Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:13
Après Martine Aubry, Jean-Marc Ayrault entre dans la danse.

C’est un véritable front anti-Valls qui est en train de se constituer avec l’entrée dans le bal d’un poids lourd du PS, Jean-Marc Ayrault. L’ancien premier ministre de François Hollande s’était jusqu’ici astreint à un certain silence. Il vient de rompre sa période d’abstinence.

Il s’était déjà manifesté en juillet en signant avec 17 parlementaires un appel en faveur d’une fusion de la région Pays de la Loire avec la Bretagne. Mais cette fois c’est un véritable coup de gueule, fait rarissime pour un homme qui a tout au long de sa carrière politique manifesté un flegme absolu. Il ne décolère plus depuis qu’il a pris connaissance de l’enveloppe attribué aux Pays de la Loire dans le cadre du futur contrat de projets Etat-région 2015-2020.

En effet, alors que la région Bretagne reçoit 145 euros/habitant, la région Poitou-Charentes 252 euros/habitants il constate que sa région, celle des Pays de la Loire se voit attribuer 96 euros/habitants, alors qu’elle est la cinquième région française en terme de population et de PIB.

Il a donc pris sa plus belle plume pour faire savoir son mécontentement (argumenté) à son successeur à l’Hôtel Matignon. Il en profite aussi, à la manière de Martine Aubry pour faire part de sa plus vive inquiétude «pour l’enseignement et la recherche en général, puisque toutes les régions françaises voient leurs dotations baisser dans ce secteur d’avenir». Il cite l’exemple de la métropole nantaise dont l’enveloppe prévue pour l’enseignement supérieur et la recherche chute, selon lui, de 60%.

On notera dans cette affaire le peu d’élégance de Manuel Valls, qui aurait pu s’éviter cette situation en manifestant un arbitrage plus digne pour la région de son prédécesseur. On a appris que l’ex-premier ministre avait déjeuné avec Martine Aubry, avec au menu une préparation commune aux prochains Etats Généraux organisés par Christophe Cambadélis, et une alliance en bonne et due forme pour le prochain congrès.

Mais ainsi en va-t-il de ce gouvernement là … qui ne respecte pas ses électeurs, pas plus que les membres éminents de sa majorité politique

Bref, la résistance au parti Socialiste prend forme, c’est aussi un front anti-Valls que se constitue avec la volonté d’être une alternative politique au gouvernement.

Avec en plus les députés frondeurs Arnaud Montebourg, Aurélie Filippetti et Benoit Hamon… moi je commencerai sérieusement à m’inquiéter.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 15:19
De l’utilité de Manuel Valls…

Aller remettre en cause l’assurance chômage à la City à Londres, au Royaume Uni, il fallait oser. Vanter les mérites du système britannique, en se congratulant avec le premier ministre ultra conservateur David Cameron est un comble.

Après le dérapage du Ministre du travail François Rebsamen sur la nécessité de traquer les faux chômeurs et les propositions de réformes ultra libérales dans un interview dépubliée … voilà Manuel Valls qui cherche à couper l’herbe sous les pieds du trio Jupé, Fillon et Sarkozy, en reprenant l’essentiel de leurs propositions… Curieux pour le moins, indécent c’est certain.

Mais il oublie un peu vite qu’il n’occupe pas ce poste de Premier Ministre pour conduire cette politique-là. Faisant ainsi, outre l’indignation et la légitime colère de la gauche, il accentue le malaise largement éprouvé par les français à l’égard de la politique et du personnel politique. Il installe pour tout horizon à sa politique un désespoir noir des couches populaires …

Elections/.piège à con s, Elections/trahison prennent une toute soudaine nouvelle jeunesse. Que notre gouvernement prenne bien garde, une sourde colère est en train de monter, et l’hiver ou le, printemps pourraient être chaud bouillant. Car enfin que reste-t-il au peuple, quand ses élites lui crachent aussi vulgairement à la figure.

Et pendant ce temps-là Marine le Pen ne peut que se féliciter des activités de ce qu’elle appelle l’UMPS. Laquelle contribue malheureusement à l’illusion que le Front national occuperait une place à part et de ce fait tentante pour un nombre croissant de français.

Je ne suis ni gauchiste, ni même frondeur au PS. Je n’ai pas l’intention de rompre avec le Parti Socialiste, car comme le rapporte fort justement Gérard Filoche, le PS n’est pas la propriété de ce gouvernement, ni même des occupants actuels de la rue de Solferino (Siège national du PS à Paris). Le Parti socialise de Jaurès, Blum et Mitterrand m’appartient aussi, il est partie prenante de l’histoire de la gauche.

Ceux pour lesquels nous nous sommes battus en mai et juin 2012 pour qu’ils gagnent, ont oublié ceux-là même qui les ont portés au pouvoir et leurs espérances légitimes.

Ils ont les uns et les autres des ambitions très personnelles qu’ils placent impudiquement au-dessus de l’intérêt général de la gauche dont ils sont censés être les porteurs d’idées et de réformes pour plus de justice et d’égalité dans la société française, pas pour réformer le code du travail sous la dictée de la droite et du patronat.

Pour ma part je reste un éternel socialiste, responsable, mais aussi veilleur et guetteur des temps nouveaux qui ne manqueront pas de venir un jour.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 15:41
Budget de l’Elysée des efforts sans précédents.

A son arrivée en 2012, le budget de fonctionnement de l’Elysée était de 109 millions d’euros, en 20015 il sera de 100 millions d’euros. Ce ne sont pas moins de 9 millions d’euros qui ont été économisés en 3 ans. Nous sommes très loin des efforts mis en œuvre par Nicolas Sarkozy à son arrivée à l’Elysée pour augmenter son salaire et toutes les dépenses y afférents.

Les effectifs ont été réduits passant de 882 employés en 2001 à 828 en 2013 et un objectif de 828 en 2014. Ces 54 postes en moins correspondent aux collaborateurs de l’Elysée que sont les chauffeurs, les secrétaires, les services et le courrier. Rassurez-vous pour autant ce ne sont pas des licenciements, mais des départs naturels non remplacés et des personnels qui retournent dans leur administration d’origine.

Les déplacements, en 2012 couvrait un budget de 19 millions d’euros, qui tombe à 14 millions en 2015, soit une baisse de 26,23%.

Et ce sont 70 véhicules en 2015, contre 88 en 2012, dont 7 véhicules électriques qui permettent d’économiser 10 000 euros de carburant par an.

De la rigueur, à savoir des appels d’offre systématiques pour mieux comparer les prix, 550 000 euros d’économie par an. Un approvisionnement à Rungis, un recyclage systématique, soit plus de 10 000 euros d’économisés sur les fleurs

Rappelons aussi que François Hollande a baissé son salaire de 30 % en arrivant et qu’il a imposé comme règle qu’aucun de ses collaborateurs ne puisent gagner plus que lui. La rémunération des membres de son cabinet a baissé de l’ordre de 15%

L’Elysée a aussi mis en vente une partie importante de sa cave, récupérant ainsi 500 000 euros afin de mieux rationaliser sa cave pour les diners officiels

. Il reste encore du chemin à faire, car ce budget reste encore très élevé au regard des pays voisins nettement plus modestes sur ce point-là.

La fameuse Garden party est restée longtemps un mystère, il aura fallu quatre longues années au député Dosière pour obtenir le chiffre de 732 826 euros pour la Garden party du 14 juillet 2009 !

René Dosière a écrit un excellent livre « L’argent de l’Etat » où, hélas on y apprend toutes les turpitudes des politiques au sommet de l’état et combien le chemin pour plus de transparence est encore long, même avec tout le soin que François Hollande a mis ces deux dernières années pour l’imposer à l’état et au personnel politique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 14:59
La vision ultra libérale du ministre du travail

Toute la blogosphère est en émoi, suite à un article publié dans un premier temps par le mensuel bourguignon le Miroir, puis fait assez rare, dépublié… c’est un véritable Rebsmengate, honoré sur twitter par un hashtag très populaire #rebsmengate qui rugit dans les médias… C’est encore pour le premier ministre et le Président de la république, le énième accident ministériel qui exaspèrent les français et met sur la place publique l’incroyable incompétence de certains des ministres socialistes.

Le fond de l’affaire est le suivant François Rebsamen, ministre du Travail, personne au plus près du président de la république y fait un déballage où il parle de son prédécesseur Michel Sapin en ces termes: « "Malgré l’amitié que je porte à Michel, il s’est totalement trompé. On ne juge pas le chômage mois par mois, mais sur des périodes plus longues : un trimestre, un semestre. Il s’est mis des boulets aux pieds et les a laissés à son successeur". Belle élégance, si c’est cela la politique, bonsoir…

Comme si cela ne suffisait pas il s’en prend au parti socialiste et à son premier secrétaire Jean-François Cambadélis « Malheureusement, le Parti socialiste, ou du moins son secrétariat national, refuse toutes ces avancées … Le Parti socialiste est en pleine mue idéologique. Moi je l’ai effectuée depuis longtemps » et dénonçant les socialistes qui "ne vivent plus comme les gens ».

Rappelons que JM Cambadélis avait dénoncé F Rebsamen dans sa chasse aux faux chômeurs, en expliquant à juste titre qu’il y avait peut-être mieux à faire pour un ministre socialiste en charge du travail.

Quant à ces fameuses avancées prônées par F Rebsamen, il s’agit ni plus ni moins d’appliquer le programme des extrémistes de droite du Modem, le patronat français : renforcer les contrôles (des salariés, bien sûr), assouplir tous les seuils (qui accordent des droits de représentations aux travailleurs) et de revenir sur les 35 heures et le travail dominical. La porte est ouverte, Monsieur Rebsamen, on vous attend à l’UMP où le triumvirat Sarkozy/Fillon/Juppé à quelques nuances prés, on fait de ces thèmes le noyau dur de leur programme.

Il n’hésite pas aussi à prôner son combat et sa vision libérale de l’économie … pourquoi pas … toutes les opinions ont droit de cité, mais celles-ci n’appartiennent pas au monde du Parti Socialiste, mais bien à la droite, UMP et centristes confondus.

Comme il ne manque pas d’air, son cabinet fait du rétropédalage en arguant que ce n’était pas une interview et que le ministre ne l’a pas relue. De son côté le journaliste Jérémie Lorand dément et assure avoir bien obtenue l’autorisation du ministre lui-même pour faire cette interview.

Peut-on espérer une mise au point du gouvernement pour nous dire où est la vérité sur sa politique en matière de droits sociaux ? Et bien sûr la démission de François Rebsamen, qui a bien le droit de penser ce qu’il veut … mais hors du gouvernement et du Parti Socialiste, lequel n’a jamais adopté la moindre motion d’orientation sur les thèses qu’il présente.

L’honnêteté et le républicanisme à minimum voudrait que Monsieur Rebsamen nous honore de son prompt départ, il pourra ainsi à loisir faire ses conférences auprès du patronat français, à l’UMP et à l’UDI… et de s’y faire applaudir à tout rompre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 17:06

Rien n’y a fait, ni le départ d’Aurèlie Filippetti, ni la nomination de Fleur Pellerin, ni la mise en place d’un comité des sages, portant réputés, avec le député Jean-Patrick Gille, l'ancienne codirectrice du festival d'Avignon Hortense Archambault, et l'ancien directeur général du travail Jean-Denis Combrexelle, rien n’y fait la Culture est en ébullition, et cette fois c’est contre un gouvernement de gauche.

Les intermittents du spectacle continuent donc de plus belle à contester la signature par le gouvernement de la nouvelle convention chômage, laquelle durcit considérablement leurs règles d’indemnisation.

Outre les manifestations qui sont nombreuses à travers toute la France ce sont certains des spectacles de l’emblématique festival d’automne à Paris et en banlieue qui ont été annulés. « Le Capital et son singe », mis en scène par Sylvain Creuzevault, au Théâtre de la Colline, à Paris ; et « Passim », mis en scène par François Tanguy, qui devait se jouer au T2G à Gennevilliers (Seine-Saint-Denis).

De la même manière on s’attend à ce que le spectacle très attendu de Vincent Macaigne, « Idiot ! Parce que nous aurions dû nous aimer », ce soir, à 19 h 30, au Théâtre de la Ville, soit annulé.

Le Théâtre de la Commune à Aubervilliers est en grève, et la représentation d'»Hypérion », mis en scène par la directrice du Théâtre de la Commune, Marie-José Malis, est annulée aussi

A Paris le cortège est parti à 14h du ministère du Travail pour se rendre jusqu’au Palais Royal à deux pas de la rue de Valois, pour mieux se faire entendre par la nouvelle ministre de la Culture

Les cortèges sont exceptionnellement nombreux en province : Lille, Montpellier, Dijon, Bordeaux, Nancy, Toulouse, Brest, Caen, Orléans

Après les manifestations des retraités qui ont été aussi très nombreuses hier, partout en France, Manuel Valls a fort à faire pour réformer en tentant de retrouver son électorat de gauche, qui pour l’instant est dans la rue.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Culture
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 14:05

Le monde associatif alerte les décideurs publics sur la menace qui pèse sur ses emplois et son action citoyenne. 260 000 emplois, c’est ce que pourrait coûter la baisse de 11 milliards prévue pour la dotation au fonctionnement des collectivités territoriales, combinée à la baisse de 15 milliards des dépenses de l’Etat dans l’action sociale sur les 3 ans à venir.

Ces dernières années, les associations ont dû prendre en charge de plus en plus de missions publiques ou d’utilité sociale. Elles se sont pliées aux impératifs des règles du marché, des appels à projets, des appels d’offres, peinant à faire entendre que l’engagement citoyen dans les associations n’était pas assimilable à une prestation de services.

Or nous entrons dans un deuxième temps de ce désengagement progressif des pouvoirs publics : la baisse de ces commandes publiques. Pour autant, la demande sociale augmente !

Et la paix sociale, pour une population aux prises avec des difficultés matérielles croissantes, repose de plus en plus sur la capacité des associations à maintenir les solidarités locales, éduquer, former, lutter contre les inégalités et les discriminations, malgré la baise drastique de leurs moyens financiers.

Ne pas évaluer et anticiper l’impact qu’aurait l’effondrement du tissu associatif dans des domaines aussi incontournables que l’Education, la Culture, le Sport, la Solidarité, la Citoyenneté, etc. serait terrible pour la cohésion sociale et le pacte Républicain.

On l’observe depuis longtemps, l’accroissement des difficultés sur tous les aspects de la vie quotidienne des français-es accentue les réflexes de replis individuels, familiaux ou communautaires au détriment du désir de vivre ensemble.

Les dirigeants associatifs ont le devoir de coordonner leurs expressions pour alerter les pouvoirs publics locaux et nationaux sur la nécessité urgente de sécuriser le modèle économique des entreprises associatives en installant notamment un « Pacte d’utilité sociale », comparable au « pacte de responsabilité » réservé pour l’instant aux entreprises marchandes.

Eric Forti Secrétaire général

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Culture
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 13:49

L’ex-président a bien du souci à se faire sur sa capacité à rassembler ce qu’il appelle sa famille politique. Entre un Juppé bien déterminé à aller jusqu’au bout de sa candidature et qui surfe haut dans les sondages et les « anciens » comme Nadine Morano qui n’y vont pas par quatre chemins.

Elle s’en prend vertement au tout jeune porte-parole de campagne de Sarkozy, Gérald Darmanin, tout fraichement élu à la mairie de Tourcoing. Celui-ci a déclaré la semaine dernière au Nouvel Observateur qu’il incitait l’ex président de la république à faire son inventaire et à mettre en avant de nouveaux visages qui diffèrent de ceux de Nadine Morano et les époux Balkany.

Son sang n’a fait qu’un tour : « Moi, je ne suis pas mise en examen, je n’ai pas fait de détournements d’argent, je ne suis pas accusée de corruption et je n’ai pas à régler 1 million d’euros pour ne pas aller en taule ». Elle s’est donc lâchée auprès de Nicolas Sarkozy à l’occasion du meeting de Lambersart jeudi dernier : «Ton chihuahua, il faut qu'il se taise sinon je lui fous une muselière. Si c'est pour prendre comme porte-parole quelqu'un qui se croit dans une cour de récréation et qui veut nous taper dessus parce qu'on est des anciens, je ne vois pas l'intérêt pour toi».

Nadine Morano s’est alors emportée contre le « jeunisme » dont ferait preuve l’ancien président : «Le jeunisme, ce n’est pas un programme ». Elle aurait aussi critiqué le retour au bercail de ceux qui n’ont pas hésité à planter des coups de couteau dans le dos de Sarkozy, prenant en exemple Laurent Wauquiez, qu’elle surnomme « la crevure ».

Chihuahua et crevure … en contre plongée avec les députés frondeurs PS … il n’y a pas vraiment photo entre les deux camps.

A gauche on se déchire, certes, mais on débat à partir d’idées … chez Sarkozy, mais qui peut vraiment s’en étonner, n’est-il pas un maitre en la matière, c’est la vulgarité qui domine et l’emporte haut la main..

Pour conclure, je en peux pas m’empêcher de reprendre telle quelle la réponse de Nicolas Sarkozy à Nadine Morano : «Oh ma Nadine, tu comprends, il faut rassembler. L'ouverture à des gens comme ça, ça fait rassembler».

Sarkozy peut compter sur Nadine Morano !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 13:33
Déficits, chômage, dépenses publiques, à qui la faute ?

Quand la droite se prend les pieds dans le tapis à propos de ses jugements sur la politique menée par Francois Hollande depuis son élection en 2012.

L’antienne perpétuelle des caciques de l’UMP étant que ce quinquennat se caractérise par une explosion des déficits, une augmentation du chômage et une impossibilité à réduire les dépenses publiques, on « savoure » ces propos à l’emporte-pièce quand on connait les résultats de la politique menée par l’UMP sous la présidence de Nicolas Sarkozy de 2005 à 2012

Explosion des déficits.

Certes, celui-ci n’est pas autant maitrisé que l’on aurait pu l’imaginer, il risque bien d’atteindre les 4,4%, après un 4,1% en 2013. Mais il ne faut pas oublier que l’héritage laissé par l’UMP c’est bien un déficit qui entre 2008 et 2009 est passé de 3,2% à 7,2 % et qu’en 2012 il était encore à 4,9%

Explosion du chômage.

Qui peut nier que la montée du chômage n’a pas été endiguée ? Mais sa poussée ne date pas d’aujourd’hui et le quinquennat de Nicolas Sarkozy a été marqué par une forte poussée du chômage. Certes de 2005 à 2007 le chômage baisse, mais très vite à partir d’avril 2008 il est à 1 996 000 demandeurs d’emploi et il se « hisse » à 2 893 000 en avril 2012. Soit une augmentation de 897 000 chômeurs. François Hollande contre toute attente et malgré ses promesses ne fait pas mieux, nous sommes en avril 2014 à 3 349 000 chômeurs. Difficile de parler « d’une explosion du chômage sous François Hollande ».

La réduction de la dépense publique.

Michel Sapin, Ministre du budget, a annoncé une économie de 21 milliards d’euros en 2015. L’état y prendra une large part avec une diminution de son budget de 7,7 milliards, 3,7 milliard pour les collectivités territoriales et près de 10 milliards pour la Sécurité sociale. Jamais un gouvernement ne s’était engagé aussi loin dans la réduction de la dépense publique.

Est-il possible d’aller plus loin ? Ce n’est sans doute pas à ceux (l’UMP) qui ont fait exploser la dette publique de venir donner des leçons ou pire de tenter de faire des promesses fallacieuses. Qui les croiront ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans économie
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:50
Le candidat de Sarkozy battu à la Présidence du Sénat.

L’UMP, désormais le groupe le plus important au Sénat après le renouvellement de dimanche dernier a désigné son candidat à la présidence du Sénat. Jean-Pierre Raffarin, qui a commis l’imprudence de se rapprocher un peu précipitamment de Nicolas Sarkozy à l’occasion de son départ en campagne pour la présidence de l’UMP, s’est donc pris les pieds dans le tapis au profit du très populaire Gérard Larcher.

C’est donc un retour annoncé, puisqu’il y a tous justes trois ans, lorsque la Gauche a conquis pour la première fois la majorité au sénat, c’est Gérard Larcher qui avait dû laisser la place au socialiste Jean-Pierre Bell. Pour l’instant c’est bien d’une primaire dont il s’agit. L’élection pour le très confortable fauteuil de la présidence du Sénat aura lieu mercredi.

Victoire totale contre Raffarin, car c’est dès le 1er tour que l’estocade a été portée au protégé de Nicolas Sarkozy. Gérard Larcher obtient 80 voix (sur 145), et Jean-Pierre Raffarin seulement 56 et quant à Philippe Marini il obtient seulement 7 voix.

La gauche sénatoriale pourrait jouer un bien mauvais tour à Gérard Larcher et à l’UMP en votant massivement pour François Zocchetto qui est le candidat désigné par les 43 centristes du sénat. Est-ce possible ? Comptablement oui, d’un point de vue républicain beaucoup moins.

Et surtout Gérard Larcher, dans cette compétition interne à l’UMP était, d’une certaine manière le candidat du Parti Socialiste, tant il a laissé un excellent souvenir de sa dernière présidence de la Haute assemblée de 2008 à 2011. Elu au Sénat depuis 1986 il offre des perspectives d’une présidence républicaine et constructive avec l’opposition de gauche au Sénat et aussi avec le gouvernement.

Très engagé dans des réformes de transparence et de rigueur budgétaire au Sénat, il risque bien de les reprendre pour mener à bien son projet interrompu par la courte parenthèse de la gauche.

C’est aussi ne l’oublions pas un proche de François Fillon qui marque ainsi, lui aussi, des points contre Sarkozy.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 16:22
Bingo : la dette publique de la France dépasse les 2 000 milliards d’euros.

Voilà pourquoi des efforts doivent être consentis pour retrouver de la liberté et de la respiration, et surtout de cesser de plomber les générations futures qui devront un jour ou l’autre payer les pots cassés. Enfin si des efforts doivent être consentis, toute la question est de savoir qui et comment. Il s’agit là d’orientations politiques claires et sans ambigüités et qui répartissent dans un esprit d’égalité et de solidarité les efforts. Nous n’y sommes pas encore.

Définition de la dette publique pour être simple.

Il s’agit du principal élément du passif du bilan des administrations publiques françaises. Définition de Wikipedia : « Elle regroupe les dettes qu'elles ont contractées auprès de prêteurs privés, français ou non, sous forme d’emprunts d'État (obligations du Trésor, BTAN…). Elle ne comprend pas les factures impayées et autres créances diverses, dont l'importance est bien moindre, mais qui sont aussi dans le passif comptable. »

Par administrations publiques, on entend : l’Etat, les collectivités territoriales et les organismes publics français (entreprises publiques, organismes de sécurité sociales etc ..)

Situation du jour

L’Insee vient d’annoncer aujourd’hui que cette dette a passé le cap des 2 000 milliards d’euros pour la première fois, à savoir exactement 2 023,7 milliards d’euros à la fin du deuxième trimestre 2014, soit 95,1% du PIB.

En 1995, elle était de 663,5 milliards d’euros (55,5% du PIB)

En 2007, elle passe à 1 211,6 milliards (64,2% du PIB)

Fin 2013, elle atteint 1 925,3 milliards d’euros (93,5% du PIB)

Il s’agit bien de l’évolution du chiffre de la dette publique ces dernières années, la progression est vertigineuse, affolante … et le coût de la dette croît de la même manière (les intérêts des emprunts).

Les années Sarkozy ont considérablement plombé les comptes de la nation, à son arrivée en 2005, la dette était de 1 147,6 milliard d’euros (66,8% du PIB), cinq années après au moment de son départ en 2012 la dette est de1 833,8 milliards d’euros (90,6% du PIB), soit un alourdissement de près de 700 milliards … pas mal pour un donneur de leçon !

François Hollande, pour l’instant en deux années d’exercice a accru la dette de 190 milliards, on peut estimer en projection qu’il a opéré un ralentissement de l’augmentation de la dette. Ce n’est évidemment pas assez.

Si nous ne figurons pas encore parmi les pays les plus endettés du monde occidental (la moyenne est pour les grandes économies avancées de 117,4% du PIB) nous nous en rapprochons dangereusement.

A quand des réformes et des économies courageuses avec des explications pédagogiques en appuis ? La politique des petits bras n’est plus possible …

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans économie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche