Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 18:01

Partager cet article

Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 17:55

Jean Pelletier shared a page: Union pour Ramatuelle 2014.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 17:50

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 14:53

gauche1.jpgOn peut sérieusement s’interroger sur le fait que la Gauche, celle avec un Grand G ait disparu des radars. C’est un phénomène connu chaque fois que le Parti Socialiste arrive au pouvoir, la Gauche se dissout… elle laisse l’espace public aux mains de la droite et de l’extrême droite.

Il a suffi de quelques dizaines de milliers de manifestants de droite (et d’extrême droite) pour que le gouvernement se précipite et retire son texte sur la famille. Ne revenons pas sur l’incongruité à retirer un texte pour motif de contestation d’éléments n’y figurant pas… tout cela sur fond d’une présence massive dans les médias sur les thèmes de la gestion pour autrui (GPA), de théorie des genres, d’ouvrages pour enfants sur le thème Tous à poil et autres balivernes, balivernes qui tournent en boucle et impactent fortement l’opinion.

Dans tout cela où est la gauche ? Il y a peu ce sont des milliers de gens défilant tranquillement tout un après-midi à Paris en criant « Les juifs hors de France »  où est la gauche ? Il y a, un certain temps certes, où suite à la profanation d’un cimetière Juif à Carpentras, toute la gauche en quelques jours paralysait les grandes artères de Paris dans un gigantesque cortège, dont le Président de la république de l’époque, François Mitterrand, prenait la tête pendant quelques instants. C’était il y a bien longtemps.

Aujourd’hui… silence radio. Bon, ce n’est pas un appel à la grève générale que je lance. Le capitalisme a inventé le crédit pour s’aliéner les classes laborieuses. Mais, si la droite trouve le temps un dimanche après-midi pour manifester ses opinions, je pense que la gauche peut tout aussi bien faire, voire mieux un samedi après-midi. Le droit à manifester est constitutionnel… Alors ? Il a prouvé (pas à tous les coups) son efficacité dans le retrait de plusieurs réformes de droite comme de gauche.

Non les centrales syndicales s’enlisent dans des querelles internes, les partis de gauche ont autres choses à faire et les grandes associations publient des communiqués d’indignation et Basta. Que le gouvernement ait autre chose à faire, on le comprend, ils ont choisi d’aller au charbon et c’est respectable. Mais rien n’aurait dû empêcher que le 1er ministre où le Président monte solennellement au créneau pour dénoncer ces dérives. Le Parti Socialiste est un parti au gouvernement, on comprend que cela le paralyse. Mais sur ce thème, le 1er secrétaire, Harlem Désir, aurait pu dénoncer et organiser des contacts à gauche pour préparer la riposte. Ils sont où le radicaux de gauche, les communistes, les Front de Gauche, les verts, les altermondialistes, les amis de Jean-Pierre Chevènement et autres ?

On entend des banquiers dirent tranquillement que pour sortir la France de la crise économique il suffit de baisser le SMIC de 20 % … Où sont les autorités morales, politiques , intellectuelles et religieuses pour crier leur indignation ? Comment cela pour résoudre la crise, Messieurs, il faut encore plus étrangler les plus pauvres de la société, les smicards ? Cela est dit, répété par les journalistes, sans qu’il n’y ait personne pour hurler à l’indignation. Après-guerre, l’Abbé Pierre n’y était pas allé par quatre chemins, il a pris d’assaut les médias, les politique et l’opinion publique pour dénoncer la situation des sans-logis.

On voit Monseigneur Philippe Barbarin, Primat des gaules défiler avec la droite catholique à Lyon pour, parait-il défendre la famille. Je ne l’ai pas entendu s’insurger contre cette indigne attaque à l’encontre des smicards. Honte à lui !

Pendant ce temps, la gauche se cache, elle est en campagne pour les municipales et l’on voit à Paris des professions de foi des deux bords, raconter au fond la même chose : « tout le monde il est beau, il est gentil », pas de sigle de parti, ni de mention PS ou UMP. Ils se cachent tous…

La base, elle récrimine et procrastine… , mais elle ne prend pas son destin en main, même pas une demi-journée pour ses idéaux et quelques kilomètres de marche à pied.

Bref, difficile au gouvernement de faire face aux offensives éclairs de la droite et aux cortèges de protestation, sans soutien populaire pour « peser » sur les décisions et des manifestations à répétition de la droite qui font sans cesse la une des journaux. Alors camarade, encore un effort, sortez les godillots et les pancartes, prenez des parapluies et marchez, marchez…

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 23:31

Partager cet article

Repost 0
Published by jmpelletier
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:55

2768000645_361044d953.jpgC’est avec 50,03% de Oui que les Suisses ont adopté un référendum en faveur de la limitation de l’immigration dans leur pays. En clair ils veulent imposer des quotas stricts. Une telle mesure atteindra essentiellement les français frontaliers qui chaque jour franchise la douane pour y travailler. Voilà un bien néfaste signal envoyé à l’Europe qui se prépare, elle aussi, à une vaste votation pour renouveler ses députés.

C’est passé de justesse, mais la constitution doit s’imposer, même si la quasi-totalité des partis suisse, du gouvernement et surtout du patronat suisse étaient hostiles à ce referendum, ajoutons à cela que l’ensemble des cantons francophones ont rejeté le référendum. D’une manière encore plus surprenante, on voit que c’est par un vote massif des cantons les plus ruraux, à savoir les moins exposés à la présence de travailleurs étrangers, que le oui l’a emporté. Alors que les cantons les plus urbains où le pourcentage de travailleurs étrangers est le plus élevé, ont largement voté non ; étrange paradoxe…

On peut s’interroger sur le sens d’une telle démocratie, où une mesure discriminatoire va être légalement mise en place, avec un appui aussi fragile de la population. Sa mise en place, comme l’a indiqué ce matin Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères, va entrainer des mesures de rétorsions de la part de la communauté européenne, avec laquelle la Suisse commerce majoritairement. A quand des quotas sur les Swatch, chocolats et autres ? «C’est un vote préoccupant parce qu’il signifie que la Suisse veut se replier sur elle-même […], et c’est paradoxal car la Suisse fait 60% de son commerce extérieur avec l’Union européenne» a déclaré Laurent Fabius.

Si la Suisse n’a pas ouvertement voté contre l’Europe, elle n’en a pas moins manifesté un signe d’hostilité à l’encontre de ce que l »on appelle les ressortissant de l’union européenne. C’est sur la proposition d’un petit parti populiste l’Union Démocratique du Centre (UDC) que les suisses viennent d’affirmer leur volonté de remettre en cause l’ensemble des accords conclus depuis 1991 entre la capitale fédérale de la suisse Berne et Bruxelles.

Ces accords avaient instaurée une libre circulation des biens et des personnes entre la suisse et l’Europe, compensant ainsi le fait que la Suisse avait toujours refusé d’intégrer l’Europe.

Voilà donc le gouvernement fédéral dans un terrible embarras, il ne lui est accordé qu’un délai de trois ans pour mettre en œuvre cette politique des quotas à l’immigration. C’est un saut terrible dans l’inconnu que les autorités fédérales vont devoir entreprendre. Si Mme le Pen, en France, a salué «la lucidité du peuple suisse», elle est bien la seule à s’en féliciter.

Encore une fois rappelons les mots terribles employés dans cette consultation, au cœur de l’Europe «contre l’immigration de masse»… Il zèbre désormais toute la carte de l’Europe, comme en son temps l’insigne nazi finit par imposer son sinistre tempo à toute l’Europe ? Là aussi Hitler était passé électoralement de justesse.

De justesse, de peu… méditons cela, et si chacun de nous était le peu qui manque ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Politique Internationale
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:02

6887110635_826ded4947.jpgSeraient-ce les grâces de Mme Hidalgo ou bien que la gauche continue à tenir bon, le fait est, que ce n’est pas à Paris que la droite peut espérer entamer la reconquête qu’elle clame à tout bout de champ pour les municipales qui vont  se tenir les dimanches 23 et 30 mars prochains. Ce ne sont pas moins de 44 millions d’électeurs qui seront amenés à se prononcer. A quelques semaines de l’échéance, les média s’emploient à faire les comptes et les pronostics. Dans un sentiment général où l’on annonce que le PS pourrait perdre 85 villes (de plus de 10 000 habitants), Paris est un îlot de confort pour sa candidate Anne Hidalgo.

Sont-ces qualités propres ? Est-ce l’effet Delanoë ? La gauche a-t-elle encore un pouvoir de séduction et une capacité à fédérer autour d’elle ? Voilà les questions que l’on peut se poser lorsque l’on voit se succéder les sondages sur Paris qui donnent une très nette avance aux listes du PS, avec en tête l’actuelle 1er adjointe au maire de Paris, Anne Hidalgo.

L’indomptable MoDem à Paris.

Après avoir convaincu les élus communistes de faire liste commune dès le 1er tour, au grand dam de Jean-Luc Mélenchon et du Front de Gauche, fait  la moisson du côté du Modem, qui portant annonce son soutien à NKM, d’avoir séduit un vice-président du conseil de Paris UMP, c’est à Matthieu Lamarre que revient l’honneur de compléter cette longue suite de succès : : «Pour moi, un maire doit avoir un discours de vérité, savoir rassembler au-delà des clivages partisans et présenter un projet sérieux, budgété. Anne Hidalgo est à mes yeux la seule candidate à avoir ce profil.». Ce n’est pas moins que le directeur de la communication du Modem et de François Bayrou qui prend ainsi fait et cause pour Anne Hidalgo.

En cela, il rejoint Jean-François Martins, Conseiller de Paris Modem qui avait déjà sauté le pas. Il faut dire qu’à Paris les eaux UMP ne sentent pas bons. La présence très remarquée dans le cortège de la Manif pour Tous de Claude Goasguen (maire du 16e arrondissement et député de Paris), de Philippe Goujon (maire du 15e arrondissement de Paris), auprès de Christine Boutin, et quelques éléments les plus conservateurs de la droite, pour ne pas dire plus, a effrayé les troupes centristes parisiennes.

Bref, Nathalie Kosciusko-Morizet, elle, patauge dans les marécages de la droite parisienne, et ses pires ennemis ne sont pas ceux auxquels l’on pense, mais bien les caciques de la droite parisienne. Et Mme Marielle de Sarnez, tout en soutenant comme la corde du pendu NKM, n’est pas en mesure de mobiliser ses propres partisans.

Le point sur les sondages.

Dans le Vième arrondissement, et ce serait historique, la droite est donnée battue. La liste de droite (NKM) conduite par Florence Berthout obtiendrait au second tour 48 % contre 52% à la gauche. Du fait de la présence dissidente du fils Tibéri, une triangulaire verrait aussi la gauche l’emporter avec 49 % des intentions de vote, contre 31% à Mme Berthout et 20% à Dominique Tibéri. Pour être complet au 1er tour la liste de gauche serait en tête à 36 %, l’UMP en second avec 28 %, les divers-droites de Tibéri à 19%, les verts et les partisans de Jean-Luc Mélenchon seraient à 6% chacun, et le FN ferait un tout petit score à 5%.

Dans le 12ième arrondissement, selon un sondage Ifop Fiducial, la liste de rassemblement PS-PCF-PRG l’emporterait au second tour avec 58% des voix contre 42 % à celle de l’UMP-UDI-MoDem… situation critique pour NKM, le 12ième étant un secteur clef comme le 14ième, incontournable pour assurer le siège de maire à NKM.

Pendant ce temps là…

C’est aujourd’hui que Bertrand Delanoë fait ses adieux à la capitale en présidant une dernière fois le conseil de Paris. Cela fait 13 ans déjà qu’il remportait à la surprise générale la ville de Paris. Fervent partisan du non-cumul des mandats, y compris dans le temps, Bertrand Delanoë donne là une belle leçon de sagesse à la classe politique.

«Je n’ai aucune nostalgie, aucune tristesse, j’ai plein de joie dans le cœur. Parce que c’est Paris. Parce que cette ville mérite tous les enthousiasmes, mérite tous les élans d’amour, mérite de travailler, mérite qu’on donne tout» tel est le message qu’adresse celui qui a été le 3ième  maire de la capitale au XXième siècle. Ouvertement homosexuel déclaré, il a su imposer très vite un style Delanoë qui a séduit les habitants de la capitale. Ces deux mandatures ont été l’occasion de grands chantiers, dont le tramway sur les boulevards extérieurs et un remaniement de la ville au profit des piétons et des vélos. Il a donné à Paris, métropole internationale, les couleurs qui lui manquaient encore.

Fidèle à son programme « Pour l’honneur de Paris » il a su réviser partiellement l’attribution des logements sociaux, il a réduit notablement le train de vie municipal (dont les trop célèbres « frais de bouche »  du temps des Chirac), construit 70 000 logements sociaux, même si cela n’est pas suffisant, il  permis à la ville de Parsi de respecter la loi et le quota des 20 %, il a imposé les libre-service de Vélib et Autolib, repris dans toute la France entière, il a créé Paris Plage et les Nuits Blanche, qui sont, eux aussi, devenus des modèles en France et à l’étranger.

De fait Paris compte aujourd’hui 125 000 parisiens de plus qu’en 2001, dont 16 000 familles et 31 000 jeunes. Pour une ville qui sous Chirac vieillissait et perdait des habitants, la mécanique a bien été inversée.

Enfin cet homme, que la droite parisienne s’est ingéniée à diaboliser et à accuser d’autoritarisme, sa sortie a de l’allure et devrait en inspirer plus d’un.

A la fin de sons discours élus de gauche, comme de droite se sont levés pour l’applaudir, à l’exclusion très notable de Philippe Goujon… en ne s’en plaint pas, l’homme ayant une réputation effroyable et de Rachida Dati qui avait pris la précaution de ne pas être présente.

Il est indéniable que la popularité de Bertrand Delanoë pèse lourd dans la campagne à venir, sans enlever ses qualités propres à Anne Hidalgo, il lui laisse le soin de partager un bilan que tous s’accorde à considérer comme très positif, sur le fond, comme sur la forme, ce qui compte beaucoup à Paris.

Le nom de « petit chose », comme certain avait osé l’affubler avant 2001, a laissé la place à un personnage politique de premier plan, auquel on souhaite un avenir politique brillant et à la toute première place.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 17:22

Les jours noirs d’un quotidien
Au secours il faut sauver le soldat Liberation, lui qui a accompagné toutes nos aventures politiques, sociales et culturelles.
Faites tourner prenons l'engagement d'acheter tous les jours le journal papier, pour que Liberation reste un journal

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 22:52
Jean Pelletier shared Philippe Marx's photo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 12:40

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche