Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 17:45
Législative partielle dans le Doubs … le doute encore.

C’est donc un duel PS-FN qui sera aux vues des résultats du premier tour, nécessairement, arbitré par les électeurs de l’UMP. Le parti de Nicolas Sarkozy a connu bien des turbulences au cours de la semaine écoulée, la position affichée par le bureau national, celle du ni-ni, ne fait pas l’unanimité, y compris auprès de certains poids lourds de l’UMP.

Nicolas Sarkozy a laissé quelques plumes à ce jeu là. D’abord son absence de lundi pour aller gagner quelques 100 000 euros à l’étranger, a été du plus mauvais effet, laissant planer le doute d’une certaine légèreté pour le président d’un parti de gouvernement. Ensuite face à une opposition interne aussi frontale entre les partisans d’appeler à voter PS et ceux du ni-ni, il a tenté une voie moyenne appelant à faire barrage au FN sans aucune référence au PS. Il a été mis en minorité et c’est la frange la plus dure de l’UMP qui l’a finalement emportée.

Reste à savoir ce que les électeurs vont faire dans la 4ième circonscription du Doubs. Le PS vise une élection, succès qu’il n’a quasiment pas connu depuis 2012. L’UMP cherche auprès de ses électeurs le suivi de sa consigne, qui sur le papier assurerait l’élection du FN. Quant à ce dernier il rêve d’un troisième siège de député à l’Assemblée nationale.

A cette heure, s’ajoute une nouvelle inconnue, le taux de participation plus élevé qu’au premier tour donnera une indication, sur quel camp bénéficiera, du PS et du FN, de cet afflux de nouveaux électeurs. En effet avec, à 17 heures, un taux de participation à 43,49% c’est un bond d’un peu plus de 9% de nouveaux électeurs auquel on assiste.

Si le candidat du PS l’emporte, François Hollande verra sa nouvelle stratégie de l’unité nationale confortée. Si la candidate du FN gagne l’UMP portera la lourde responsabilité d’ouvrir une voie royale à Marine Le Pen avec le nouveau positionnement du ni-ni adopté. Alors les risques d’un éclatement de l’UMP seront encore plus renforcés, avec une aile dure qui ira vers des accords de désistement réciproques avec le FN aux prochaines législatives.

C’est aussi une forte indication qui sera donnée pour les prochaines élections cantonales où les duels PS/FN devraient être assez nombreux.

Bref, pour une fois c’est bien un test grandeur nature qui se joue aujourd’hui sur les rapports de force existants entre la droite, la gauche et l’extrême droite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 19:06
L’UMP divisée sur les duels PS/FN.

Sur la pression de Nicolas Sarkozy, l’UMP vient de prendre une position « molle », à savoir ne donner aucune consigne de vote pour le second tour de l’élection partielle dans le Doubs, dimanche prochain. Divisée sur le sujet, l’UMP a donc été incapable de prendre les responsabilités républicaines que l’on attendait d’un parti, dit de gouvernement.

J’ai voté Jacques Chirac lorsque la gauche a été éliminée et que nous n’avions comme seul choix, Jean Marie le Pen et Jacques Chirac. Nous fûmes nombreux à le faire bloquant ainsi l’extrême droite. Le Front Républicain a été puissant et rassurant du même coup, pour le camp des démocrates. La gauche a systématiquement adoptée la même attitude, à chaque fois que la même situation s’est présentée.

Aujourd’hui seule l’UDI a été très claire le soir même sur la bonne attitude à prendre, faire barrage au FN. Nathalie Kosciusko-Morizet a pris dès lundi la même position et ce matin Alain Juppé sur son blog affirmait la même volonté.

Mais à l’UMP des Fillon, Lemaire, Wauquiez militaient activement pour qu’il n’en soit pas de même. Résultat le bureau politique adopte aujourd’hui une position « molle » pour préserver un semblant de façade, quel manque de courage politique !

On a entendu Henri Guaino faire de même avec une argumentation hypocrite « je ne suis pas propriétaire de mon vote … et je dois respecter les électeurs FN». Mais ce n’est pas la question posée, la question est : « si vous votiez dimanche prochain, que feriez vous ? » C’est ainsi posé, que Nathalie Kosciusko-Morizet et Alain Juppé ont clairement dit leur position responsable, faire barrage à l’extrême droite.

Donc il est désormais acquis que l’UMP ne fera en aucun cas barrage à l’extrême droite. Les républicains de tout bord doivent maintenant se poser des questions à l’égard de ce parti prêt à faire le lit de la dictature dans notre pays.

« Je crois à l’inégalité des races » a déclaré Sophie Montel candidate FN à cette élection partielle. Elle n’a pas été désavouée par Marine Le Pen, la présidente du FN. Le débat est donc parfaitement clair et sans ambigüité pour les électeurs. Il ne s’agit pas de soutenir le PS au pouvoir, mais de tout faire pour qu’un troisième député FN et raciste n’accède pas à l’assemblée nationale.

Nous verrons dimanche prochain ce que les électeurs du Doubs convoqués aux urnes feront. Le résultat en dira long sur les risques encourus par notre pays en 2017 à la prochaine élection présidentielle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 17:58

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Science
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 14:28
Le streaming, l’avenir de la musique ?

Le marché de la musique, depuis l’émergence des nouvelles technologies continue sa lente descente aux enfers. Le streaming, à savoir l’écoute de la musique sans téléchargement, connaît, lui, une nette progression en 2014 et semble une alternative économique crédible aux yeux des majors.

Le marché de la musique connaît encore en 2014 une baisse de 5,3 % pour atteindre 570,6 millions d’euros (603,2millions en 2013) selon les chiffres rendus publics par le Syndicat national de l’édition phonographique (SNEP), lequel représente pas moins de 80 % du marché français à lui tout seul.

De son côté le streaming connaît une nette croissance de 34 % en 2014 et pourrait à terme représenter enfin une véritable alternative à l’effondrement du marché physique du disque. Celui-ci représente encore 71 % du marché, mais il ne cesse de baisser. Avec moins de 11% en 2014, auquel s’ajoute la baisse du téléchargement à l’acte de -14%, ils expliquent la baisse du marché.

Au cours de la conférence de presse Guillaume Leblanc, délégué général du SNEP a manifesté son optimisme par « quelque chose est en train de changer et nous assistons à une restructuration du marché autour du streaming ». Ce serait donc un nouveau modèle économique qui serait en train d’émerger.

Nombreux sont les observateurs qui ont annoncé cette mutation et le SNEP a mis du temps à reconnaître l’évolution des usages de la musique par les consommateurs.

C’est sans doute l’inversion des courbes de revenus de ces deux modèles en 2014 qui a ouvert les yeux du SNEP. Le streaming pèse 73 millions d’euros en 2014, contre 54 millions d’euros pour le téléchargement. Avec ses 16% du marché total de la musique, le streaming a de beaux jours devant lui. Sans compter que ce modèle n’existe que depuis seulement 7 années avec sur le marché français des acteurs tels que : Deezer, Spotify, Qobus etc… qui cherchent encore leurs marque et leur notoriété.

2015 verra un changement notoire, celui de la fin, de l’offre lié d’Orange à Deezer.

On retiendra la conclusion de Pascal Negre, patron d’Universal Music France : « la musique est en train de connaître sa quatrième révolution numérique. Après la piraterie, les sonneries téléphoniques et le modèle iTunes, la musique change à nouveau de paradigme avec l’avènement du streaming qui consiste à payer pour un usage et non pour une possession »,

Et ce n’est pas les 2 millions d’abonnés (contre 1,44 millions en 2013) à un service de streaming audio qui vont le démentir. Mais ce n’est pas suffisant, à ce stade, pour garantir la rentabilité pour les producteurs et surtout les artistes, il faudra atteindre au moins les 8 millions d’abonnés.

Tout au long de ces années d’errance, où le modèle du gratuit s’est imposé par la force, la propension à payer des consommateurs a chuté. Elle était beaucoup plus élevée en décembre 2005, au moment du vote de la licence globale, trop vite avorté.

Avec 30 millions de titres au catalogue, l’offre de streaming devrait connaître encore une forte progression, d’autant plus que des offres nouvelles améliorant la qualité du son sont déjà sur le marché, on passerait du MP3 à une qualité égale à celui du studio d’enregistrement.

L’audiovisuel est en passe de connaître la même mutation, avec les fonctions replay des chaines et surtout le streaming que propose Netflix avec un accès illimité à un important catalogue de séries et de films. La même chose est en test pour le livre numérique en Allemagne.

A terme c’est la fin des bibliothèques, de l’ère du support, notre société devient celle de l’accès illimités à toutes sortes de catalogues.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Musique
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 16:14
Recette traditionnelle du pot au feu.

Histoire.

Le pot au feu est l’un de nos plats les plus populaires, qui se consomme en hiver. Plat du pauvre à l’origine il est devenu commun à toutes les classes sociales et orne plus d’une carte des grands restaurants. Un grand chef comme Guy Savoye en a revisité la recette, en fonction des produits disponibles, variant la viande et les légumes.

Dans sa forme la plus sommaire, il remonterait jusqu’au néolithique, on le retrouve à l’époque romaine et tout au long du Moyen Age. Au 13ième siècle on le dénomme « Viande en pot ». Un médecin gourmand de la période mérovingien, Anthime (511-534 après JC) nous a laissé une recette à mi-chemin entre le pot-au-feu et le bœuf mode. C’est au 18ième siècle qu’il entre dans l’alimentation de la cuisine bourgeoise.

Le principe, un mélange de viandes bouillies et de légumes, mélangés à des aromates.

C’est essentiellement le bœuf qui est utilisé, tranche, gîte à la noix, jarret culotte, plat de côte etc…

Ingrédients (pour 6 personnes) :

- 600 gr de jarret de bœuf

- 600 gr de queue de bœuf

- 400 gr de plat de côte

- 3 os à moelle

- 6 carottes

- 2 petits poireaux

- 2 gros panais (variété ancienne de carotte blanche)

- 4 Boules d’or (variété ancienne de navets jaunes)

- 1 oignon

- une gousse d’ail

- 1 morceau de céleri rave

- 6 pommes de terre moyenne

- 1 bouquet garni (laurier et thym)

- 3 clous de girofle

- 4 anis étoilés

- une poignée de gros sel

- 12 grains de poivres

Préparation.

Le débat est ouvert sur le mode de cuisson de la viande. Faut-il la plonger dans l’eau bouillante ou à froid ? C’est au choix, dans le premier cas on préserve le goût de la viande, dans le second le goût du bouillon. Pour ma part je plonge toujours la viande dans l’eau bouillante pour en préserver la texture et le goût.

Ficelez les morceaux de viandes, particulièrement les morceaux de la queue de bœuf, ficelez aussi les os à moelle, en les fermant à chaque bout avec deux tranches de carottes, pour ne pas perdre la moelle pendant la cuisson.

Puis, dans un grand faitout, on monte en température l’eau avec le sel, on y plonge la viande et les os à moelle, on maintient la cuisson à petits bouillons pour écrémer la mousse grise qui se forme à la surface, jusqu’à disparition.

Epluchez les légumes, réservez à part les pommes de terre pour une cuisson séparée (2O mn à la vapeur) que l’on ajoute au plat à la fin.

On ne cuit pas les pommes de terre avec l’ensemble du pot au feu, car celui-ci se conservant plusieurs jours serait rendu indigeste par la présence des pommes de terre.

Vous ajoutez l’ensemble des légumes, l’oignon piqué avec les clous de girofles (pour qu’ils ne se perdent pas dans le bouillon) et les aromates, particulièrement l’anis étoilé qui donnera un parfum extraordinaire à votre bouillon (j’ai repris un conseil d’une de mes belles sœurs très avisées en la matière).

Vous portez de nouveau à ébullition, puis réduisez le feu pour de légers bouillons et faite cuire le tout 4 heures au moins.

Prévoyez de le faire la veille. Le pot au feu est naturellement très gras, le consommer en l’état est très indigeste et le gras masque les saveurs. Une fois cuit, laissez le tout reposer et placez le faitout soit à l’extérieur s’il fait très froid ou au frigidaire, le gras va prendre en, surface et il sera très facile d’en retirer l’essentiel.

Si vous êtes pressé, le gras couvrant la surface vous pouvez le retirer avec une grosse cuillère, mais la méthode est moins précise.

Servez le bouillon en premier, mon grand père avait coutume de « faire chabrot », à savoir verser un peu de vin rouge dans l’assiette creuse. Une de mes grands mère faisait aussi cuire dans une boule métallique à la fin de la cuisson du riz qui prenait ainsi l’arôme du bouillon,, elle le servait ensuite à part.

Vous servez ensuite dans un plat chaud les morceaux de viande coupés en morceaux, les os à moelle et les légumes, c’est à ce moment là que vous ajoutez les pommes de terre.

Pour le service pensez à présenter une coupelle de gros sel, un pot à moutarde et des petits cornichons.


Partager cet article

Repost 0
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 14:05
Election législative partielle du Doubs, le doute …

C’est une surprise pour le PS, habitué à se faire éliminer dès le premier tour à presque toutes les élections partielles depuis 2012. C’est aussi une bonne nouvelle pour le FN qui, avec la pire candidate qui soit, obtient 32,6 % des voix exprimées et la première place. Mais le grand vainqueur est sans conteste, celui des abstentionnistes avec 60,44 % des inscrits, auxquels s’ajoutent 1,69 % de votes blancs et 1,06% de votes nuls

Avec 28,85% de voix le candidat du PS décroche, certes, la timbale, sa qualification au second tour, mais enregistre une perte colossale de ses voix, dans une circonscription, qui lui était largement acquise, il y a encore peu de temps. Le total des voix de gauche, à condition qu’elles se reportent automatiquement sur le candidat socialiste, n’assure pas sa victoire. Seul un report significatif des voix UMP pourrait assurer le barrage au FN.

Mais l’UMP est déjà divisée sur les consignes de vote à donner. Nicolas Sarkozy appelle au ni FN, ni PS, alors que Dominique Bussereau, cofondateur de l’UMP, appelle à voter PS, déjà rejoint par Nathalie Kosciusko-Morizet et probablement Alain Juppé.

L’UMP se fracture … et Alain Juppé prend position en faveur du désistement républicain pour s’assurer une nette victoire en 2017. Sarkozy compte sur les voix du FN pour gagner, Juppé préfère les voix du centre et d’une partie des socialistes. L’offre politique à droite se complexifie.

Pour l’UMP qui avait choisi d’avancer regroupé dès le 1er tour avec l’UDI dans cette élection partielle du Doubs, la claque est sévère, son élimination accentue les risques encourus pour la future élection présidentielle. Car désormais, c’est bien le Front national qui se voit garantir une place au second tour, le suspens ne portera que sur la place du challenger : UMP ou PS ?

L’union pour chacun de ces camps est devenue une obligation impérative, tout manquement à cette implacable règle de la désignation du Président de la république, signera son arrêt de mort.

Il est encore trop tôt pour savoir si les centristes risqueront leur candidature, cela dépendra du candidat de l’UMP, avec Sarkozy ce sera la rupture, alors que Juppé garantit probablement une union dès le premier tour.

A gauche, c’est un peu plus compliqué, Mélenchon crie à qui veut l’entendre que le résultat des élections en Grèce le légitime pour être le candidat de rassemblement à la gauche du PS, à savoir celui qui fera donc tomber toute la gauche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 19:08

C’est un raid extraordinaire qui va se dérouler à partir du 15 février 2015. Il s’adresse aux jeunes de 18 à 28 ans, 6 000 kilomètre jusqu’à Marrakech sur les routes de France, d’Espagne et du Maroc. 10 jours d’aventures humaines et sportives, qui forment le plus grand raid étudiant d’Europe. Bien sûr les équipages naviguent uniquement sur les mythiques 4 L au profit de l’association « Enfants du désert », entre autres initiatives humanitaires.

L’édition 2014 comprenait 2646 participants, issus de 1460 écoles. Une équipe de 250 professionnels encadrent l’organisation et l’assistance tout au long du trajet.

Cette année le départ se fera de Lohéac en Ille et vilaine le samedi 14 février

Mon neveu est au départ cette année, il a besoin d’un soutien financier, quelque soit la somme 5,10 ou 15 euros ou plus, c’est à vous de juger, aller sur :

https://www.lepotcommun.fr/pot/4kck212v

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans sport
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 13:52

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Science
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 18:50

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 19:21
Lendemain de victoire.

Syriza a de toute évidence emportée une large victoire, qualifiée d’historique, même si ses dirigeants manquent la majorité à deux sièges près. C’est le premier gouvernement anti austérité qui prend le pouvoir en Europe, même s’il faudra attendre quelques mois pour savoir jusqu’où cette résolution ira.

Alexis Tsipras a réussi à installer sa fédération de partis et de mouvements au sommet de l’état, il a réduit le Pasok (socialistes grecs) à sa plus simple expression, plus que 13 sièges sur une assemblée de 300 députés. La Nouvelle démocratie, gouvernement sortant, ne se porte guère mieux avec 76 députés. L’extrême droite recule, même si Aube dorée (Néo nazis) garde sa troisième place avec 17 députés.

C’est donc bien, n’en déplaise à certain, une gauche radicale qui s’installe au pouvoir à Athènes. Le nouveau Premier ministre a lancé aujourd’hui : « les Grecs laissent l’austérité derrière eux » … pour autant les réactions à Bruxelles et à Berlin ne se sont pas fait attendre. Les mises en garde se multiplient et à cette heure même, les ministres des finances européens tiennent une réunion pour examiner la situation.

Martin Schulz, le président du parlement européen a déclaré qu’Alexis Tsipras allait devoir faire des compromis avec ses partenaires européens. La dette du pays est gigantesque, 300 milliards d’euros, à savoir 175% du PIB. Pedro Passos Coelho, Premier ministre portugais de centre droit a de son côté rappelle les efforts fait par son pays et demande au nouveau pouvoir grec d’en faire autant, il l’appelle à « respecter les règles européennes ».

Pour s’assurer une majorité au parlement Syriza vient de nouer une bien étrange alliance avec Les Grecs indépendants (13 sièges). Ces derniers sont nés d’une dissidence de Nouvelle démocratie. Ultra nationaliste, proche de l’église orthodoxe ils expriment des thèses souverainistes, parfois limite islamophobes et anti immigrés. On se demande comment cette alliance pourra tenir à l’épreuve des faits …

Qualifié de Harry Poter de la politique grecque Alexis Tsipras a portant fait preuve à 40 ans d’un art consommé de la politique ralliant à sa personne de nombreuses personnalités depuis le Pasok jusqu’à une certaine frange de l’extrême droite

Il a su aussi s’entourer d’imminents économistes comme Yiorgos Stathakis et Giannis Dragasakis. Le premier âgé de 61 ans enseigne à l’université de Crète, il est l’auteur d’un ouvrage sur le plan Marshall, le second, âgé de 67 ans, spécialiste des questions économiques a été vice-ministre de l’économie de 1989 à 1990.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche