Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 12:07

Mon père et ma mère avaient l’habitude de faire de nombreuses conserves. Ils disposaient d’un important jardin où mon père passait tout son temps à Harreville-les –Chanteurs. C’est leur recette que je reprends ici. Toute la famille adorait ses « fameux » cornichons.

http://jmpelletier52.over-blog.com/2014/04/marcel-pelletier-une-vie.html

Ingrédients pour 1 kg de cornichons.

  • 1 kg de cornichons frais de petites tailles
  • 600 g de gros sel
  • plusieurs brins d’estragon
  • du poivre noir en grain
  • des graines de coriandre
  • quelques petits oignons blancs frais épluchés
  • 600 ml de vinaigre blanc

Ustensiles.

  • un grand saladier
  • un torchon
  • des bocaux de conserve (Modèle « Le parfait » avec couvercle)
  • un jeu d’étiquette

La préparation.

Si vous n’avez pas la chance de cultiver vos propres cornichons, cherchez à proximité des fermes de cueillettes où vous aurez le plaisir de les cueillir vous mêmes et de choisir leurs tailles. Et surtout vous les payerez moins chers que chez le marchand ou au marché. Comptez entre 3 et 4 euros le KG

Laver les cornichons à plusieurs eaux, en les frottant pour enlever toutes les petites aspérités. Puis les essuyer avec un torchon en les frottant une dernière fois. Bien couper les petites extrémités. Les placer dans un gros saladier en couches successives, en alternant une couche de gros sel. Il suffit de les laisser trois heures (une nuit comme sur certaines recettes est trop long. L’objectif est de faire « suer » les cornichons qu’ils rendent leur eau.

Rincer abondamment les cornichons et les faire tremper une heure dans de l’eau froide (pour les dessaler).

Remplir les bocaux avec les cornichons, l’estragon, quelques grains de poivre noir et de coriandre, deux à trois oignons.

Verser, en couvrant bien les cornichons avec le vinaigre blanc à froid. Certaines recettes proposent de faire bouillir le vinaigre et de le verser brûlant sur les cornichons, cette méthode produit des cornichons en conserve plus mous. Je préfère la recette à froid qui permette d’obtenir des cornichons croquants.

Il ne vous reste plus qu’à mettre les étiquettes en n’oubliant pas l’année, pour ceux qui font de nombreuses conserves.

Enfin il faut être patient, au moins trois mois avant de les consommer, six mois serait parfait.

Recette de conserve de cornichons.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 11:33

La situation politique et institutionnelle de la France se complique, dans un climat économique délétère. La gauche n’a jamais réussi à clarifier sa stratégie entre son aile réformatrice et sociale démocrate et son aile gauche, encore engluée dans les années 70 et nostalgique du programme commun. François Hollande est arrivé au pire moment, il hérite d’un effroyable avis de tempête.

Victime, il l’est sans aucun doute et ne mérite pas autant d’opprobres. Jamais un chef de l’exécutif n’aura eu à faire face à autant d’adversité ! Un bilan comptable et social désastreux laissé par son prédécesseur, une crise économique et financière endémique, un pilotage européen par l’Allemagne contraignant, une gauche divisée et surtout impréparée à l’exercice du pouvoir et des partenaires politiques peu sûrs, voilà l’environnement dans lequel François Hollande doit avancer.

Qu’il est commis des erreurs d’appréciables, indéniable, qu’il se soit engagé dans des promesses (l’inversion de la courbe du chômage) intenable, c’est certain, mais pour autant rarement un gouvernement n’aura entrepris de tels efforts de rigueur budgétaires et de baisse des dépenses publiques.

Mais l’effort est encore devant nous, il est considérable et devrait susciter une mobilisation générale. Le vote Hollande de 2012 était l’assurance de maintenir tant bien que mal le système d’assurance social du pays.

C’est bien le cas : assurance chômage, système des retraites, système de santé, aide au plus démunis, quoiqu’écorné, l’ensemble tient encore la route.

L’aide à notre système productif est une priorité, il est en mouvement, mais il faut encore du temps pour en mesurer les effets. Avec une croissance encore au plus bas, l’objectif de lutte contre le chômage n’est pas atteint … et c’est sur cette ligne là qu’il est et sera jugé. Les forces réactionnaires sont déjà en mouvement, le grand patronat et l’UMP avec un programme politique sans pitié : fin des 35 heures, réduction des allocations chômages, remise en cause des retraites et suppression des protections des salariés … Voilà les véritables enjeux. Hollande est la dernière chance de la gauche, dommage qu’Arnaud Montebourg ne l’ait pas compris.

L’avis de tempête est à son maximum avec un Président en prise à une rébellion généralisée de ses propres troupes. Qu’il soit difficile pour les français d’apprécier cette situation, quoi de plus compréhensible, mais que des hauts responsables du PS ne le sachent pas, c’est assez difficile à avaler.

A l’effort général qui devrait être consenti, ce sont des petits marquis qui se mettent à la manœuvre, avec de bas et sombres calculs politiciens, les yeux rivés sur d’improbables échéances électorales.

Le sort du Président, et au-delà de sa personne, notre propre sort est entre les mains de la majorité PS du parlement. Le débat ouvert par Montebourg et ses piètres alliés est un faux débat. Qui peut croire que François Hollande ne porte pas les espérances de la gauche, pour quelles raisons serait-il devenu le porte parole du patronat ? Il est à la manœuvre, actions millimétrées pour relancer l’activité et donc l’emploi, tout en préservant notre système de protection.

S’il échoue, les portes seront ouvertes pour les pires aventures, celle d’une droite qui annonce la couleur jusqu’à la crise institutionnelle (refus d’une cohabitation) ou pire la voix royale à l’extrême droite.

Encore un effort … jusqu’en 2017 pour maintenir au pouvoir les derniers artisans d’une solution raisonnée à la crise.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 12:48

Face à une offensive majeure contre sa politique le Président est acculé à prendre tous les risques. Dans l'attente de la formation de son nouveau gouvernement, on voit bien que sa majorité parlementaire est de plus en plus bancale.

Privé de toute ouverture au centre, harcelé par les verts, le Front de Gauche et les communistes, sans soutien de l'opinion politique, on voit mal comment le nouveau gouvernement de Manuel Valls pourra engager les vastes réformes promises.

On annonce une déclaration de Martine Aubry dans la soirée qui pourrait bien être le coup de pied de l'âne.

La gauche aura démontré son incapacité, une foos de plus, à assumer ses responsabilités.

Hollande était le mieux placé pour tenter cette expérience, il ne lui reste plus grand chose, ni surtout de temps, pour réussir son quinquennat.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 15:33

Montebourg, Hamon et Filippetti ont ouvert la boîte de Pandore ' une crise politique,voire institutionnelle , un boulevard pour la droite et le Front National.

Ils vont réveiller tous les autres petits égos de la gauche et ces militants PS désorientés ... Sans vision politique claire et surtout une vision rationnelle de la situation ils sont en droit de provoquer un véritable tsunami politique. Quel gâchis ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 09:03

Bon j'étais parti sur un départ de Montebourg .... Mais c'est un remaniement massif et exit Montebourg, Hamon, Filippetti et Taubira probablement ... C'est un pari très risqué, en fermant le débat ... Ce qui était inévitable, que va devenir la fronde des députés PS, et surtout le retour de ces poids lourds dans l'hémicycle ?

Mais à force de tirer contre le gouvernement, les éléments francs tireurs du

PS et de la gauche vont entraîner une grave crise politique à l'issue incertaine.

Ils devront un jour rendre des comptes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 23:11

BLOGS SÉLECTIONNÉS

Made in France

Anne Sinclair 24/08/14 20h39 CEST

Il fut un temps où un ministre de la Vème République savait se soumettre ou se démettre. Il se pliait à la discipline collective, ou décidait de s'en aller, ou bien encore était renvoyé dans ses foyers.

Il était une fois un ministre de l'Economie - déjà !- de Jacques Chirac et Alain Juppé, Alain Madelin, qui avait exprimé des réserves sur les "avantages acquis" menacés, disait-il, par la politique du gouvernement dont il faisait partie, et qui fut congédié sèchement par Alain Juppé : "Les déclarations du ministre de l'Economie et des Finances contrarient la volonté réformatrice du gouvernement fondée sur une politique de justice sociale et fiscale et sur une méthode de concertation large et responsable. Dans ce contexte, Alain Madelin m'a présenté sa démission et je l'ai acceptée." Ça avait le mérite d'être clair.

Arnaud Montebourg a enfreint cette règle simple, théorisée autrefois par Jean-Pierre Chevènement qui se l'appliqua lui-même plusieurs fois. Une règle pour le coup Made in France, qui aurait du plaire au ministre, et à tout prendre plus emblématique que le port de sa fameuse marinière : "Un ministre ça ferme sa gueule. S'il veut l'ouvrir, il démissionne". Non seulement, Arnaud Montebourg a exprimé dans Le Monde samedi toutes ses réserves sur la politique qu'il conduit à Bercy, mais il met en scène dimanche, à Frangy, content de son effet, une gifle au Président et au Premier ministre en compagnie du Ministre de l'Education. Benoît Hamon, qui occupe le fauteuil de Jules Ferry, honneur sacré dans notre République, aurait pu, avant la rentrée scolaire, nous donner un aperçu des espoirs qu'il forme et des mesures qu'il prend pour que l'Education Nationale en France retrouve son niveau de jadis, et assure aux petits Français une meilleure insertion dans la société.

Non, c'est rigolard, qu'il a nargué, aux côtés de son ami Montebourg, ceux qui les ont fait princes, sinon rois, avec le "soutien sans participation" comme on disait aussi autrefois, d'Aurélie Filipetti, souhaitant par tweet une bonne journée à ses camarades de Frangy.

Comment ne pas être choqué par ce qui est une posture politicienne de responsables de la conduite du gouvernement de la France? Comment ne pas voir la stratégie présidentielle - obsession du ministre à effets de manche - qui se profile derrière une attitude dont la prochaine étape sera la sortie volontaire du gouvernement, à la date qu'il choisira, si personne aujourd'hui ne lui demande de le faire.

Peu importe ce qu'il pense ou ce qu'il dit de la politique de Bruxelles, des déficits, ou de l'Allemagne. Peut-être a-t-il raison, peut-être a-t-il tort. Mais quelques jours après que le Chef de l'Etat et son Premier ministre ont solennellement déclaré que la politique choisie ne varierait pas, comment peut-il se présenter demain au Conseil des Ministres européens de l'Economie, en défendant une politique avec laquelle il vient de se désolidariser? Comment François Hollande peut-il aller au Conseil Européen du week-end prochain avec un des ses principaux ministres qui lui jette son gant au visage?

Que les opinions soient discordantes dans la majorité, que les frondeurs frondent, soit. Le débat est légitime dans un parti majoritaire en démocratie. Mais la garde rapprochée, le gouvernement de la République, ne se rend pas devant les sondages : elle plie, se bat ou s'en va.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 18:19

Les déclarations ce week end de Montebourg et Hamon sont intolérables ... Le livre de Mme Duflot est une insulte au peuple de gauche ...

Mais que veulent tous ces gens ? Mettre à bas ce gouvernement, pour faire un peu plus parler d'eux. Ils n'agissent pas dans l'intérêt du peuple ... mais uniquement pour eux mêmes...

C''est incroyable de voir la gauche se torpiller en direct ... Pendant ce temps là les plus démunis continuent de souffrir et le spectre de la droite, voire de l'extrême droite se profile de plus en plus nettement.

C'est à vous écœurer de la politique, ce manque de respect et de rigueur à tout va ...

Du coup c'est encore à Francois Hollande que va mon soutien, malgré tout .... Car ceux qui prétendent défendre une autre politique plus à gauche sont sans foi ni morale.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 14:58

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans religion
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 14:55

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans économie
commenter cet article
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 14:51

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Science
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche