Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 18:12
« Juste avant l’oubli » D’Alice Zeniter – Editions Albin Michel/Flammarion

Le titre du roman est prometteur… et les promesses sont tenues. Alize Zeniter, jeune auteur, possède un don. Son écriture, portée par un style léger et plein de fulgurances, porte un véritable récit. C’est à un double voyage qu’elle nous convie. Celui de l’aventure d’Émilie et de Franck destinée à se déliter, et le récit troublant, entretenu autour de Galwin Donnell… auteur mondialement connu du polar pour lequel ses affidés se réunissent une fois par an sur l’île où il a fini par disparaître dans de mystérieuses circonstances.

Bien sûr Donnell n’existe pas et encore moins son détective factice Adrian Dickson Carr… et pourtant, la magie d’Alice Zeniter, c’est de faire vivre aussi bien cette légende que le couple d’Émilie et de Franck.

C’est un livre pour les lecteurs amoureux des mots et des belles phrases… ceux-ci portent avec délice le déroulement fatal d’une double intrigue où l’on s’enfonce pas à pas, déterminés à combler les vides et les manques, juste avant l’oubli.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Littérature
commenter cet article
11 avril 2016 1 11 /04 /avril /2016 17:19
Recette des Gnocchis (sans pomme de terre)

On y fait référence dès le XVe siècle, notamment dans les poèmes de Laurent de Médicis. Pelligrino Artusi en donne plusieurs recettes dans son livre de référence « La Scienza in cucina e l’Arte di mangiar bene ». Les gnocchis appartiennent à la famille des pâtes. Ils se préparent soit avec un mélange de farine de blé et de pomme de terre, soit juste à base d’un mélange de farine de blé, d’œuf, de lait (ou d’eau) et de beurre que l’on poche à l’eau et gratine au four avec du fromage.

Ingrédients pour 6 personnes :

La pâte à gnocchis

  • 5 œufs
  • ¼ de litre de lait
  • une grosse pincée de sel
  • râpée de noix de muscade
  • 125 gr de beurre
  • 200 gr de farine
  • 100 gr de gruyère

La sauce béchamel à la tomate

  • 50 gr de beurre
  • 50 gr de farine
  • 50 cl de lait
  • une petite boite de concentré de tomate
  • râpée de noix de muscade
  • sel et poivre

Faites bouillir le lait avec le beurre coupé en morceaux, jetez d’un seul coup la farine dans le lait bouillant, cela formera une boulle de pâte qui se décolle facilement des parois de la casserole.

Dans la casserole, hors du jeu, ajoutez le gruyère, puis les œufs un à un, en mélangeant bien avec une cuillère en bois, râpez un peu de noix de muscade. Laissez reposer une dizaine de minutes.

Faites bouillir de l’eau salée dans un grand récipient. Puis avec une cuillère, prélevez successivement plusieurs petites boules de pâte que vous jetez dans l’eau bouillante, laissez cuire et lorsqu’elles remontent à la surface, vous les prélevez avec une écumoire et vous les laissez sécher et refroidir sur du papier absorbant.

Vous pouvez aussi les rincer à l’eau froide, puis vous les laissez sécher.

Ensuite, vous préparez une béchamel à la tomate.

Dans une casserole, faites fondre un bon morceau de beurre (50gr) sans le faire brûler, puis vous y saupoudrez 4 cuillères à soupe de farine (50 gr), remuez avec la cuillère en bois, jusqu’à cela fasse une crème un peu épaisse, puis jetez y 50 cl de lait, et vous tournez sans arrêt jusqu’à ce que la sauce épaississe (15 min), salez, poivrez, ajoutez encore un peu de râpé de noix de muscade, incorporez le concentré de tomate (une petite boite) ou à défaut de la sauce tomate.

Prenez un plat qui va au four, vous disposerez vos petits gnocchis dans ce plat et vous recouvrez le tout avec votre béchamel à la tomate. Saupoudrez de gruyère râpé. Mettre à four chaud (210 degrés) pendant 30 minutes. Servez bien chaud.

Partager cet article

Repost 0
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 17:00

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Science
commenter cet article
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 19:57

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Politique Internationale
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 19:10
Le salsifis.

Voilà un plat un peu oublié, c’est bien dommage, on n’y pense plus et il faut reconnaître qu’il n’est pas facile à trouver, même au cœur de l’hiver.

C’est pourtant un aliment de premier plan, tant pour sa valeur gustative (rien à voir avec les conserves ou le surgelé) que pour ses propriétés.

C’est une racine très riche en vitamine E et qui présente des propriétés anti oxydantes réelles.

Très pauvre en calorie, elle est particulièrement adaptée aux régimes amaigrissants. Riche en potassium, elle est aussi diurétique. Enfin très riche en fibres, le salsifis assure un nettoyage et un transit des intestins parfait.

Son goût est remarquable, assez proche de l’asperge. Enfin, il s’accommode de multiples façons, il accompagne à merveille toutes les viandes blanches et poissons.

Recette du ragoût de veau aux salsifis.

Il faut d’abord les laver pour bien enlever la terre, ensuite couper les deux bouts. Avec un économe, vous les épluchez comme on éplucherait des carottes. Prévoyez un récipient empli d’eau citronnée pour plonger les morceaux une fois nettoyés qui ont tendance à s’oxyder très vite.

Or le plus important c’est de bien conserver la couleur très blanche de cette racine.

Coupés en petits tubes de 3 cm vous les ferez cuire dans un litre d’eau bouillante salée, dans laquelle vous aurez préalablement ajouté un jus de citron et délayé une cuillérée à soupe de farine, pour continuer à préserver leur couleur blanche pendant la cuisson de 20 minutes. Ensuite, les égoutter et les réserver.

Découper votre morceau de veau en petits cubes que vous ferez revenir dans votre cocotte, vous ajouterez un oignon finement haché, remuez bien, et saupoudrez de la farine en remuant pour bien enrober les morceaux, faites revenir cinq bonnes minutes, recouvrez avec de l’eau chaude en grattant bien le fond de la cocotte pour que les sucs se dissolvent bien. Ajoutez les salsifis. Portez à ébullition et faites cuire à petit feu pendant une bonne heure

Servez bien chaud avec du persil haché.

Partager cet article

Repost 0
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 15:40
Odile Henry.

Odile Henry a disparu le 27 février, c’est une amie rare qui s’en va, mais c’est aussi, pour ma part un univers qui se dissipe… s’inscrit dans le passé, un passé qui me paraît révolu, teinté d’une certaine nostalgie qui s’impose malgré moi. Est-ce la fin comme elle le pensait, est-ce autre chose, comme je peine à encore l’espérer ? Est-il envisageable de se dire que le 27 février, Odile et tout ce qu’elle a incarné ne sont plus ? Ne serait-elle seulement plus que la multitude de souvenirs au cœur de ceux qui l’aimaient et de tous ceux qu’elle a croisés au cours de son passage terrestre ?

Son empreinte sur notre monde est indélébile, elle m’a changé, elle nous a tous changés dans la relation qu’elle a eue avec chacun d’entre nous. Son action militante a aussi pesé dans la manière de voir, d’interpréter le monde… de se construire individuellement avec la perfection du doute pour mieux avancer et ne jamais rien considérer comme acquis. Elle n’est peut-être plus là dans son essence humaine, mais il y a tant de choses d’elle qui continue à vivre à travers sa famille, son mari, ses enfants et petits enfants, ses amis…

J’étais membre du cabinet du ministre du Temps Libre André Henry en 1981. Je devais cette nomination à la fois à ma participation à la campagne de François Mitterrand, et à mon appartenance au courant de Michel Rocard. C’est un ami de Michel Rocard, Pierre Roussel trésorier de la MGEN que je dois la recommandation auprès d’Henri Grolleau qui dirigeait le cabinet d’André Henry.

Ma première rencontre avec Odile fut lointaine, la femme du ministre, j’étais impressionné… nous nous sommes plutôt croisés… car durant toute cette période elle se tint à l’écart, ne voulant en aucune manière interférer avec l’activité de son mari. C’était déjà une grande militante de l’action laïque, mais aussi de la cause des femmes qu’elle ne cessa jamais de défendre jusqu’à son initiation à la Franc Maçonnerie et son accession comme grand maître de la Grande Loge Mixte de France.

C’est après 1983, lorsqu’il fut mis fin au Ministère du Temps libre, que nous nous sommes rapprochés et que j’ai appris à mieux connaître cette femme habitée par un doute permanent et qui questionnait de manière incessante toutes situations, toutes idées, toutes relations… j’ai rarement rencontré dans ma vie un tel parcours, bien avant de rejoindre la maçonnerie en 1987, elle était sans aucun doute ce que l’on appelle un maçon sans tablier. Mais cette exigence de l’esprit a un prix, car elle n’est pas exempte d’une forme de souffrance.

Nous avons fait tant de choses, apprises ensemble, débattues… que ce soit l’idée d’un certain tourisme intelligent, éducatif, respectueux des paysages et des peuples, que ce soit l’esprit d’une culture en progrès à portée de main de tous, des plus instruits à ceux qui le sont moins, que ce soit une société plus juste, plus humaine, mais aussi plus douce, plus rêvée.

Je ne peux pas ne pas évoquer la figure d’Henry Grolleau. Il avait été le directeur de cabinet du ministre du Temps libre, inventif, combattif, instructeur, administrateur tout à la fois. Une amitié solide s’était nouée à cette occasion. Comme Odile, il fut après 1983 le compagnon de toutes ces aventures, la franc-maçonnerie, le combat pour un tourisme intelligent, que nous avions déjà initié pendant le ministère avec la campagne « Découverte de la France » et son logo du Furet du Temps libre ...

Je garde une affection particulière pour l’entreprise inachevée qui nous anima pendant plusieurs mois, après notre départ du gouvernement : « Le Petit dictionnaire de Gauche, le PDG ». Nous étions une dizaine à nous réunir, souvent chez moi, à travailler telle l’Académie française, en suivant les lettres de l’alphabet et en choisissant soigneusement les mots au cœur des problématiques de la gauche, avec la volonté, désabusée que nous avions de cette expérience inachevée de la gauche au pouvoir, la volonté de dire notre part de vérité. Nous mettions beaucoup de sérieux et une grande dose d’humour à tenter de cerner au mieux ce que nous estimions être la Gauche… les pages inachevées de ce grand dictionnaire restent toujours savoureuses aujourd’hui à l’épreuve du pouvoir…

Nous partagions le travail, le militantisme et aussi ces déjeuners inoubliables où nous échangions sur nos vies, sur la vie et sur un monde qui ne nous rassurait pas.

J’ai eu cette chance de te rencontrer Odile et j’en remercie le destin. Aujourd’hui on me dit que tu n’es plus… comme si cela était possible. Bien sûr que tu es plus que jamais dans nos cœurs, dans nos esprits, dans un air du temps que nous voudrions plus allègre… oui tu es là où nous irons à notre tour, là où les souvenirs tissent un ciel espéré plus bleu, plus clair, là où d’étranges horizons racontent aux passants le futur… oui tu es pour toujours dans ce lointain futur, car de l’oubli il ne sera jamais question. Nous te tenons fermement la main dans notre chaîne d’espoir, je sens la chaleur de ta paume et plus fermement que jamais je te tiens, mon voisin me tient et ainsi de suite… c’est ainsi que nous sommes, les chainons qui tiennent contre vents et marées, les anneaux d’une vie qui s’invente chaque matin, et tu y tiens pour toujours ta place.

Le temps s’en ira, les jours se finissent, à chaque crépuscule coule une nuit plus douce qu’amère, et puis vient le matin, peu à peu avec ses habits d’aurore pâle qui se cherche dans une ombre d’encre noire, mais rien n’y fait, la lumière finit toujours par s’échapper de la pénombre. La lumière… et les merveilleux nuages de Charles Baudelaire…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 11:59
Les objets connectés … des solutions appropriées.

Le temps passe et on finit par prendre du poids sans s’en rendre vraiment compte, démarrer un régime et toujours difficile et on n’a pas toujours les moyens de se faire accompagner. Les nouvelles technologies proposent désormais des outils appropriés, connectés à Internet et avec des petits programmes qui vous permettent d’enregistrer vos progrès et du coup vous motive à poursuivre.

Voilà une belle découverte dans la gamme des objets connectés : la balance de chez Withings (environ 149 euros). Bien sûr, elle donne le poids, mais d'une façon très précise et elle est capable de gérer jusqu'à 8 profils différents.

Il faut la connecter avec la box, c’est très facile, il n’est même pas nécessaire d’introduire le code de la box. En trois secondes, elle est connectée à internet via le WIFI.

Il faut aussi télécharger l’application Health Mate sur son Smartphone. Très rapide en 15 secondes.

Il faut se peser les pieds nus. Elle vous donnera votre poids à 100 GR près, votre Indice de Masse Corporelle (IMC), mais aussi votre masse graisseuse. Elle prendra votre pouls et donc assurera un suivi de votre rythme cardiaque.

Mais elle contrôle aussi la qualité de l’air et vous indique la météo du jour. Et enfin elle vous rappelle le nombre de pas faits la veille.

Vous pouvez aussi l’associer avec l’application MyfitnessPal, ce qui vous permettra de suivre les aliments que vous ingérez et donc de calculer très simplement les calories correspondantes. Et aussi d’ajouter des programmes d’acticités spécifiques (vélo, piscine, gym ..)

Le tout se synchronise avec le suivi d’activité de votre iPhone. Vous avez donc votre programme de calories par jour, auquel s’ajoute ,en fonction de votre activité, un certain nombre de calories en plus, et en introduisant vos repas vous veillez à ne pas dépasser le montant autorisé.

Bref à partir de cette balance vous disposez d’un véritable coach pour votre programme d’entrainement, pour moi c’est 10 000 pas par jours (8km5), mais aussi d’un suivi pour votre alimentation.

Pour une fois le tout est simple à installer et à programmer, il suffit de la balance et de son Smartphone (pour moi un iPhone, mais cela marche aussi avec un Samsung.)

C’est ludique, motivant et efficace.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Santé
commenter cet article
24 février 2016 3 24 /02 /février /2016 14:18

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Ecole & universités
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 15:41

Une grand militante du féminisme vient de s'éteindre à l'âge de 88 ans à Montreuil. Elle a été , entre autre, la fondatrice de la Maison des Babayagas , maison de retraite ouverte aux femmes qui ne voulaient pas se laisser isoler à la fin de leurs vies ... c'est à cette occasion que j'étais allé la rencontrer avec ses amies pour écrire un papier sur ce projet que je trouvais exemplaire.

Elle laisse derrière elle ce beau projet qui a fait des petits.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Famille
commenter cet article
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 18:58
Remaniement ministériel.

Nous y sommes, comme prévu Laurent Fabius a été nommé à la présidence du Conseil constitutionnel, les agendas du Président et du Premier ministre ont été changés, et enfin le Président parlera demain à 20 h aux Français sur TF1 et France2. C’est donc un remaniement important et pour la toute dernière ligne droite ; à peine un peu plus d’un an (mai 2017) avant l’élection mère de notre régime : la Présidentielle.

Première remarque, j’ai eu du mal à encaisser les rumeurs en provenance du Quai d’Orsay et du ministère de la Défense s’insurgeant de l’éventuelle arrivée de Ségolène Royal chez eux… La misogynie a encore de beaux jours devant elle…. Mme Royal a déjà une longue carrière ministérielle derrière elle :

  • Conseillère à l’Élysée en 1981
  • Élue députée des Deux Sèvres réputée ingagnable pour la gauche à la surprise générale
  • Ministre dans les gouvernements de Bérégovoy (ministre de l’Environnement) et Jospin (ministre délégué à l’enseignement scolaire), puis ministre déléguée à la famille
  • Présidente de la région Poitou-Charentes de 2004 à 2014
  • Première femme française à accéder à un second tour à l’élection présidentielle en 2007
  • Et depuis 2014 ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie

On peut ne pas être d’accord avec elle, et critiquer la politique qu’elle a pu mener… mais là ce n’est pas de cela qu’il s’agit, on lui dénie le droit d’exercer ces fonctions ministérielles dites régaliennes.

Je n’ai donc qu’un seul souhait, c’est que François Hollande soit assez malin et assez politique, pour envoyer un signal fort en nommant Ségolène Royal au Quai d’Orsay.

La nomination du tiède Jean-Marc Ayrault serait une catastrophe.

Pour le reste je partage assez l’idée de Julien Dray en se débarrassant de Manuel Valls et en nommant Bertrand Delanoë, le Président enverrait un signal encore plus fort et permettrait surtout de relier les fils entre son aile droite et son aile gauche.

Mais bon je rêve sans doute, une politique audacieuse et forte semble bien loin des préoccupations élyséennes…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche