Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 19:06
Le retour de la gauche en Grèce  en fanfare.

La victoire de Syriza était annoncée depuis un moment par la majorité des observateurs politiques. La question était de savoir quel serait son score et de combien serait l’écart avec Nouvelle démocratie. C’est chose faite et Alexis Tsipras n’aura pas besoin de chercher d’autres alliés que sa propre coalition.

Les bureaux de vote ont fermé à 18 heures (heure française) Selon un sondage sorti des urnes, Tsipras obtiendrait entre 35,5 et 39,5 %, alors que Nouvelle démocratie du premier ministre sortant Antonis Samaras se situe dans une fourchette de 23 à 27 %. Le nombre de sièges gagnés se situe entre 146 et 158, avec une majorité absolue à 151… La majorité pour gouverner seul est donc à la portée de Tsipras. C’est d’ors et déjà une victoire historique que le peuple grec a salué par une immense explosion de joie en plein centre d’Athènes. Et cette clameur vient résonner jusqu’au cœur des capitales européennes et à Bruxelles.

Ce sont donc 9,8 millions d’électeurs qui ont été convoqués aux urnes ce dimanche pour élire leurs 300 députés. Cette élection devrait aussi entériner la quasi disparition du Pasok et malheureusement consacrer aussi le parti d’extrême droit Aube dorée à la troisième place.

Cette élection a été placée sous le regard de l’ensemble des européens, tant les enjeux sont importants, à savoir que fera exactement Tsipras et jusqu’où ira-t-il ? Une sortie de l’Euro est-elle envisageable et comment pourra –t-il appliquer son programme sans s’attirer les foudres de Bruxelles et du FMI ?

Comment cette élection va impacter les prochaines élections générales en Espagne ave la montée en puissance du parti frère Pomédos ? En cas de victoire aussi en Espagne, cette tension de la gauche venue du sud ne va-t-elle pas à un moment donné peser sur la situation politique à la française ?

C’est en milieu de matinée que le président de Syriza est allé voter dans le quartier populaire d’Athènes, Kypséli où il réside, dans une cohue indescriptible de journalistes et de caméras venus du monde entier pour assister en direct à son triomphe. Ce sont plus de 900 journalistes internationaux qui ont fait le déplacement, alors qu’ils n’étaient que 700 pour suivre les législatives de 2012. Alexis Tsipras a du jouer des coudes, aidé en cela par ses deux gardes du corps, pour se hisser sur une table et haranguer les dizaines de militants qui l’encourageaient de la voix. C’est en grec, mais aussi en anglais qu’il s’est exprimé : « « Le choix est plus clair que jamais. Soit la troïka revient et poursuit le travail de Samaras et la catastrophique politique d’austérité, soit on va vers une renégociation dure et difficile avec nos partenaires pour reconquérir une vie digne. » Et il conclut par : « Notre avenir commun en Europe n’est pas celui de l’austérité, c’est celui de la démocratie, de la solidarité et de la coopération ».

Mais sera-t-il en mesure de créer une véritable administration fiscale et de faire payer les armateurs et le clergé ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:23
A la gauche du PS ?

La probable victoire de Syriza en Grèce, dimanche, suscite des espoirs parmi les partis à la gauche du PS en France… Arrivé en pôle position aux dernières élections européennes, ce rassemblement de partis à la gauche du Pasok, donne bien des idées en France. La question se pose, y a-t-il un avenir en France pour un tel rassemblement qui viendrait utilement concourir aux côtés du Parti Socialiste ?

Le Parti de Gauche, le Parti Communistes français, Europe écologie-Les Verts , Nouvelle Donne (Dissidents PS), et quelques mouvements de la gauche critique envers le Parti Socialiste sont-ils en mesure de réaliser une telle alliance qui pourrait alors ambitionner de le supplanter politiquement? La question n’est pas nouvelle … déjà Jean-Luc Mélenchon en quittant le PS et en créant le Parti de gauche avait manifesté une telle ambition, qu’il a partiellement concrétisé avec le Parti Communiste français en créant le Front de gauche, dont il a porté les couleurs à l’occasion des dernières présidentielles.

Le résultat n’a pas été à la hauteur de ses espérances. Depuis on a vu le Parti de gauche et le PCF multiplier les incidents à l’occasion des élections municipales entre autre, amenant même Jean-Luc Mélenchon à prendre du recul.

C’est à l’occasion d’un meeting de soutien à Syriza que l’on a pu voir se côtoyer à Paris les représentants de ces différentes galaxies de la gauche du PS applaudir à tout rompre à ce schéma de la réussite en Grèce (le Pasok ayant été réduit en miette) … Mais est-ce que Cécile Duflot (ex ministre EELV), Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon ont la stature suffisante pour un tel enjeu ? Est-ce qu’en y ajoutant des socialistes au bord de la rupture, tels que Guillaume Balas et Pouiria Amirshahi le cocktail serait plus efficace ?

Non. L’enthousiasme d’un soir ne peut effacer toutes les fortes tensions qui existent parmi eux et surtout les ambitions personnelles. La forte personnalité de Jean-Luc Mélenchon est-elle un obstacle ? Oui, alors qu’il tente de mettre en place des coalitions de ce type pour les prochaines élections départementales et régionales de cette année, Cécile Duflot fait remarquer qu’une telle stratégie lui semble « dépassée » et dans les faits les Verts privilégient des alliances à géométrie variable.

La secrétaire générale des Verts, Emmanuelle Cosse déclare de son côté : « L’erreur serait de dire qu’il y a des alliances privilégiées », elle maintient la possibilité d’alliances au cas par cas avec le PS ou le Front de gauche. Si les Verts maintiennent cette porte ouverte au cas où, car les élus Verts favorables à un retour au gouvernement sont nombreux, et surtouts les élus Verts le sont en raison d’accord avec le PS, le PCF fait de même pour les mêmes raisons, en voie d’extinction il a trop besoin ici et là des voix du PS pour tenter de maintenir ses derniers bastions.

Sur le fond politique la confiance ne règne pas entre les verts et le PCF, les Verts ne font pas mystère de leur préférence, en termes d’alliance avec Nouvelle Donne, Cap 21 de Corinne Lepage et le Front Démocrate de Jean-Luc Bennahmias, bien plus proches de leurs exigences écologistes.

Tant que l’actuel mode de scrutin majoritaire aux élections législatives perdurera, les Parti Socialiste gardera la main et empêchera la constitution d’un tel front, en donnant ici et là l’opportunité d’obtenir des sièges à plusieurs de ces composantes à la gauche de la gauche, et de maintenir les illusions et les ambitions de certains de ces acteurs potentiels d’un front commun.

En l’absence d’une telle offre politique, les électeurs français se précipitent dans les bras du Front national pour manifester leur rejet des deux principaux partis de gouvernements que sont le PS et l’UMP, alors qu’en Grèce et probablement bientôt en Espagne avec Pomédos, c’est bien vers la gauche de la gauche qu’ils se tournent pour manifester leur volonté de défendre leurs acquis sociaux contre les velléités ultra libérales de l’Europe. C’est bien en faisant cette analyse, que Marine Le Pen a apporté son soutien à Syrisa, pas en reste d’une provocation de plus.

Bref, en France, la pagaille règne parmi les partis politiques et l’électeur a bien des difficultés à s’y retrouver. Le camp des vainqueurs sera, sans aucun doute les abstentionnistes, l’ensemble de la classe politique ayant concouru à les y inciter fortement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 14:56
Nicolas Sarkozy… aux frais du contribuable.

C’est à Médiapart que l’on doit ces toutes dernières révélations concernant le train de vie de Nicolas Sarkozy, imputé au budget de l’état, en tant qu’ancien Président de la République. Ce qui pose un sérieux problème puisqu’il est aussi, depuis peu, Président de l’UMP et donc chef du principal parti d’opposition.

La république est bonne fille avec ses anciens dirigeants. C’est Laurent Fabius, alors Premier ministre qui a fixé la règle en 1985 en faisant voter une loi spécifique. Sont pris en charge par le budget de l’état, la rémunération d’une équipe, la prise en charge d’un loyer et la mise à disposition d’un véhicule de luxe avec chauffeur et garde du corps.

Voilà ce que Nicolas Sarkozy en a précisément fait :

- 1,6 millions d’euros de frais de personnel pour deux ans et demi. Il dispose de 5 fonctionnaires et de 5 conseillers rémunérés entre 5 247 et 7 020 euros net par mois. La demi-sœur de Carla Bruni, Consuelo Remmert a été embauchée comme conseillère diplomatique. Sa tâche principale consiste à organiser et monnayer fort cher les conférences de l’ex-chef d’Etat …

- 55 000 euros, c’est la facture d’aménagement des bureaux, tout a été revisité (c’est le contribuable qui paye) mobilier, ordinateurs, téléphones, lampadaires, canapés, fauteuils, porte manteaux, coffre-fort …

- 196 000 euros par an, c’est le coût de la location des 320 m2 (au 77 de la rue Miromesnil) mis à disposition de Nicolas Sarkozy, soit un loyer mensuel de 16 000 euros…

- 44 140 euros, c’est le coût d’achat de la Citroën C6V6 HDI Exclusive mis à sa disposition, à laquelle il faut encore ajouter 4 046 euros d’essence par an et 5 031 euros d’entretien.

Dans ces temps de disette où l’Etat racle partout jusqu’à l’os, gel des rémunérations des fonctionnaires depuis 4 ans, baisse des retraites, même des plus petites … la pilule est difficile à avaler. Et l’on doit surtout entendre le personnage expliquer urbi et orbi qu’il faut faire des économies partout.

Enfin, est-ce normal que le contribuable en arrive à financer plusieurs fois l’UMP, une première fois au titre du parti et une seconde fois au titre que son président a une double casquette et qu’il est aussi ex chef d’Etat.

Certains députés socialistes s’en sont à juste titre émus, demandant à Nicolas Sarkozy d’y renoncer, puisqu’il dispose déjà de moyens de fonctionnement alloués par l’état au titre du financement des partis politiques.

La moralisation de la vie publique a encore un grand avenir devant elle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 18:18

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:51

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 17:12
Sarkozy … raté !

Difficile de ne pas s’arrêter un moment sur l’attitude de Nicolas Sarkozy pendant ces derniers événements. Fidèle à lui même il n’a pas pu s’empêcher de tenter de reprendre la main sur le perron de l’Elysée et plus grave de faire le forcing pendant la marche de dimanche pour quitter son rang protocolaire et tenter de figurer sur la première ligne.

L’ancien président de la république ne tient pas en place … cela le démange, cela le gratte, il a l’urticaire facile. A sa manière il rejoint aussi l’attitude hautaine et glacial d’un autre ex de la république, Valéry Giscard d’Estaing, dont on garde en mémoire l’attitude indigne à l’occasion de son départ de l’Elysée en 1981, imposant un long plan fixe sur sa chaise vide après son message d’adieux.

Il n’a pas voulu se rendre à l’Elysée à l’invitation du Président Hollande. Tant d’années après, le ressentiment est tenace. D’ailleurs on ne l’a pas vu aussi à la marche de dimanche. Pour les gens de droite le pouvoir leur appartient et quand le peuple en juge autrement, il est illégitime …

Donc Sarkozy accueilli sur le perron de l’Elysée par François Hollande, n’a pas voulu « passer », il a imposé d’attendre l’arrivée de touts ses ex premiers ministres pour faire la « photo », comme au bon vieux temps. Il fallait « noyer » Hollande sous le nombre. On appréciera ses misérables manipulations à un moment aussi solennel.

Enfin le pire était encore à venir. Au moment de la marche des chefs d’états, le protocole l’avait assigné à un rang autre que le premier, réservé naturellement aux chefs d’états en exercice et à François Hollande au centre.

On a vu ces images terribles et surtout indignes d’un Sarkozy (de petite taille, toute petite) jouer avec force des épaules pour se hisser juste un moment à la place où il ne devait pas être. Puis le reflux et les gardes du corps l’ont heureusement remis à sa place, juste avant la photo officielle. Raté !

Les français apprécieront … mais, malheureusement les médias du monde entier était présent et celui qui, par l’exercice même de la magistrature première incarne aussi notre pays, a donné au monde entier, à un moment d’émotion rare dans notre histoire, une image de petite politicaillerie de bas étage.

Il a la rage … et nous le lui rendons bien. Prenons bien garde à ne pas redonner les rênes du pays à un tel homme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 13:56
Tout est pardonné.

Mercredi matin, Charlie Hebdo, l’équipe des survivants, a assuré sa sortie dans les conditions dramatiques que nous connaissons avec le soutien logistique du journal Libération. L’engouement pour « Je suis Charlie » se poursuit, l’ensemble de points de vente ont été instantanément pris d’assaut dès l’ouverture.

Tout est pardonné.

On ne trouve plus un seul exemplaire de cette édition, dès 10 heures du matin, dans toute la France. Les français ont fait la queue dès poltron minet devant les kiosques de presse, certains ont dormi dans leur voiture pour être les premiers …

Un tweet de Patrice Pelloux est venu rassurer le pays. Ce ne sont pas moins de cinq millions d’exemplaires qui vont être imprimés et les kiosques seront régulièrement réapprovisionnés pendant toute la semaine jusqu’au 19 janvier.

Malheureusement certains rapaces profitent de ces circonstances particulières pour déjà proposer sur les sites du Bon Coin et d’Ebay des exemplaires de cette édition exceptionnelle à des prix élevés. L’édition de la semaine dernière atteinte, elle, des sommets spéculation quand tu nous tient …

Les abonnements ont aussi progressé, sur la base d’un étiage trop bas d’un peu moins de 10 000 abonnements avant la tuerie du 7 janvier, le journal est à cette heure à plus de 115 000 abonnés …. La souscription lancée pour soutenir le journal vient aussi de dépasser le million d’euros.

Rappelons pour mémoire, que le journal ne se vendait plus qu’à 30 000 exemplaires, et quelques numéros symboliques diffusés à l’étranger. Ce mercredi, Charlie Hebdo a été tiré à 5 millions d’exemplaires, traduit en cinq langues et distribué dans pas moins de vingt pays. Ce tirage est historique, battant les records du journal le Monde à un million deux cent mille exemplaires le 11 septembre ou France Soir à 2,2 millions à la mort du Général de Gaulle.

Charlie Hebdo est au moins à l’abri, financièrement parlant, pour quelque temps.

Mahomet fait un retour tonitruant à la une, sous la plume d’acier de Luz, l’un des survivants du massacre de la rédaction. On y voit un Mahomet la larme à l’œil affichant sa pancarte de Je suis Charlie, avec un simple titre : « Tout est pardonnée ». Rien de bien provoquant, ni de spectaculaire, mais un « Une » au ton juste et proportionné malgré tout à l’événement.

Il fallait une forte dose de talent pour « trouver » cette une. Maintenant, la polémique va continuer à tourner sur la rengaine de l’opportunité de représenter le prophète et exciter le ressentiment de la communauté musulmane. Déjà aux Inrocks, elle faite rage, la direction ayant choisi de reproduire la une de Charlie Hebdo, il s’est trouvé des membres du personnel pour s’en indigner, pointant les risques désormais encourus par les salariés du journal.

Le Canard Enchaîné a fait savoir les menaces de morts reçues à la direction du journal depuis quelques jours.

Même si à titre personnel, je ne goûte pas les caricatures à l’encontre des religions, je me battrai toujours pour que ce droit là à l’expression puisse s’exprimer et je suis donc plus que jamais Charlie

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 22:34

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 01:23
Une cinquantaine de dirigeants présents

Les dirigeants européens : la chancelière allemande Angela Merkel, le premier ministre britannique David Cameron, le président du conseil italien Matteo Renzi, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président du Parlement européen, Martin Schulz, le président du Conseil européen Donald Tusk, les chefs de gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt, belge Charles Michel, néerlandais Mark Rutt, grec Antonis Samaras, portugais Pedro Passos Coelho, tchèque Bohuslav Sobotka, letton Laimdota Straujuma, bulgare Boïko Borisov, hongrois Viktor Orban et croate Zoran Milanovic ainsi que le président roumain, Klaus Iohannis.

Hors UE: le premier ministre Benyamin Nétanyahou, avec son chef de la diplomatie Avigdor Lieberman, le président palestinien Mahmoud Abbas, le roi de Jordanie Abdallah II et la reine Rania, la présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, la présidente du Kosovo Atifete Jahjaga, les premiers ministres albanais Edi Rama, turc Ahmet Davutoglu et géorgien Irakli Garibachvili, le président ukrainien Petro Porochenko et le premier ministre tunisien Mehdi Jomaa. L'Afrique est représentée par les présidents malien Ibrahim Boubacar Keïta, gabonais Ali Bongo, nigérien Mahamadou Issoufou et béninois Thomas Boni Yayi, l'Amérique du nord par le ministre américain de la justice Eric Holder et le ministre canadien de la sécurité publique Steven Blaney.

De nombreux autres pays ont prévu d'envoyer des représentants de leur diplomatie pour les représenter dimanche, à l'instar du Maroc ou du Brésil représenté par son ambassadeur à Paris. Sera aussi à Paris le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, tout comme les dirigeants d'autres institutions internationales (Organisation internationale de la Francophonie, Bureau international du Travail, Ligue arabe).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 16:31

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche