Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 15:29

valls.jpgAlors que Manuel Valls considère comme régulière les procédures d’expulsion de la jeune collégienne kosovare, hier dans le Doubs, avec sa famille, la gauche s’élève violemment contre cette faute majeure, faute contre la dignité humaine, faute politique. Face à la vague de protestation le premier ministre a ordonné à Manuel Valls de diligenter une enquête administrative sur les conditions de cette expulsion.

C’est à l’occasion, d’une sortie scolaire en autobus que la police de Pontarlier est venue « cueillir » la jeune élève, scolarisée en troisième au collège André-Malraux, pour l’expulser de France.

On croyait ces méthodes de l’époque Sarkozy révolue, et qu’au moins la gauche serait digne sur ces sujets. Et bien non et il a fallu que le ministre de l’intérieur s’embourbe encore un peu plus en accordant son satisfecit à l’opération. Depuis ce sont le ban et l’arrière ban de toute la gauche qui donnent puissamment de la voix.

C’est un gouvernement au plus bas des sondages, réduit au dernier carré des fidèles qui commet la faute énorme à ne pas faire… Nombreux sont les ministres et les députés socialistes à réagir violement et sans prendre de gants. Claude Bartolone a réagi sur twitter en rappelant que la gauche ne pouvait pas transiger avec ses valeurs « sous peine de perdre son âme ».

L’ampleur des protestations a amené le gouvernement à rectifier les premièrs propos de Manuel Valls, la porte-parole du gouvernement a déclaré : «François Hollande veut y voir plus clair avant de commenter les faits »  De son côté le ministre de l’éducation Vincent Peillon a demandé « qu'on sanctuarise l'école, qu'on garde nos principes de droits et nos principes d'humanité à l'avenir ».

Leonarda, âgée de 15 ans a fait savoir depuis son désir de retourner en France où son intégration ne fait aucun doute aux vues des déclarations de ses enseignants et des parents d’élèves qui la côtoyaient régulièrement.

Lorsque M. Valls demande à chacun « de garder son sang-froid »  et réclame « une enquête de l'inspection générale de l'administration sur les conditions de l'expulsion. Le Défenseur des droits auditionnera aussi toutes les personnes concernées par l'affaire. Ne doutez pas un seul instant que les règles de droit public sont appliquées avec intelligence, discernement, humanité (...) par mes services »… on en est atterré.

Pour seule réponse à ces propos froids, technocratiques et foncièrement de droite on en appellera au témoignage de la jeune fille : "A sept heures et demie, j'ai eu un appel, c'est l'ancien maire de Levier qui m'a appelée, il m'a demandé où j'étais. J'ai amené le téléphone à la prof, il a parlé avec elle, je suis descendue du bus avec la prof, j'étais dans les bras de la prof en train de pleurer.

J'avais honte aussi parce qu'il y avait la police qui est venue, il y a des camarades qui me demandent 'Qu'est-ce que t'as fait, t'as volé ?' ».

Résultat des courses, un bureau national du PS hier soir plus qu’agité.  Et pas de chance c’est au moment où une bonne parte de la gauche s’apprête à fêter les 30 ans de « la Marche des beurs » que l’incident inexcusable survient.

Cette fois la révolte est manifeste, pour la première fois des menaces de démission se font entendre, tel Stéphane Delpeyrat, élu d'Aquitaine et secrétaire national à la recherche qui déclare : « Perso, je ne me vois pas rester à la direction du PS si rien n'est fait pour Leonarda, j'en tirerai les conséquences. ». Pouria Amirshahi, député PS a dénoncé une "violence faite à la République" et « des décisions aveugles et infâmes ».

Après de nombreux efforts, au nom de la rigueur et du redressement des comptes la gauche a serré sa ceinture et serré les dents. Cette fois sur les « valeurs » rien, mais absolument rien ne justifie un tel acte et si les propos du ministre de l’intérieur ne trouve pas une sanction et un désaveu absolu, alors oui cette fois la gauche aura perdu tout honneur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 16:35

Malgré les déclarations maladroite d’un Jean-Christophe Cambadélis, député de Front-national.jpgParis, parlant de tripartisme sur Europe 1 ce matin, nous n’en sommes pas encore là, loin s’en faut. Il faut remettre le résultat des cantonales à Brignoles dans son contexte. Ce n’est pas un échantillon de 0,05% de l’électorat français qui peut donner la tonalité réelle des élections à venir.

Au final, le Front national ne détient que deux cantons sur un total de 4 055. Pas de quoi fouetter un chat. Pour les élections municipales le parti de Marine Le Pen n’a réussi à monter des listes que dans une ville sur six, ce qui pointe la faiblesse de son organisation et de son encadrement. On se souvient dans le passé d’affaires locales où le FN tentait de recruter sur la base de petites annonces passées dans les journaux locaux.

Le fonds de commerce du FN c’est bien le buzz politico-médiatique qui est organisé autour de lui : que ce soit les sondages orientés, les commentaires, mais aussi les erreurs commisses par les caciques des deux principaux partis de gouvernements que sont l’UMP et le PS.

La dramaturgie… le maitre mot du microcosme politique et journalistique, il faut se faire peur pour intéresser le lecteur et l’électeur… on cherche la coulée de sueur et si et si….

Brignoles, nous sommes en terre frontiste depuis de  nombreuses années, au premier tour il y avait deux candidats d’extrême droite qui totalisaient déjà à eux deux 49 % des voix, la suite était à prévoir. Ajoutons à cela un sondage à point nommé (aux méthodes discutables et discutées par les spécialistes) qui donne aux élections européennes le FN en tête devant l’UMP avec 24% des intentions de vote.

On plonge directement dans la surinterprétation qui affole les médias… pour autant il y a bien au fil des années des bouleversements réels dans l’électorat. Les dernières élections législatives partielles ont démontré qu’une partie de l’électorat PS éliminé au second tour se reportait sur le candidat frontiste, entre 15 et 20 %, ce n’est pas négligeable.

Pour l’instant, à savoir les municipales, cette « poussée » frontiste va essentiellement mettre l’UMP dans l’embarras et l’empêcher probablement de profiter de l’actuel faiblesse du PS, confronté à l’épreuve de la crise et du pouvoir.

Nous n’en sommes pas encore au stade où le FN serait en mesure d’être autre chose qu’un exutoire à la crise économique, sociale et sociétale que traverse notre pays. Il n’a pas les moyens de mobiliser un appareil de cadres suffisamment aguerris, ni de négocier avec quelques autres partis que ce soit. Et ce ne sont pas les quelques élus UMP effrayés par la tournure des évènements qui permettront la mise en œuvre d’une réelle politique de coopération d’appareil à appareil politique.

Aujourd’hui le Front National reste un épouvantail au milieu des champs, dont la vocation est de faire peur aux moineaux et aux étourneaux. Et cela marche….

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 13:53

maurer2.jpgFrance 2 et David Pujadas, à savoir le service public, dans le cadre de l’émission « Des paroles et des actes »  (#DPDA) se sont adonnés, d’une certaine manière, à la télévision trash, en mettant en scène le témoignage d’un chômeuse : Isabelle Maurer, laquelle fait depuis le buzz, sûr de son audimat et le tour des plateaux politiques.

Invité de France 2, le président de l’UMP était venu pour dire combien il fallait «assouplir les conditions d'embauche et de licenciements et en finir avec l'assistanat. » Pujadas lui avait préparé en réplique le témoignage d’Isabel Maurer, 50 ans, chômeuse et mère de trois enfants : «On survit avec le peu qu'on ose nous donner. Bientôt on pourra plus se payer un morceau de savon pour se laver et faut encore que je dise merci ! ».

Faut-il que la misère n’est droit de cité à la télévision que bien encadrée et muselée, avec le statut de divertissement ? D’abord pré occupons-nous de ce faux « duplex ». On aurait pu croire l’alsacienne en duplex depuis sa ville de Mulhouse. Et bien non, en parlant, elle a bien lâché le morceau. Elle était dans un studio à part… du plateau de « Des paroles et des actes »… : "je ne suis pas venue de Mulhouse pour juste vous souhaiter le bonsoir "

Que signifie cette mise en scène ? La télévision n’est pas là pour faire le spectacle, pour délivrer le message de la France qui souffre, nul besoin de mise en scène. A moins que le très médiatique David Pujadas est considéré que la place de Mme Maurer n’était pas parmi l’élite médiaco-politique. Mais enfin la pauvreté et la souffrance ne sont pas des maladies contagieuses ! Cela ne s’attrape pas !

Cette femme avait des choses à dire, vraies et authentiques, mais elle a été le jouet de programmateur rusés qui ont vu en elle « une intervention » en forme de one women show… elle était d’ailleurs dès le lendemain sur le plateau de Canal+ au Grand Journal.

Une fois de plus, quelque part, l’élite s’est faite « la misère » à bon compte et peu de frais. Elle a eu son petit quart d’heure, la petite lucarne s’est ouverte quelques minutes pour qu’elle puisse bien dire, à rythme serré, comme la vie est dure… et que personne ne peut être à sa place. Pour autant c’est bien le show télévisuel qui a poursuivi sa route… pour l’UMP, Jérôme Lavrilleux, elle n’est qu’une militante d’extrême gauche, exit le témoignage.

On aurait aimé un « vrai reportage » en vis-à-vis de la proclamation éhontée du président de l’UMP d’en finir avec l’assistanat… construit, mêlant témoignages et statistiques… mais c’était sans doute moins drôle et plus risqué pour M. Copé. Le coup de la fenêtre médiatique, encadrée et mesurée était plus sûr, en tout cas plus acceptable.

Cette partie de la France populaire, avec un goût amer, dans la bouche, rejetée, méprisée, ignorée a eu, ce soir,-là droit à « un bout de canapé » dans une loge isolée, bien distancée du prestigieux plateau de l’émission politique phare du service public « des paroles et des actes ». on en reste coi.

Isabelle Maurer est devenue la coqueluche des médias, pendant ce temps-là une certaine France se lève tôt et cherche en vain du travail, n’en déplaise à Monsieur Copé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Télévision
commenter cet article
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 12:50

morano-Bedos1.jpgAlors qu’à l’Assemblée Nationale, on sanctionne et condamne le député UMP coupable d’avoir couvert le discours de l’une de ses collègues EELV en imitant la caquètement de poules, Guy Bedos fait irruption dans le débat en traitant Nadine Morano de Conne… Faut-il le condamner et Nadine Morano est-elle dans son bon droit en déposant plainte contre l’humoriste ?

A cela, il faut encore ajouter l’inénarrable président de l’UMP qui demande au PS de condamner Guy Bedos. Rappelons les faits. C’est au cours de l’un de ses spectacles à Toul, la terre électorale de Nadine Morano, que l’humoriste s’est laissé aller à son penchant naturel, rabelaisien dans l’âme.

La provocation était facile : "Nadine Morano a été élue ici à Toul ? Vous l’avez échappé belle ! On m’avait promis qu’elle serait là… Quelle conne !" et un peu plus tard : «Qu'elle est vulgaire, mais qu'elle est conne..." puis lâchant son célèbre : « Ah, la salope..." »

L’humoriste attendait Nadine Morano en personne, cette dernière, prudente, s’est contentée d’envoyer une quinzaines de militants, bien à elle, pour perturber le spectacle de Bedos, lequel s’est empressé de leur rentrer dedans et d’en faire une partie de son one man show…

Ainsi, ce qui était une dérision, une apostrophe de la part d’un bouffon, devient grâce à l’interpellation de Jean-François Copé une affaire politique. Personnellement, je n’apprécie pas ce genre d’insulte à l’encontre d’une opposante politique, même si cette dernière par son attitude sans cesse provoquante, parfois à la limite de l’insulte, sur Twitter en particulier, incite à un retour de bâton.

Bref, on peut comprendre que Nadine Morano ne laisse pas passer le fait d’être publiquement outragé et traité de conne et de salope… On ne peut pas être vigilant à gauche sur les insultes et les calomnies, les attitudes machistes en particulier à l’assemblée et souscrire d’un seul coup à l’apostrophe de Guy Bedos, même s’il est de la famille.

Justement c’est peut être en famille que l’on peut remettre les pendules à l’heure sur ces sujets de respects et de règles de conduites. Je trouve le terme de « salope » particulièrement inapproprié de la part d’un artiste qui se classe à gauche. C’est bien vite oublier les valeurs que nous partageons avec d’autres, le respect d’autrui et plus spécifiquement à l’égard des femmes. Inutile de développer ici ce que le terme de « salope » peut avoir d’ignoble.

Nadine Morano est une personne « particulière » à droite, facile à caricaturer… en raison de son ton, de ses empressements… de son côté « nature »… On peut la condamner pour son attitude ambiguë à l’égard du Front national, mais la traiter de « salope », non…

Pour autant, je suis curieux de savoir quelle suite la justice pourra donner à la plaine de Mme Morano… il existe un droit à la caricature pour les artistes et les humoristes… Ce droit, en l’occurrence, me parait bien léger… car il n’y a pas grand-chose d’humoristique dans les propos de Guy Bedos.

Alors que la crise frappe chaque jour au cœur des français, que la pauvreté fait des ravages, il me semble que cette « histoire « ne mérite pas que les politiques en fassent un enjeu stratégique, ou alors c’est qu’ils n’ont pas grand-chose à dire…

Que Copé, suivi de Benoist Apparu et Valérie Pécresse en fasse un casus belli et interpelle Les responsables de la majorité socialiste et les femmes de gauche, cela frise l’irresponsabilité. L’UMP fait de l’humoriste  un haut représentant de la gauche française, alors qu’il n’est qu’un bouffon, ce qu’il revendique haut et fort.

Jusqu’à nouvel ordre Bedos n’est ni un élu de la république, ni « un dignitaire » de la rue de Solferino, l’UMP s’est bien laissé contaminer par l’esprit sarkozyste : confusion des genres, amalgames, politique people à tout crin.

Oui Nadine Morano a droit au respect, même si on peut la trouver « légère » et un peu « primaire » dans ses propos récurrents. Oui le bouffon du Roi dispose d’une forme d’immunité lui permettant de tout dire, le public appréciera. Pour ma part, juste cette partie-là du spectacle, m’insupporte.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:32

Les verts français se sont fait une spécialité de se tirer entre les pattes et surtout de dézinguer le moindre d’entre eux qui risquerait d’atteindre une certaine notoriété. Ils en ont « cuit »  plus d’un : l’inénarrable Brice Lalonde, Noël Mamère, Dominique Voynet, Daniel Cohn-Bendit, Nicolas Hulot, Eva Joly, …. Bref, l’inconstance est leur crédo, les divisions leur bible. Ils s’apprêtent à rentrer en congrès au mois de novembre.

Ce fût d’abord Pascal Durand, éphémère secrétaire national d’EELV qui annonça qu’il se retirait, suite à un magistral imbroglio avec Cécile Dufflot. Dommage, il était inconnu au bataillon, il le restera tant son passage n’a pas laissé de marques évidentes. Il ne sera donc pas en piste pour un second mandat au prochain congrès des verts prévus en novembre.

Son pilonnage et son ultimatum lancé à Francois Hollande lui a valu la peine maximum. Il ne faudrait pas empêcher les verts de s‘adonner à leur sport favori : les combines électorales et les partages de postes et de sièges, les municipales approchent et sans les socialistes les verts n’ont aucune chance d’emporter quoique ce soit.

Le congrès est en vue et pour ce micro parti qui peine à dépasser les 5 % aux différentes élections, ce ne sont pas moins de sept motions qui vont s’affronter et dont les textes ont été déposés sur le bureau du congrès d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Revue de détail, cela en vaut la peine :

« Pour un cap écologiste » avec comme tête de liste Emmanuelle Cosse, Vice-présidente du conseil régional d’Ile-de-France, on la donne majoritaire, elle compte le plus grand nombre de caciques du parti : Cécile Duflot, ministre du logement en tête, mais aussi Pascal Canfin, ministre délégué au développement et Jean-Vincent Placé, le bruyant sénateur,

« Via Ecologica ! » avec comme tête de liste Marie-Pierre Bresson, adjointe au maire de Lille, très opposée et critique à l’encontre de la direction sortante

« la motion participative » d’Yves Cochet et Alain Lipietz rescapés des premiers temps et qui font un peu figure de dinosaures chez les Verts,

« Là où vit l’écologie » (LOVE !!!) d’Eva Joly, qui a tenu à faire sa petite niche à elle après le succès qu’on lui a connu aux dernières présidentielles,

« Avenir écolo » de Jean Morlaix

« Objectif terre »

Et « Déterminé-e-s »

Alors que l’écologie est devenue le sujet de ce nouveau siècle, les héritiers de René Dumont, visionnaire de son temps, font bien piètres figures et ne sont pas en mesure de convaincre un grand nombre d’électeurs, tant leur terrain de jeux est devenu la politique au pire sens du terme.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 15:38

juppe1.jpgAlors que Francois Fillon s’expose imprudemment à tous les risques, Alain Juppé fait aujourd’hui office de recours raisonnable à la droite, qui a encore els pieds sur terre et un  peu d’honneur dans sa poche.

Mais quelle mouche a pu piquer le « prudent » François Fillon, ancien collaborateur de Philippe Seguin, catalogué au registre de la droite sociale ? L’odeur du pouvoir, lui a-t-elle fait perdre tous ses sens? Après avoir annoncé, qu’il pourrait voter pour le Front National en cas de duel avec le Parti Socialiste, il s’affiche en Russie aux côtés du sulfureux et dangereux Vladimir Poutine, qui fait les délices de Marine le Pen et Gérard Depardieu. A quand les embrassades avec Alain Delon, qui vient de se féliciter de voir le Front national progresser électoralement et devenir le 1er parti de France dans un sondage sur les européennes ?

Enfin sacrilège des sacrilèges, François Fillon déclare qu’il est mieux placé que Nicolas Sarkozy pour l’emporter en 2017 à la prochaine présidentielle. C’est ce que l’on appelle brûler tous ses vaisseaux. Toutefois il lui sera tout de même difficile de faire oublier, qu’il a été pendant toute la durée du quinquennat de Nicolas Sarkozy, son premier ministre, et qu’il a gouverné la France, avec les succès que l’on connait, déficit, creusement de la dette, envolée du chômage, récession etc…

A six mois d’élections municipales à haut risques pour l’UMP, voilà un semeur de trouble qui risque de ne pas bien passer auprès des militants. Il en est un, dont Chirac disait de lui qu’il était le plus doué, Alain Juppé qui n’a pas apprécié et le fait désormais savoir haut et fort. Dans la foulée, pour être cohérent avec lui-même, le maire de Bordeaux ne s’interdit plus de penser lui aussi à l’élection présidentielle pour 2017. Il est vrai que les candidats déclarés, plus ou moins, à droite jusqu’ici sont si pitoyables, que l’on comprend qu’Alain Juppé envisage de saisir sa chance.

D’autant plus, que sa période d’exercice du pouvoir à lui, est si lointaine qu’elle ne risque pas de le gêner dans sa campagne. Il a su habilement se faire oublier, tout en cultivant une image de marque de gestionnaire hors pair de sa ville de Bordeaux.

Par ailleurs le célèbre « droit dans ses bottes » a laissé au fil des années la place à un personnage plus en nuance et surtout plus humain que le lointain 1er ministre qu’il a été.

Il lui reste à passer l’épreuve des municipales et à conserver sa ville de Bordeaux, pour qu’il puisse passer à la vitesse supérieure en annonçant officiellement sa candidature et en y mettant les moyens. Fillon lui a ouvert un boulevard, Copé s’est ridiculisé avec la manipulation des élections internes à l’UMP et Sarkozy est Sarkozy, c’est-à-dire son pire ennemi.

Fillon devrait retourner sur les bancs de l’ENA afin de réapprendre qu’une élection présidentielle en France se gagne toujours au centre, jamais à droite, encore moins à l’extrême droite. Alain Juppé, lui n’a rien oublié de ses cours de sciences politiques et on peut lui faire crédit aussi de son honnêteté politique quant à ne pas franchir certaines lignes rouges.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 11:21

Depuis sa « brillante réussite » (41,5% des suffrages) aux dernières élections 3965595865_91d9594f4e.jpglégislatives du 22 septembre, Mme Merkel n’a pas donné beaucoup de ses nouvelles. Portant elle n’a que jusqu’au 22 octobre, date de la rentrée au Bundestag, pour indiquer avec quelle type de coalition elle entend gouverner, puisque son parti à lui seul n’a pas la majorité des sièges et que son allié, le parti libéral (FDP), a disparu du paysage parlementaire allemand.

Elle a le choix de négocier un contrat de coalition avec les Verts (8%) ou le SPD (25,7%), hypothèses concurrentes, alliance existantes déjà au niveau de la gouvernance de certains länder. Les rencontres sont allées bon train ces dernières semaines. Mais c’est sans surprise que la chancelière devrait annoncer un grand gouvernement de coalition avec le SPD, un peu comme si Hollande annonçait un gouvernement PS/UMP…

L’Allemagne ne cesse de nous surprendre. Ainsi les Verts ont-ils récemment tourné une page historique au sein de leur organisation. Le 8 octobre ils ont désignés comme coprésidents de leur groupe parlementaire Anton Hofreiter et Katrin Göring-Eckardt. C’est toute une génération nouvelle de députés verts qui ont fait leur entrée au Bundestag. Sur les 631 sièges que compte cette assemblée, ils en ont obtenus 63.

Les règles de renouvellement, de parité et d’égalité entre les deux principaux courants (les « Réalos »/modérés et les « fundis »/plus à gauche) ont été scrupuleusement respectées.

C’est donc une génération n’ayant pas participé à la création du parti en 1980 qui accède aux responsabilités Anton Hofreiter (43 ans) et Katrin Göring-Eckardt (47 ans). Le renouvellement des générations est donc bien à l’œuvre.

On envie cette exemplarité à respecter l’ensemble de ces règles, nous les français avec une assemblée de mâles, blancs, vieux, cumulards et machistes, comme vient une fois de plus le confirmer le dernier incident à l’Assemblée nationale.

C’est donc avec cette nouvelle équipe que Mme Merkel va s’entretenir aujourd’hui aux fins de faire un tour d’horizon sur une éventuelle coalition commune. Les verts s’y sont préparés, mais sans y croire vraiment, tant l’écart idéologique avec les ultras conservateurs de l’Union CDU/CSU est grand. Un tel compromis n’aurait pratiquement aucune chance de passer auprès de la base. Une base remontée à bloc suite au drame de Lampedusa et qui réclame une plus large ouverture des frontières de l’Europe. Ce qui est impensable aux yeux du ministère de l’intérieur CSU.

Aussi dès le 14 octobre Mme Merkel va entamer des discussions plus sérieuses avec le SPD, discussion déjà engagées depuis le 4 octobre. Un échec, impensable, ouvrirait une période de crise inédite en Allemagne. Elle pourra s’appuyer sur les sondages qui donnent une majorité d’allemands (46%) favorable à une alliance avec le SPD, alors qu’ils ne sont que 22 % à le souhaiter avec les Verts (sondage télévision N24).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
9 octobre 2013 3 09 /10 /octobre /2013 16:50

sénat3C’est encore un député UMP qui vient illustrer la nature machiste et grivoise de la représentation nationale. Philippe Le Ray, député du Morbihan, pris dont ne sait quel sentiment, s’est mis à faire la poule, en caquetant stupidement sur les bancs de l’Assemblée, pendant que Véronique Massonneau, élue EE-LV de la 4ième circonscription de la Vienne… prenait la parole dans le cadre des débats relatifs au projet de loi sur les retraites.

Moment surréaliste et déplaisant où la députée verte exposant ses arguments à propos de la réforme, l’hémicycle se transformait, du côté des rangs de l’UMP en une basse-cour bruyante. Les effets de volatiles de M. Le Ray ont fini par déstabiliser la députée et l’interrompre dans son exposé.

Claude Bartolone, qui présidait la séance s’est emporté devant une attitude aussi irresponsable, qu’irrespectueuse, il a aussitôt suspendu la séance après un rappel à l’ordre du député contrevenant.

On s’attendrait à une application stricte du règlement de l’Assemblée nationale qui prévoit au chapitre XIV « Discipline et immunité » la possibilité d'un rappel à l'ordre avec inscription au procès-verbal pour tout député «qui se livre à une mise en cause personnelle, qui interpelle un autre député ou qui adresse à un ou plusieurs de ses collègues des injures, provocations ou menaces.» Ce qui entraînerait la privation, pendant un mois, du quart de l’indemnité parlementaire du député.

De même on pourrait aussi enquêter du côté de la buvette de l’Assemblée nationale, pour y faire de temps en temps des contrôles éthyliques. Le Président de l’Assemblée nationale est décidé à faire un exemple, il a convoqué une conférence des présidents cette après-midi à 16h30 pour évoquer ce dérapage. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que les députés UMP s’en prennent avec aussi peu d’élégance à une personnalité écologiste, de surcroît une femme. La ministre du logement Cécile Duflot avait dû subir leur quolibet à propos d’une robe à fleur qu’elle portait à l’occasion d’une de ses interventions .

Les députés adeptes de cette forme d’intervention dans l’hémicyclique ne viendront pas se plaindre, si les partis populistes et extrémistes continuent à tailler leur route sur un antiparlementariste absolu. C’est le spectacle navrant d’un machisme, malheureusement ordinaire, que l’Assemblée, la représentation nationale, a offert aux français. C’est la démocratie elle-même qui a été ainsi dégradé.

Cette assemblée déjà structurellement machiste, parce qu’essentiellement mâle, âgée et blanche qui débat d’une réforme des retraites qui va impacter le futur des jeunes français, alors qu’elle se réserve pour elle-même un régime de retraite très avantageux et par là même inique, c’est cette assemblée-là qui ridiculise une députée femme et écologiste….

Pour clore cette polémique Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a déclaré, à l’issue du Conseil des ministres : «On ne peut que regretter que certains aient du mal à conserver une attitude conforme à leur fonction après des diners manifestement bien arrosés. ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 16:08

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu en hausse mardi ses prévisions de croissance pour la France, à +0,2% cette année là où il voyait auparavant une récession, et à +1,0% l'an prochain.

C’est à un recul de 0,1% que nous devions initialement nous attendre en 2013. Du négatif, le FIM nous fait passer pour l’année en cours à un tout petit excèdent. Mais la France ferait donc mieux que le reste de l’Europe pour laquelle le FIM attend - 0,4 %..., n’en déplaise aux détracteurs de bonne ou de mauvaise foi.

Il est à souligner que le FMI est même plus optimiste que le gouvernement français, qui lui ne table que sur une progression de +0,1 %.

Cette appréciation du FMI rejoint celle d’un grand nombre d’instituts spécialisés qui ont tous récemment revu à la hausse leurs prévisions pour la France.

Le Président de la république vient de redire que la lutte contre le Front national se tiendrait dans les résultats obtenus par la politique menée par le gouvernement et qu’il fallait cesser la guerre des SOS.

Il faut rendre au Français leur avenir et leur fierté a-t-il dit…

Il reste encore un trimestre pour atteindre la fin de l’année, François Hollande a donné rendez-vous au français pour faire le point sur les résultats obtenus par le gouvernement, en particulier sur un enjeu de taille : inverser la courbe du chômage. Après avoir obtenu un aplatissement de la courbe en juin et juillet, le mois d’août a enregistré, malgré les erreurs de pointage de pôle emploi, une baisse du nombre de sans-emploi.

Les mauvais esprits peuvent bien se focaliser sur ces chiffres faux, il n’en reste pas moins que pour une fois, depuis plus de 6 ans, la hausse a cessé, que n’en aurait dit l’ex président Sarkozy s’il avait obtenu un tel résultat !

De la même manière après avoir prédit que le gouvernement ne serait pas en mesure de réaliser l’objectif de 100 000 emplois d’avenir d’ici la fin de l’année, les comptes sont presque bouclés. Dès fin septembre le cap des 60 000 contrats avaient été signés. Et à ce jour, ce ne sont pas moins de 500 contrats qui sont signés chaque jour.

Pendant ce temps-là François Fillon, comptable de ses 5 années d’exercice du pouvoir, s’en va à tout vent pour expliquer, comment lui, va redresser la France avec des réformes radicales… Certains parlent, pendant que d’autres agissent.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 12:59

Chereau.jpgPatrice Chéreau est mort, je ne ferai pas ici sa biographie, disponible sur l’ensemble des médias depuis hier. C’est hier, justement que Patrice Chéreau a franchi le miroir dont le mystère était manifeste pour lui. Il s’est lentement infiltré de l’autre côté. Ainsi a-t-il rejoint les rivages qui le préoccupaient tant. Il est de retour du côté des invisibles qui l’ont tant astreint à la vie.

C’est l’homme de l’invisible qui s’en, va, et la perte en est pour nous d’autant plus lourde. Qui pourra encore nous assigner à la révolte, l’indignation en passant par la poésie des événements… Qui pourra encore nous dire les mots comme autant de déserts, d’horizons et de lisières. Les livres ne sont pas encore ouverts, que ta parole s’en est allée, que le sombre de tes yeux n’a ouvert que des gouffres d’incertitudes.

Il était toujours de passage, là où la frontière nous assigne au contrôle… au halte qui va là ! Il est parti pour toujours le vagabond charmant qui sût nous distraire par ses images folles, ses postures au théâtre et à l’Opéra… de son travail il nous reste la trace indélébile d’un chercheur… tous les pièges il les a exploré, toutes les vies il les a pressenties, il a jeté pèle mêle l’ensemble des sens à la rivière…avec pour tout héritage désormais un mystère sans fin…où débute l’histoire ? Où finit la vie ?

C’est aussi un chef de meute qui a abandonné la partie, ce loup solitaire savait captiver, charmer, attirer tout un monde qui y trouvait son compte, il a fait émerger des talents qui lui ressemblent et qui ont su aussi s’évader : Bernard-Marie Koltès,Richard Peduzzi, Catherine Tasca, Alain Crombecque, Pascal Greggory, Laurent Malet et Isaac de Bankolé, Valeria Bruni Tedeschi, Vincent Perez, Laurent Grévill, Marianne Denicourt, Agnès Jaoui, Isabelle Adjani, Romain Duris ... la liste est longue, pardon pour ceux que j’ai oublié, mais tous sont en pleurs, orphelins d’une rencontre, d’un éclat de vérité, d’un instant de véracité…

La ville et ses horizons oubliés sont en deuil,

Les champs et leurs vétérans d’amour sont en deuil,

Sur les toits les fantômes éphémères des nuits vaines sont en deuil,

Les chemins et les sentiers des forêts sentinelles sont en deuil,

Il pleure à jamais en larmes cristalline des nuits inachevées où l’espoir luit encore,

Il signe à jamais un christ de sang aux tourments incessants et scintillants,

Il sait, là où l’ignorance n’est plus de mise, l’arc en ciel des vérités,

Il nous murmure à jamais « le vent et la pluie sont la mer emmêlée.. »

 

Adieu, mon ami, mon poète en perpétuelle cavale, fidèle à ses chimères, l’évasion a fini par te rattraper, il ne me reste plus entre les mains que le tain absent d’un miroir où désormais tu n’es plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Culture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche