Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 10:38

Décidemment le changement c’est bien difficile, et la morale n’est toujours pas à l’ordre du jour. De plus en plus, nous avons le sentiment qu’une nouvelle noblesse s’est installée à la tête de l’état, intouchable et privilégiée … Alors que le commun des mortels subit la loi, cette nouvelle noblesse est hors d’atteinte. La liste des exemples est malheureusement trop longue. Le dernier en date est tristement édifiant.

On se souvient encore de l’affaire Agnés Saal, énarque qui a du démissionner de son poste de directrice de l’INA en raison de ses 40 000 euros de frais de taxi (en six mois), largement ouverts à son fils … Et bien vite débarquée, vite réintégrée au Ministère de la Culture, incroyable, aucune sanction, mais un poste sur mesure « chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ». Il fut un temps où il y avait un certain délais de carence. On croit rêver … il est vrai qu’elle a fait preuve de ses compétences dans son dernier emploi en la matière … elle va rejoindre la longue liste des intouchables de la République.

Je ne vais pas développer, mes pensées vont pour les millions de français qui eux se plient aux lois de la république.

Madame Saal je ne vous félicite pas, je vous méprise. Madame Fleur Pellerin je ne vous félicite pas non plus, vous salissez le poste que vous occupez de Ministre de la Culture.

Malheureusement la rubrique reste à suivre … jusqu’à quand ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 16:44

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Culture
commenter cet article
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 15:19
Une si belle journée.

Longtemps promise, longtemps attendue, la cousinade de la famille Pelletier s’est tenue les 9 et 10 mai 2015 dans la salle des fêtes René Badoinot à Harréville-les-Chanteurs, berceau de la famille. Seul notre grand-père Adrien est né dans ce village, notre grand mère Marthe est originaire du village voisin de Goncourt. Mais nous sommes nombreux à nous souvenir des vacances passées chez nos grands parents. Pour ma part, mon père avait acheté une maison voisine de celle de ses parents, lorsque j’étais un jeune enfant.

Voilà, c’est tout dire que ce petit bout de terre limitrophe des Vosges et en bout de la Haute-Marne compte pour nous et que la Meuse qui le traverse est le lien de notre enfance qui nous unit toutes et tous.

77, nous étions, sur quatre générations…une belle réussite pour une première édition. Il faut dire qu’à peine l’idée évoquée chacun a eu à cœur d’y contribuer et d’entrainer le mouvement, mouvement facilité par l’énergie que Lucette, sur place, a mis dans l’organisation matérielle pour nous recevoir le samedi toute la journée et encore le dimanche midi.

Le soleil, tout de même au rendez-vous, les promenades vers Saint Joseph, le Mont ou les ponts de Goncourt étaient ouvertes …

Les souvenirs et les photos ont beaucoup circulé … les discours aussi, émouvants, empreints d’amour pour nos parents et ce village. Le temps s’est dilaté, aujourd’hui, hier, demain … nos aventures personnelles ont fait leur chemin, mais elles puisent leurs racines dans cette histoire commune.

Le monde a changé, hier nous vivions à proximité partageant mariages, décès, communions et fêtes familiales … aujourd’hui les familles ont éclaté, l’éloignement géographique prédomine. La cousinade devient alors, un enjeu de mémoire et de fraternité, soudain il devient un peu plus évident que les liens de famille sont les plus importants. Non pas le lien avec un tel ou une telle, mais la famille dans son ensemble. Elle donne sens dans une société qui n’en a plus beaucoup.

Cette réunion fut l’occasion de se revoir, parfois avec des distances de plus de 40 ans, de retrouver avec chaleur et émotion une branche de notre famille, perdue et égarée pour d’obscures et lointaines histoires. Mais les valeurs que nos grands parents avaient à cœur de transmettre sont encore là, les échanges en ont témoigné : le goût de l’aventure, l’ouverture aux autres, la tolérance, la générosité, le partage, la terre que l’on se doit de respecter, l’amour des jardins, des fleurs et des potagers, les animaux…

Bref tout y était … une si belle journée, unique et mémorable.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 09:49
Nicolas Sarkozy, le barbouilleur de la république.

Il fallait donc que Nicolas Sarkozy saccage la république aussi. Jamais un homme politique n’aura poussé aussi loin le cynisme, le mensonge et instrumentalisé à son profit personnel le bien commun.

Mais comment les femmes et les hommes de ce pays ne peuvent-ils pas éprouver un sentiment de nausée à l’égard de cet homme là…Désormais il y a de grande chance que l’UMP soit rebaptisée « Les républicains »… pas moins que cela ! En privé l’ancien président va jusqu’à donner l’explication suivante, « nous sommes les seuls républicains, le socialistes eux ne sont que socialistes … »

Ainsi donc par sa seule volonté, le Parti socialiste serait bouté hors de la république, par l’homme qui n’hésite pas à anticiper les moindres désirs de Marine Le Pen et du FN.

Heureusement il reste à droite quelques âmes saines, tel le bras droit d’Alain Juppé Edouard Philippe : « «En nous nommant "Les Républicains", c’est comme si nous vidions la République de son sens. Je trouve cela dangereux. Ce serait un vecteur supplémentaire de clivages et de divisions. Ce serait méconnaître ce qu’est la République. Par définition, elle rassemble des gens qui ont des conceptions différentes de l’intérêt général, mais qui se reconnaissent dans quelque chose de plus large.»

Le débat politique mérite plus que cela, l’injure et l’ostracisme poussé par l’ancien président de la république font courir à cette dernière un risque extrême, celui de disparaître dans un maelström politique d’où le FN sortira au final grand vainqueur, engloutissant la république et les républicains.

A quand un cours d’instruction civique pour celui qui se voit désormais comme le grand Timonier des républicains ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 11:30

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article
14 avril 2015 2 14 /04 /avril /2015 10:54

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans International
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 18:42
Lettre de Victor Hugo à Lamartine : "Pourquoi j'ai écrit Les Misérables"

Mon illustre ami,

Si le radical, c'est l'idéal, oui, je suis radical. Oui, à tous les points de vue, je comprends, je veux et j'appelle le mieux ; le mieux, quoique dénoncé par le proverbe, n'est pas ennemi du bien, car cela reviendrait à dire : le mieux est l'ami du mal. Oui, une société qui admet la misère, oui, une religion qui admet l'enfer, oui, une humanité qui admet la guerre, me semblent une société, une religion et une humanité inférieures, et c'est vers la société d'en haut, vers l'humanité d'en haut et vers la religion d'en haut que je tends : société sans roi, humanité sans frontières, religion sans livre. Oui, je combats le prêtre qui vend le mensonge et le juge qui rend l'injustice. Universaliser la propriété (ce qui est le contraire de l'abolir) en supprimant le parasitisme, c'est-à-dire arriver à ce but : tout homme propriétaire et aucun homme maître, voilà pour moi la véritable économie sociale et politique. Le but est éloigné. Est-ce une raison pour n'y pas marcher ? J'abrège et je me résume. Oui, autant qu'il est permis à l'homme de vouloir, je veux détruire la fatalité humaine ; je condamne l'esclavage, je chasse la misère, j'enseigne l'ignorance, je traite la maladie, j'éclaire la nuit, je hais la haine. Voilà ce que je suis, et voilà pourquoi j'ai fait Les Misérables. Dans ma pensée, Les Misérables ne sont autre chose qu'un livre ayant la fraternité pour base et le progrès pour cime. Maintenant jugez-moi. […]

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Littérature
commenter cet article
4 avril 2015 6 04 /04 /avril /2015 10:40

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Patrimoine
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 17:03
Parenthèses imaginaires.

Voilà un village de vacances atypiques, au creux des collines de Milhac-de-Nontron et au cœur du Périgord vert, … propice à la rêverie, au repos et ouvert sur un milieu naturel sauvegardé, qui mérite que l’on s’y attarde un peu. C’est aussi une belle histoire de reconversion professionnelle et de sauvegarde d’un pan du patrimoine naturel de la Dordogne.

Parenthèses imaginaires.

Un peu d’histoire.

Avant de devenir Parenthèses imaginaires, le lieu connu son heure de gloire sous l’appellation Les Fontaines. C’est un certain Henri Brives, qui en plein mai 1968 décide, en amoureux de la Dordogne de créer ce vaste village de vacances. De 1969 à 1999 ce paradis de repos et d’activités de pleine nature voulu par Henri Brives, se développe et connaît un grand succès. Pendant quarante années, des milliers de vacanciers vont y venir s’y ressourcer.

Mais la nature n’est pas toujours reconnaissante et peut se rebeller contre ses zélateurs. Décembre 1999, une tempête historique balaye la France et détruit tout sur son passage. Et sur son passage il y a ajustement le village de vacances les Fontaines qui prend de plein fouet la bourrasque. Il faudra reconstruire. Ce sera fait, mais le village va péricliter et son fondateur disparaître.

L’histoire n’est pas finie.

C’est de la rencontre entre la fille de Henri Brives et Stéphan Pelletier que le site, tel un phœnix, va sortir de sa torpeur progressivement avec beaucoup d’ardeur, d’imagination, de travail, et de nombreux amis. Août 2010, sur une plage le couple imagine pouvoir … le faire, comme en échos à mai 68. Il s’agit de trouver le concept, 1 000 questions, 1 000 obstacles, un site de 27 hectares en ruine envahi par la végétation.

D’abord, vient les Parenthèses enchantées qui en octobre deviendront les Parenthèses imaginaires. La nature se marie avec l’art et organise sa rencontre avec les êtres humains.

Quelques actes forts, Stephan quitte son emploi, vend sa maison été 2012 et rejoint sa compagne dans le Périgord vert.

Avril 2014 « Parenthèses imaginaires » ouvre ses portes et affronte sa première saison qui s’achèvera le 2 Novembre 2012, Pâques 2015 le site ouvre à nouveau …

Pour vous poètes, sportifs, rêveurs, famille, couple d’amoureux …

C’est un pays vert composé d’un petit vallon traversé par un ruisseau aux rebonds lascifs d’étangs à étangs. Regardé de part et d’autres par de douces forêts tapissées d’osmondes royales et de fraises des bois le moment venu et d’une symphonies de plantes et arbustes qui colorient l’horizon au fil des saisons : genêts dorés, aulnes et bouleaux blancs et gris, houx aux baies rouges, peupliers et chênes majestueux auxquels répondent les pins et les châtaigniers.

Dans cette cathédrale, les bruits éphémères des hôtes des bois percent parfois le silence de la contemplation : en parade les pics verts toquent au bois, puis le doux bruissement des tourterelles amoureuses passe comme un souffle, la grive musicienne fait entendre son chant harmonieux, enfin ce sont les jaillissement des mésanges bleues et jaunes, des bouvreuils rouges et noirs, des sitelles torchepots au autres troglodytes, dont le mignon… parmi eux règne aussi l’écureuil rebondissant à la tombée de la nuit et qui, rareté suprême croisera son cousin le loir gris.

Plus rarement le chevreuil et le renard frôlent les sous bois, évitant le sanglier ombrageux et surtout le train altier du cerf …

Pour les plus heureux ce sera la rencontre d’une salamandre noire et jaune qui vous fera cadeau de sa sortie humide. Les rives des étangs feront entendre le concert incessant des grenouilles, avec un peu plus loin les sauts de quelques poissons. Les demoiselles, petites libellules aux tons bleus, ors et verts virevoltent ici et là.

Sur les rives des ces eaux calmes, propres et peu profondes le magnifique Martin-Pêcheur y fait son marché.

Une chance, ici les moustiques ne font pas de long feu, tant les chauves souris, d’un ballet incessant la nuit venue se gavent de tout ce qui vole, les chouettes et hiboux donnant l’assaut final.

Enfin, il ne faut pas oublier ces couples d’engoulevent qui croisent les cieux au coucher du soleil sur des étangs plats et lisses aux reflets d’argents.

Pour vous accueillir.

Tout est insolites … à l’accueil c’est la « cabane qui dit bonjour » qui vous renseignera. Ici pas de maisons dans les arbres, de roulottes ou de yourtes, mais des cabanes capricieuses, bavardes, rêveuses ou rebelles, coquines … les pieds dans l’eau ou plus encore … terrestre.

J’ai fait un rêve …pour en savoir plus et qui sait … réserver :

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Voyage
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 18:03

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche