Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 18:58
Remaniement ministériel.

Nous y sommes, comme prévu Laurent Fabius a été nommé à la présidence du Conseil constitutionnel, les agendas du Président et du Premier ministre ont été changés, et enfin le Président parlera demain à 20 h aux Français sur TF1 et France2. C’est donc un remaniement important et pour la toute dernière ligne droite ; à peine un peu plus d’un an (mai 2017) avant l’élection mère de notre régime : la Présidentielle.

Première remarque, j’ai eu du mal à encaisser les rumeurs en provenance du Quai d’Orsay et du ministère de la Défense s’insurgeant de l’éventuelle arrivée de Ségolène Royal chez eux… La misogynie a encore de beaux jours devant elle…. Mme Royal a déjà une longue carrière ministérielle derrière elle :

  • Conseillère à l’Élysée en 1981
  • Élue députée des Deux Sèvres réputée ingagnable pour la gauche à la surprise générale
  • Ministre dans les gouvernements de Bérégovoy (ministre de l’Environnement) et Jospin (ministre délégué à l’enseignement scolaire), puis ministre déléguée à la famille
  • Présidente de la région Poitou-Charentes de 2004 à 2014
  • Première femme française à accéder à un second tour à l’élection présidentielle en 2007
  • Et depuis 2014 ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie

On peut ne pas être d’accord avec elle, et critiquer la politique qu’elle a pu mener… mais là ce n’est pas de cela qu’il s’agit, on lui dénie le droit d’exercer ces fonctions ministérielles dites régaliennes.

Je n’ai donc qu’un seul souhait, c’est que François Hollande soit assez malin et assez politique, pour envoyer un signal fort en nommant Ségolène Royal au Quai d’Orsay.

La nomination du tiède Jean-Marc Ayrault serait une catastrophe.

Pour le reste je partage assez l’idée de Julien Dray en se débarrassant de Manuel Valls et en nommant Bertrand Delanoë, le Président enverrait un signal encore plus fort et permettrait surtout de relier les fils entre son aile droite et son aile gauche.

Mais bon je rêve sans doute, une politique audacieuse et forte semble bien loin des préoccupations élyséennes…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 17:35
« Réforme de l’orthographe », un recentrage est nécessaire.

Beaucoup de bruits pour pas grand-chose, mais c’est surtout l’occasion pour les réactionnaires de tous poils de se manifester et faire entendre leur voix. Je suis donc allé voir à la source de l’information, à savoir le Journal Officiel, ce que tout le monde devrait faire avant de lancer des affirmations, souvent péremptoires, mais surtout fausse.

Tout d’abord il ne s’agit pas à proprement parler d’une réforme de l’orthographe, mais de la parution au J.O. d’un décret qui date de 1990… ce qui a laissé le temps, théoriquement à tous d’y réfléchir, d’abord les premiers intéressés, les éditeurs de livres et de manuels scolaires et les enseignants bien sûr. Quand on voit ce qu’ose déclarer Jean d’Ormesson, homme de talent, mais surtout de mauvaise foi. Il était en 1990 favorable aux recommandations du conseil supérieur de la langue française, validées par l’Académie française. Aujourd’hui, sans rire, il dit : « À l’époque, j’étais plutôt favorable à cette tendance réformatrice. Parce qu’il y a vingt-cinq ans, les gens n’étaient pas malheureux comme aujourd’hui, et le pays dans cet état. »

Rappelons que le français est une langue vivante qui n’a pas cessé au fil des siècles d’évoluer et de s’adapter intégrant même des pans entiers de langues étrangères…

Ces fameuses rectifications orthographiques concernent environ 2000 mots, qui soulignons-le accepteront les deux orthographes.

Quant à l’accent circonflexe, les réseaux sociaux ont répercutés de gros malins : comme Landezy Yves : « Je vais me faire un petit jeûne » « Je vais me faire un petit jeune » De l’importance de l’accent circonflexe. Ou bien cet autre @j_nij2015 qui proclame « Courage à tous les Jerome qui vont perdre leur accent circonflexe ».

Et nous avons eu des tonnes de bêtises de ce genre. Eh bien non les mots jeune/jeûne ne sont pas concernés et les noms propres non plus.

Et enfin pour ce qui est des enseignants il n’y a aucun caractère obligatoire à enseigner cette orthographe revisitée en 1990. Ainsi le hashtag #JeSuisCirconflexe n’a pas lieu d’être.

Sur cette histoire d’accent circonflexe on ne peut pas éviter de citer le texte lui même, parfaitement clair :

« 4. Accent circonflexe.

Si l’accent circonflexe placé sur les lettres a, o et e peut indiquer utilement des distinctions de timbre (mâtin et matin ; côte et cote ; vôtre et votre ; etc.), placé sur i et u il est d’une utilité nettement plus restreinte (voûte et doute par exemple ne se distinguent dans la prononciation que par la première consonne). Dans quelques terminaisons verbales (passé simple, etc.), il indique des distinctions morphologiques nécessaires. Sur les autres mots, il ne donne généralement aucune indication, excepté pour de rares distinctions de formes homographes.

En conséquence, on conserve l’accent circonflexe sur a, e, et o, mais sur i et sur u il n’est plus obligatoire, excepté dans les cas suivants :

a) Dans la conjugaison, où il marque une terminaison :

Au passé simple (première et deuxième personnes du pluriel) :

nous suivîmes, nous voulûmes, comme nous aimâmes vous suivîtes, vous voulûtes, comme vous aimâtes.

À l’imparfait du subjonctif (troisième personne du singulier) :

qu’il suivît, qu’il voulût, comme qu’il aimât.

Au plus-que-parfait du subjonctif, aussi nommé parfois improprement conditionnel passé deuxième forme (troisième personne du singulier) :

qu’il eût suivi, il eût voulu, comme qu’il eût aimé.

Exemples :

Nous voulûmes qu’il prît la parole ; Il eût préféré qu’on le prévînt.

b) Dans les mots où il apporte une distinction de sens utile : dû, jeûne, les adjectifs mûr et sûr, et le verbe croître (étant donné que sa conjugaison est en partie homographe de celle du verbe croire). L’exception ne concerne pas les dérivés et les composés de ces mots (exemple : sûr, mais sureté ; croître, mais accroitre).

Comme c’était déjà le cas pour dû, les adjectifs mûr et 6 décembre 1990 Documents administratifs 13.

sûr ne prennent un accent circonflexe qu’au masculin singulier.

Les personnes qui ont déjà la maîtrise de l’orthographe ancienne pourront, naturellement, ne pas suivre cette nouvelle norme. (Voir Analyse 3.3 ; Recommandation 4.)

Remarques :

— cette mesure entraîne la rectification de certaines anomalies étymologiques, en établissant des régularités.

On écrit désormais mu (comme déjà su, tu, vu, lu), plait (comme déjà tait, fait), piqure, surpiqure (comme déjà morsure) traine, traitre, et leurs dérivés (comme déjà gaine, haine, faine), et ambigument, assidument, congrument, continument, crument, dument,

goulument, incongrument, indument, nument (comme déjà absolument, éperdument, ingénument, résolument) ;

— sur ce point comme sur les autres, aucune modification n’est apportée aux noms propres. On garde le circonflexe aussi dans les adjectifs issus de ces noms (exemples : Nîmes, nîmois.) »

Ainsi si moi j’adopte nénufar et ognon, je garde l’accent circonflexe.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Littérature
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 12:56

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans jardinage
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 18:59

Un peu d’histoire.

Chaque écolier a encore en mémoire cette anecdote de l’histoire de France que lui a narrée son instituteur. Ce serait donc à Henry IV que l’on devrait ce plat : « Si dieu me donne encore de la vie, je ferai qu’il n’y aura point de laboureur en mon Royaume qui n’ait moyen d’avoir une poule dans son pot ».

On doit cette histoire à Hardouin de Perefixe, archevêque de Paris et surtout précepteur du jeune Louis XIV qui rédigea l’Histoire d’Henri le Grand. Selon lui, Henry IV aurait eu cette conversation avec le duc de Savoie en réaction aux critiques de celui-ci sur la pauvreté des sujets du roi… L’histoire ne dit pas en vérité que ce bon roi eut autant que cela le souci des paysans pauvres de son royaume, mais l’imagerie d’Épinal grossit le trait et fit de ce propos une véritable légende.

Mais il est vrai que cette recette appartient bien à la tradition gastronomique béarnaise…

Les ingrédients.

Choisissez une poule de qualité… évitez donc les rayons de supermarché et passez par votre boucher.

Prévoyez de belles carottes, une botte de petits poireaux, un oignon piqué de trois clous de girofle, de petits navets, quelques morceaux de céleri et enfin de belles pommes de terre.

Farcissez la poule avec un bouquet garni.

La préparation.

Plongez la poule dans une marmite emplie d’eau froide salée, portez à ébullition, et comme pour le pot au feu, écumez pendant une dizaine de minutes toute l’écume grise qui montera à la surface. Ensuite, ajoutez tous les légumes et faites cuire à feux doux pendant deux heures et demie.

Le service.

Vous pouvez filtrer le bouillon, dit bouillon de poule et faites y cuire des petites pâtes, genre vermicelle ou alphabets, et servez copieusement. Les amateurs pourront mettre une ou deux gorgées de vin rouge dans l’assiette.

Ensuite, avec un peu de bouillon que vous avez pris soin de réserver, vous faites un roux avec une casserole, un peu de beurre, sur le feu mélangez avec un peu de farine et une cuillère en bois, ajoutez brutalement le bouillon et tourner jusqu’à ce que la sauce prenne, un peu de crème fraiche et voilà la sauce qui pourra accompagner le plat avec la poule découpée et les légumes cuits au bouillon.

Petite variante, on peut aussi accompagner la poule avec un peu de riz, celui-ci aura cuit dans une petite boule d’acier plongée dans le bouillon.

Partager cet article

Repost 0
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 17:53

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 18:55

Ils ont déjà fait un travail fantastique et ils sont dans les clous de la Cop21, ce sont de vrais amoureux de la nature ... comme moi aidez les, les petits ruisseaux feront les grandes rivières.

Voila aussi le site de leur super base de nature qui n'attend que votre visite

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans nature
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 15:24
La poste… coup de colère !

Franchement si la poste disparaît on ne va pas pleurer sur cette perte. Fidèle à son image de marque « pourrie » qu’elle véhicule depuis bien longtemps, ses efforts de rénovation n’ont pas servi à grand-chose.

Vendant quelques objets par Ebay, je me vois devoir expédier une guitare en Corse et une crosse de hockey dans le département 36. Par précaution, je me rends dans mon bureau de poste pour les interroger sur la possibilité de faire de tels envois… On ne sait jamais… la réponse et oui par colissimo pour les deux objets.

Je fais donc mes emplettes en papier kraft et papier bulle, je m’adjoins l’aide d’un ami bricoleur. On y passe beaucoup de temps, mais le résultat est satisfaisant en terme d’enveloppe et de protection.

Je me fais accompagner en voiture, car les colis sont un peu volumineux, la guitare passe, mais pour la crosse de hockey c’est le prix qui me fait tiquer 13 euros 90, car il y a un surcout, me dit-on en raison de la longueur du colis, alors que mon acheteur ne m’a versé que 5 euros. Je renonce provisoirement. Mon acheteur décide de s’aligner sur le prix de l’envoi, je retourne donc à mon bureau de poste. Hélas pour moi les deux sympathiques agents ont disparu et j’ai droit à, visiblement, une chef de service qui doctement me refuse sèchement l’envoi… trop long maximum 1m 50, ce que j’aurais aimé savoir lors de mes précédentes visites. La crosse fait 1m 40, mais si l’on ajoute le bas qui part en biais on est approximativement à 1m64.

Je râle c’est normal, le ton de la dame est celui d’une institutrice qui réprimande un élève (j’ai quand même 63 ans), alors que j’aurais aimé avoir une personne compétente qui me propose des solutions à mon problème. J’y ai passé beaucoup de temps, j’ai utilisé l’aide deux personnes au moins, tout cela pour rien… au moment où je demande au moins des excuses… je me fais méchamment jeter parce que je ne suis pas en mesure de donner le nom et l’identité exacte des deux agents (je vous jure dixit.. ) qui avaient accepté l’envoi à 13 euros 90…. Incroyable. Soit cette dame veut instaurer un système de délation à la poste, soit elle me traite de menteur…

Par ailleurs, la guitare partie en colissimo en Corse est toujours bloquée à Marseille pour des « problèmes de liaison entre le continent et la Corse ». Le service n’étant pas fait dans les délais annoncés, vais-je avoir un remboursement ?

Bref, on sait envoyer des satellites dans l’espace, mais une crosse de hockey en France ce n’est pas possible

En attendant, on rêve qu’une société américaine vienne prendre la place de la poste… Fedex ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Vie quotidienne
commenter cet article
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 13:09
À tous ceux qui ne participent pas…

Avec un taux d’abstention de 44 %, des non-inscrits, soit 6 millions de personnes en âge de voter (12 % de la population majeure), 2 % de votes blancs, on voit combien les résultats des différents compétiteurs politiques à cette régionale représentent si peu les Français. C’est assez spectaculaire et me laisse perplexe.

Combien sont-ils ? En faisant cette adition ce sont 58 % des français qui d’une manière ou un autre ne participent pas à la République. Qui sont-ils ? Et après tout s’excluant eux même de la démocratie, ils n’auraient donc pas voix au chapitre. D’autant qu’au regard de la diversité de l’offre politique, que l’on peut même juger parfois excessive, on imagine mal qu’ils n’y trouvent pas leur compte

Et pourtant dans cette foisonnée de femmes et d’hommes politiques de droite, du centre, de gauche, de l’extrême droite, de l’extrême gauche, de nulle part, écologistes, régionalistes, divers, et autres… rien ne trouve grâce à leurs yeux, ils votent blanc, ne se déplacent pas, ou pire encore ne se font pas inscrire sur les listes électorales.

On peut toujours leur dire que des hommes et des femmes sont morts pour qu’ils puisent exercer leur droit de regard sur l’organisation de la société dans laquelle ils vivent. On peut encore leur dire qu’il y a par le monde tant de gens qui ne vivent pas en démocratie et qui subissent l’arbitraire du totalitarisme… rien n’y fait, visiblement l’envie d’exercer leurs droits démocratiques ne leur vient pas.

Alors, allons-nous vaquer à notre devoir électoral sans leur jeter un seul regard, en n’ayant que mépris pour eux ?

Non, il faut s’interroger sur leurs motivations ou leur absence de motivation.

J’ai plusieurs explications à l’esprit.

D’abord dans notre pays ils sont des millions pour lesquels chaque jour est un combat pour leur survie. Confrontés à la pauvreté et à la précarité, imaginez bien que leur cerveau n’a pas d’espace disponible pour l’exercice de la démocratie. C’est bien dommage, mais mettez-vous un instant à leur place, si cela est possible, vous comprendrez que voter… c’est loin, bien loin.

Et puis, il y a les autres, ils n’ont pas à lutter pour vivre, mais ils ont le sentiment, non pas que la droite et la gauche c’est pareil… non ils ont le sentiment profond qu’aucun parti politique n’est en mesure de régler les problèmes cruciaux du moment : la crise économique, le chômage, les problèmes d’environnement. Ils ont accès à l’information et du coup ils sont habités par un terrible sentiment d’impuissance. Alors à quoi bon ?

Enfin, il ne faut pas dédouaner la responsabilité de notre personnel politique. La période est plutôt sinistre et peu de femmes et d’hommes se révèlent à la hauteur de la situation.

La réduction du septennat à cinq ans, voulu par Lionel Jospin est devenue un piège ; ainsi sur 10 ans les Français auront expérimenté Sarkozy pour la droite et Hollande pour la gauche… leur sentiment c’est qu’ils n’y ont pas trouvé leur compte sur une période, somme toute courte de 10 ans… ils ont le sentiment amer d’avoir expérimenté les deux partis de gouvernement et qu’au final les deux les ont terriblement déçus. D’où ce vote bondissant du Front national, comme si après avoir tout essayé, celui-ci paraissait paré de toutes les vertus de la nouveauté.

Mais le peuple est sans mémoire, le Front national, ou du moins ses ancêtres ont déjà gouverné la France sous Vichy et pendant l’occupation allemande.

Même si Marine Le Pen a eu l’intelligence et l’habilité de gommer tous ces souvenirs, il n’en reste pas moins que le FN, c’est Vichy et aussi ne l’oublions pas l’OAS, une organisation terroriste pendant la guerre d’Algérie et que Mme Le Pen entretient des liens d’amitié très étroits avec tous les partis d’extrême droite dans toute l’Europe.

Voilà l’état des lieux… mais pour reprendre l’expression de Lénine « Que faire ? », difficile pour un simple citoyen épris de liberté et amoureux de sa république de trouver son chemin… résister chaque jour et chaque heure, en lien avec celles et ceux qui s’engagent dans la résistance. Et enfin comme le meilleur n’est pas à venir, faire toujours le choix du moindre mal et dimanche il voter républicain….

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
2 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 11:10

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Culture
commenter cet article
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 17:39

La France, mon pays, est une lumière qui éclaire le monde, grâce à ses plus brillants esprits, écrivains, scientifiques, musiciens, philosophes... Elle a illuminé la planète de sa vision généreuse et humaniste et elle a été l’inspiratrice des droits de l’homme. Elle a conçu pas à pas un modèle de société en perpétuelle amélioration, parvenant progressivement au suffrage universel, à de plus en plus de droits pour les femmes, à la liberté d’opinion et de la presse, au pouvoir de choisir ses dirigeants etc. … Mais aujourd’hui la France m’inquiète.

Après avoir beaucoup écouté, beaucoup vu, peut-être un peu entendu, et un peu compris, je prends la plume pour dire les raisons qui font que je voterai socialiste aux élections régionales.

Le Front national (FN) avait le vent en poupe, une fois de plus, en raison de la crise, de la montée permanente du chômage, de l’échec des partis de gouvernement… Désormais avec les attentats et l’omniprésence d’un islamisme radical et menaçant, le FN connaît la poussée de plus, sans doute de trop, celle qui peut lui permettre d’accéder à la présidence de deux grandes régions françaises, avec ou sans front républicain en face. C’est dire que l’extrême droite française devient potentiellement un parti de gouvernement et Marine Le Pen peut songer très sérieusement à entrer à l’Élysée en 2017. C’est ce qui fait frémir, quand on connaît nos institutions et la possibilité pour un parti d’extrême droite et une femme très résolue comme Marine Le Pen d’exercer tout leur pouvoir de malfaisance et de malveillance sur la société française.

Je n’aurai jamais cru pouvoir écrire de telles phrases…

Convaincu que le FN n’est pas un parti comme les autres, qu’il dispose de suffisamment de monde pour faire tourner sa boutique, et que malheureusement des millions de Français désemparés sont sur le point de s’en remettre à lui, sans être en mesure d’en calculer l’impact sur leur liberté et leur mode de vie… je ferais abstraction de l’idée que je me fais de ce que devrais être idéalement le PS. En effet, car idéalement, c’est bien le FN qui me et nous menace…

Donc, il faut être pragmatique et parer au plus urgent. Quoi qu’on en pense, le PS, c’est-à-dire François Hollande, Manuel Valls et les dirigeants du PS incarnent au mieux la possibilité de sauvegarder notre manière de vivre.

De la même manière, si cela se révélait nécessaire je passerais des accords avec la droite et le centre républicain. J’ai suffisamment confiance en la plupart d’entre eux pour nous préserver du pire cauchemar que serait une France gouvernée par le FN.

Comment faire autrement ? L’échec est là… on a laissé s’installer un état de désespérance dans le pays. Ce n’est même plus du désenchantement (comme en 1982), mais un désespoir auquel se mêle une pointe aiguë de peur désormais… les palabres à la manière d’un Mélenchon, les arguties à la façon Europe écologie et les circonvolutions du cerveau de Pierre Laurent ne sont plus de mises et frisent une forme d’indécence alors que le feu ne se contente plus de couver dans la maison France. Il est en train d’en ravager les murs et les fondations.

Je voudrais bien ne pas avoir à quitter la France… un pays que j’aime profondément, mais comme citoyen du monde je suis chez moi un peu partout, pour autant que ce soit un espace de démocratie. Car il faut le dire avec Le FN, c’est la démocratie française qui s’en ira. À la liberté d’aller et venir se substituera la suspicion, l’art de la délation, la méfiance, la surveillance abusive, à la liberté d’opinion et de la presse succédera un univers étroit plein d’interdits, à la joie de vivre comme bon il nous semblait, viendra le temps des ombres noires et des orages funestes.

Pour ma part je me sens parfaitement averti des risques encourus, je serai en conséquence raisonnable, et vous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche