familles de France » ont encore accru leur fortune, quitte comme la famille Mulliez (groupe Auchan) à s’exiler en Belgique !

La France est riche, le plafond du versement de l’allocation chômage est à 6 000 euros, ils sont quelques milliers à le toucher !

La France est riche, des familles un peu traditionnalistes aux revenus supérieur à 150 000 euros /an avec 5 enfants touchent 609,28 euros/mois de prestations familiales qui serviront à financer les vacances au ski.

La France est riche, elle verse 80% de ses prestations sans condition de ressources. Ainsi les fils de riches, étudiants bénéficient de l’allocation logement, et en font leur argent de poche, pendant que papa et maman bénéficient de la demi part fiscale pour payer moins d’impôts !

 

La France est riche, mais la France est radine avec ses pauvres. Monsieur Ayrault, téléphonez moi, pas besoin de faire une conférence pour cela, les mesures je les connais. On peut aisément financer une aide accrue significativement aux familles les plus pauvres sans que cela n’alourdisse le déficit. Il faut simplement faire un peu plus de justice sociale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 17:39

pauvrete1.jpgQui, par ces moments hivernaux, n’a pas croisé dans la rue un homme, une femme, jeune ou vieux recroquevillé sur lui-même, le regard enfoui sous les haillons ? Qui n’a pas éprouvé un sentiment de gêne à hâter le pas, non par indifférence ou lâcheté mais par impuissance ? Les rapports de haut fonctionnaire sur la pauvreté ne manquent pas, autre signe d’impuissance. Coluche en son temps a su élaborer une riposte solide, tangible et durable : les restaurants du Cœur dont on fête les 22 ans.

 

La ministre du logement Cécile Duflot a entamé une bien vilaine polémique à l’aune des ces premiers frimas. L’église catholique n’ouvrirait pas suffisamment son cœur… pas de chance, ils ne font sans doute pas assez, mais nombreuses sont les paroisses qui se mobilisent à l’hiver et le Secours Catholique ne reste pas les bras croisés. Que n’eut-elle l’inspiration d’interroger les autorités militaires sur les bâtiments inusités du fait des restrictions budgétaires. Mais surtout les services administratifs de l’Etat n’ont pas été en mesure de répondre à sa demande d’inventaire… qu’elle se recentre donc sur ceux-ci avant d’aller pointer qui que ce soit à l’extérieur de l’état.

 

Il y a deux nécessités à prendre en compte dans ce sujet sur la pauvreté : ce que nous sommes capables de faire, individus et collectivités pour apporter une réponse  immédiate à des situations d’urgences, et ce que nous sommes capables d’anticiper pour éradiquer la précarité.

 

L’urgence, nous le voyons bien est laissée à l’appréciation hasardeuse du Citoyen, aux moyens précaires (et menacés, particulièrement ceux en provenance de l’Europe) des associations caritatives et à l’Etat qui parle, écrit beaucoup, mais agit peu ! Il reste à celui-ci la responsabilité de mettre en œuvre des politiques susceptibles de lutter contre toutes les formes d’exclusion, celle du gîte et du couvert étant la plus funeste d’entre toutes.

 

Cette semaine, à l’initiative de la ministre des affaires sociales, Marisol Touraine (et sous l’inspiration du président de la république) s’ouvre la Conférence de lutte contre l’exclusion au Palais d’Iéna, siège du Conseil économique, social et environnemental. Nombreux seront les ministres et le 1er d’entre eux à plancher sur le sujet. L’une d’entre eux est plus particulièrement concernée, bien que l’on n’ait guère eu l’occasion de l’entendre jusqu’ici : Marie-Arlette Carlotti, ministre délégué chargée de la lutte contre l’exclusion.

 

Cette conférence qui va durer toute la semaine abordera sept thématiques : accès aux minima sociaux, emploi, enfance, gouvernance des politiques de solidarité, logement, santé et surendettement. Bel inventaire « pondu » par quelqu’énarque censé refléter ce drame de la pauvreté. Cette conférence devrait aboutir à l’énonciation d’un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté en répartissant les rôles à chaque ministre concerné.

Aucun objectif chiffré ne sera annoncé, dixit le 1er Ministre. On comprend bien le souci de ne pas faire de promesses vaines, mais tout de même, est-ce la bonne méthode pour obtenir des résultats tangibles ?

 

S’il s’agit de faire un état des lieux, c’est inutile, il est connu de tous :

 

-      En 2010 le taux de pauvreté a déjà atteint 14,1%, son plus haut niveau,

-      Un jeune sur quatre est en situation de pauvreté,

-      En 2012 ce sont 8,6 millions de personnes qui vivent avec moins de 964 euros par mois, et 2,1 millions de personnes avec moins de 642 euros par mois,

-      Le surendettement bat des records.

 

Pour traduire dans les mots le terrible vécu de ces personnes en situation d’extrême pauvreté 68 % des personnes éligibles au revenu de Solidarité active (RSA) ne le demandent pas. Nous sommes très loin des propos offensants de ces bien pensants qui crachent sur ces sans emplois qui ne font aucun effort et ces familles de paresseux, et ces sur-assistés qui vivent aux crochets de la société.

 

Nombreux sont ceux qui ont des propositions concrètes :

 

-      Les syndicats, FO, la CGT et la CFDT qui réclament en vain la revalorisation du RSA et de l’ensemble des minima sociaux qui ont ces dernières années décrochés,

-      Les associations caritatives demandent de leurs côtés que les moins de 25 ans puissent accéder au RSA, que l’on crée des places d’hébergement d’urgence en hivers, au moins 20 000 pour 2013,

-      L’ex défenseuse des enfants Dominique Verni plaide pour des actions en direction des enfants défavorisés, et de remplacer le quotient familial par un crédit d’impôt universel.

 

Mais seront-ils seulement entendus ? Que nous reste-t-il d’autres ? Manifester ce lundi à l’appel du mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) ? Ou profiter de cette fin d’année pour faire des dons défiscalisés, le téléthon s’y prête ainsi que le Sidaction, mais nombreuses sont les organisations sérieuses, comme les restos du cœur qui font du bon boulot. Et ces dons s’accompagnent d’une réduction d’impôt, pour les restos du cœur 100 € donnés c’est 75 € d’impôts en moins.

 

Ils vous restent jusqu’au 31 décembre pour faire le geste juste dans la juste mesure de vos moyens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 16:55

Zita.jpgJe serai absent quelque temps de mon blog. Zita, notre chienne est morte brutalement ce matin sans que nous ne pussions rien faire. Cette disparition est brutale et inattendue.

 

Zita était la joie et la tendresse même, sur ces 7 années passées sur terre elle a donné beaucoup de joie à nous tous. Sensible, émotive elle était d’une présence inouïe, elle savait faire passer et recevoir les émotions.

 

Nous avons du la laisser… à la clinique, derrière nous. Ce fût un arrachement et maintenant pour nous nous sommes désormais « en solitude de Zita ».

Je pense à tout ce qu’elle nous a donné, elle mérite donc nos larmes, et notre tristesse.

 

Pour nous une amie chère à notre cœur est partie.

 

Comment pourrai-je oublier son regard béat d’amour pour nous et sa drôle de démarche à nos côtés, à nos côtés à tous les instants.

 

C’est définitif, c’est brutal, c’est violent, c’est injuste, et c’est ainsi.

 

Elle sera à tout jamais dans nos cœurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Famille
commenter cet article
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 15:53

UMP112.jpgOn parle de 80 députés pour le suivre, belle opération, bravo M. le président Copé, quel succès ! Un mauvais roman sans fin que cette élection à l’UMP. Après avoir trituré les chiffres dans tous les sens et se faire proclamer Président pas moins de trois fois, Jean-François Copé vient de proposer à Fillon d’organiser un référendum auprès des militants pour savoir s’ils veulent revoter.

 

L’entrevue a eu lieu à l’Assemblée nationale à la demande de Nicolas Sarkozy : 30 minutes pour accoucher cette idée si saugrenue, soufflée parait-il par l’ancien président lui-même. Quel bel expert en manœuvres électorales, lui qui a fait perdre son camps en 5 ans toutes les élections, la sienne y compris.

 

On a peine à le croire …. Je croyais les finances de l’UMP au plus mal. On avait d’ailleurs écarté le vote par internet car jugé trop couteux et hors de portée du budget du parti. Et maintenant ce n’est ni plus ni moins que deux élections qui sont envisagées par l’inénarrable Copé… C’est d’un ridicule consommé et cela coûte très cher. Il a été en charge des finances au gouvernement ? On comprend mieux l’état dans lequel ils ont laissé la France.

 

Comment ces gens là pourront raisonnablement critiquer le gouvernement et postuler à la gouvernance du pays ? Ils ont perdu tout crédit pour s’opposer au gouvernement socialiste et à la présidence de François Hollande. Et ce n’est pas une bonne nouvelle. La démocratie a besoin d’un (ou des) parti au gouvernement et d’un (ou des) parti qui critique et qui s’oppose. Cet équilibre est indispensable pour la bonne santé de notre société.

 

Aussi, ils ne sont pas simplement en train de saccager l’UMP, c’est toute la démocratie française qu’ils saccagent. Et quel cadeau au front national qu’ils offrent ainsi ! Ce sont les idées les plus toxiques qui vont se répandre et génératrices de tension, de haine et de violence. L’antiparlementarisme se voit ouvrir un large boulevard devant lui.

 

Les conséquences de l’affaire UMP n’ont pas fini de percuter l’organisation institutionnelle de la France. La Naissance du RUMP à l’Assemblée nationale est le triste signal d’une vie politique à grand spectacle, ponctuée de mensonges et de tricheries en tout sens.

 

Pendant ce temps là les affaires du monde courent et elles ne courent pas en notre faveur, mais pas du tout Messieurs de l’UMP et du RUMP.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 15:50

cope.jpgA ce tournant de l’histoire de l’UMP, il convient de s’arrêter sur le portrait de Jean-François Copé pour tenter de comprendre l’acharnement dont il fait preuve à occuper la place de Président de l’UMP au risque de la faire imploser.

 

Il est né le 5 mai 1964, il a 4 ans en 1968, il est donc de la génération d’après mai 1968.

Sa famille : son père est un célèbre chirurgien gastro-entérologue d’origine juive et roumaine, sa mère Monique Ghanassia est originaire d’Algérie. Ils sont trois enfants, il est l’ainé. Son grand père Marcu Hirs Copelovici était médecin en Roumanie. Il émigre, suite à la persécution des juifs dans ce pays, à Paris, en 1926, il se marie et échappera de peu à la rafle d’Aubusson en octobre 1943. Sa grand mère Lise Boukhabza est algérienne, petite fille d’un rabbin, originaire de Tunisie.

 

Famille équilibrée et multiculturelle, plutôt intéressante.

 

Le petit Jean-François fera ses études dans le 15ième arrondissement de Paris. En 1981 alors que François Mitterrand accède à la présidence de la république il obtient son baccalauréat en série B. 1985 il intègre Sciences Po, puis en 1987 l’ENA, dont il sortira en 1989 dans la promotion « Liberté-égalité-Fraternité ».

 

Il fera un premier mariage en 1991 avec Valérie Ducuing qui lui donnera un fils et une fille. Seize ans plus tard, il divorce pour épouser Nadia Hamama, d’origine algérienne.

 

Il enchaine les boulots d’énarque : Caisse des dépôts et consignations, Crédit local de France, puis maitre de conférences à Science Po (Economie et finances), puis à l’Université Paris VIII.

C’est seulement en 2006 qu’il fonde son club politique Génération France.fr. Ses thèmes politiques d’alors ? « L’identité de vivre ensemble et le pacte républicain »

 

C’est en juin 1995, à l’âge de 31 ans, qu’il deviendra député de la 5ième circonscription de Seine et marne, en remplacement de Guy Drut nommé au gouvernement de Juppé. Il sera donc le benjamin de l’Assemblée. Mais il sera toujours le benjamin des parlementaires battus en 1997 à l’occasion d’une triangulaire avec le PS et le Front national (sinistre leçon politique). Il se rabattra sur le Conseil régional d’Ile-de-France de 1998 à 2007.

 

C’est en mai 2007 que bénéficiant d’un décret  permettant aux anciens députés de devenir avocat qu’il passe le CAPA et s’inscrit au barreau de Paris. Son entregent et son culot lui ouvre la porte du plus grand cabinet d’avocat en France Gide Loyrette Nouel, appointé à 20 000 euros par mois.

 

Petit retour en arrière. Il participe à la cellule économique de Jacques Chirac de 1993 à 1995 qu’anime Sarkozy. Il soutient jacques Chirac en 1995 à l’élection présidentielle et c’est cette année là qu’il entre dans la gouvernance du RPR comme secrétaire national en charge de l’économie. Puis en 2001 il prend du garde comme secrétaire général adjoint. Il sera aussi élu maire de Meaux en 1995 et réélu en 2001

 

En 2002 il redevient député dans la 6ième circonscription de Seine et Marne. Puis entame une carrière ministérielle : secrétaire d’Etat aux relations avec le parlement, porte parole du gouvernement (Raffarin I), il est là aussi benjamin du gouvernement à 38 ans. En 2004 il est ministre délégué à l’Intérieur, puis au Budget et à la réforme budgétaire (Raffarin III). Inamovible il garde ses fonctions dans le gouvernement Dominique de Villepin avec la réforme de l’état en plus.

Il est réélu député le 10 juin 2007 et élu président du groupe UMP à une large majorité de voix à 43 ans. Il y est enfin arrivé, en brûlant toutes les étapes, il tient son pouvoir, c’est l’homme fort de l’UMP après Sarkozy.

 

En novembre 2010 il deviendra donc secrétaire général de l’UMP avec un œil rivé sur la présidentielle, pour saisir au bond sa chance, en cas de défaite de Nicolas Sarkozy en 2012. Cet échec consommé, Jean-François Copé se verra pousser des ailes…, tout lui semble promis, il faut qu’il garde la direction du parti pour être le candidat de la droite en 2017. Il se déclare candidat à la présidence de l’UMP, qui expérimente pour la première fois la démocratie en son sein. Hélas François Fillon contrecarre ses projets en se présentant contre lui et en réunissant derrière lui une majorité de députés et encore plus de sénateurs.

 

Mais rien ne lui fait peur. Il refuse de se retirer le temps de l’élection de la direction du parti. Là, le ton était donné, celui de « tous les moyens sont bons pour garder la parti ». Impossible de réellement départagé les deux candidats au coude à coude, il s’en suit un spectacle pitoyable d’auto proclamation de Copé lui-même, puis d’une contre attaque foudroyante de François Fillon et ses équipes, celui-ci, avant de saisir la justice, va jusqu’à parler à propos de l’UMP, de parti mafieux.

Juppé échouera dans une mission de conciliation. Copé s’accroche au pouvoir, il tient politiquement la commission COCOE (Commission d'Organisation et de Contrôle des Opérations Électorales) et l’instance de recours. Désormais c’est le registre du désastre qui s’affiche dans les médias, les partisans de l’un et de l’autre s’insultent sur les plateaux TV, Copé fait faire des choses ridicules aux instances du parti et s’impose par la force comme président de l’UMP.

 

Il ne reste plus qu’à François Fillon de saisir la justice et d’ouvrir la voie à la dissidence en emportant une bonne parti du groupe parlementaire UMP et l’argent public qui va avec.

 

Cette belle carrière politique de ce jeune homme si prometteur s’est emballée… l’avenir dira quelle conséquence il encourra, mais déjà l’opprobre est sur lui, car il apparait comme celui qui a pris de force le pouvoir dans le cadre du premier exercice démocratique de l’UMP, qu’il a sinistrement plombé devant la France entière.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 17:22

imagesCA476BQYLes deux caisses de retraites complémentaires privées sont l’Agirc et l’Arrco. Celles-ci sont déficitaires depuis plusieurs années. Elles ne peuvent statutairement pas être en déficit. Aussi ces dernières années ont-elles puisées dans leurs réserves pour faire face. Les projections sur la tendance actuelle, sans qu’aucune mesure ne soit prises donnent une fin des réserves en 2017 pour l’Agirc et en 2020 pour l’Arrco. Demain quoi….

 

Des réunions se tiennent tous les ans entre le Medef et les centrales syndicales pour évoquer le sujet. Jusqu’ici après de multiples alertes les mesures prises ne portaient pas à conséquence. Mais l’alerte, semble-t-il s’est accélérée et à réuni une fois de plus les protagonistes. Peu de publicité est faite, étrangement à ces discussions qui engagent pourtant l’avenir de l’ensemble des retraites du privé.

 

La Medef (patronat) est sortit du bois en faisant des propositions explosives en propos liminaires aux discussions qui s’ouvrent. La potion est radicale, il s’agirait, ni plus ni moins de geler les pensions des retraites complémentaires du secteur privé pendant au moins trois années, première option. Un peu moins brutale et lissée dans le temps, une deuxième proposition consiste à sous indexer sur 5 années d’un point sur l’inflation.

Cette proposition est soutenue par l’ensemble des organisations patronales : Medef, CGPME et UPA.

 

La première hypothèse rapporterait selon les experts patronaux : 4,20 milliards d’euros et la seconde : 3,89 milliards d’euros.

En annexe il y a encore deux ou trois jolies bricoles : des propositions d’économies sur les pensions de réversion pour 390 millions d’euros, et surtout on taxerait les personnes qui bien que totalisant toutes leurs annuités et qui prendraient leur retraite avant 65-67 ans d’un montant de 10 %, ces ingénieux experts pensent en tirer 1,11 milliards d’euros.

 

Une fois de plus ces négociations paritaires font froid dans le dos, l’année dernière le patronat s’était déjà exercé à avancer une baisse de la valeur du point de pas moins 18% !

Inutile de dire qu’à cette heure les syndicats ne sont pas prêts à accepter de telles propositions. Pourtant elles circulent, soyons plus que jamais vigilants. Il n’y a pas qu’en Grèce où l’on s’attaque aux avantages sociaux, en France aussi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche