Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 10:31

Francois Hollande 15-8d519Chaque président a eu droit à son « isme », certains, avec plus de force et de durée dans le temps que d’autres : le Mitterrandisme et le Gaullisme, Giscard, Chirac et Sarkozy ont été de moindres inspirateurs. Un an après son arrivée surprise à l’Élysée, quel est le bilan de l’action de François Hollande et à travers elle et sa manière de gouverner, peut-on définir le Hollandisme ?

 

Rarement, un président aura été aussi harcelé médiatiquement, avec une absence totale d’état de grâce. Il savait que ce serait difficile, mais pas à ce point. À peine élu, l’opinion publique l’a lâché, pour le mener à un point jamais atteint dans les sondages d’opinion. En même temps, aucun président n’est arrivé au pouvoir avec une situation économique aussi difficile et surtout des comptes publics aussi dégradés. François Hollande n’a pas choisi la bonne période pour se lancer à l’assaut du pouvoir. Mais avait-il le choix ? Non en 2007, ses hésitations avaient laissé le champ libre à une certaine Ségolène Royal, avec le succès que l’on connaît.

En même temps et, la situation est paradoxale, jamais un parti politique, le parti socialiste en l’occurrence n’a eu autant de pouvoir en France, après avoir gagné successivement la totalité des élections de ce pays, y compris celles réputées inatteignables, à savoir les sénatoriales. Il contrôle les principales grandes villes de France, une large majorité des départements, la quasi-totalité des régions, les deux chambres et le gouvernement. Cela pourrait lui donner de l’allant, et bien non… Si les socialistes réussissent à peu près auprès des collectivités locales, encore faudra-t-il le vérifier l’année prochaine avec les municipales, ils ne donnent pas le sentiment au gouvernement de savoir où ils veulent aller et surtout quel est le projet qu’ils proposent à la France. François Hollande étant de tous les socialistes, le plus attendu par les Français et en même temps le plus incertain.

Le bilan, celui-ci se mesure à l’aune des 60 engagements pris par le candidat Hollande. Car il faut bien dire que cette campagne des élections présidentielles n’a pas pu prendre de hauteur entre le candidat Sarkozy en plein flirt avec l’extrême droite et le candidat Hollande obsédé par la nécessité de prendre le moins d’engagements politiques possible. Mais poussé par son état-major, il s’est résolu à cette carte de route : soixante engagements. Sur ce point malgré les attaques de la droite, et le Hollande Bashing des médias, force est de constater que plus de la moitié sont réalisées (selon les décomptes du journal Libération 31 sur 60) ou en passe de l’être, et ceci, rien qu’au bout d’une année de gouvernement, pas si mal. On ne fera pas, ici, l’inventaire exact, tous les médias s’y affairent à cette même heure.

On retiendra la mesure phare du Mariage pour Tous, dont la gestion a été un peu chaotique et très étalée dans le temps et le renoncement sur le droit de vote des étrangers pour cause d’absence de majorité qualifiée dans les deux chambres.

En même temps, un effort, jamais consenti par aucun gouvernement de la République, a été engagé, dans le collectif budgétaire de 2012, puis sur l’ensemble du budget 2013, qui a la patte de François Hollande. De nombreuses mesures techniques ont été prises pour relancer l’économie et limiter les dégâts du chômage. Le seul problème, étant que ces mesures demandent du temps pour trouver leurs effets et que les Français ne sont pas près à donner du temps à François Hollande, les résultats ils les veulent pour maintenant.

Nous sommes désormais au cœur même du Hollandisme. Il y a quelques années, lorsque François Hollande, sortant de la direction du PS, a fait savoir qu’il allait concourir pour la Présidence de la République, personne à ce moment-là ne l’en a cru capable…, il en fallut du temps pour que les dirigeants du PS s’aperçoivent qu’il était sur le point d’y arriver, et les Français eux-mêmes s’y sont laissés surprendre, par la primaire pour la désignation du candidat socialiste, puis au cours de l’élection elle-même. Il y est arrivé, de justesse pour certains, les sondages avaient curieusement abondé ses chances, mais le résultat valait bien celui de François Mitterrand en 1981.

C’est sans doute cela le Hollandisme, la capacité politique à voir un peu plus loin que les autres, une ténacité hors pair, avec un sens de l’effort qui n’y paraît pas… c’est aussi une manière de faire de la politique, sans grand drame, avec constance et la capacité de surfer sur la vague et même parfois du Tsunami et nous y sommes. Le parcours, pour arriver à l’Élysée a été terrible, plus personne ne s’en souvient, lui si… c’est pourquoi aujourd’hui il sait qu’il lui reste encore quatre courtes années, pour conforter ce qu’il a engagé et réaliser la seule promesse qui vaille à ses yeux : faire baisse sensiblement la courbe du chômage. Il a à l’esprit, ce que Lionel Jospin, premier ministre avait réussi, diminuer d’un million le nombre de chômeurs… c’est aussi son objectif.

On reparlera dans les mois et les années qui viennent de ce que peut être le Hollandisme… avec, j’en suis sûr la même surprise, qu’il mit à se placer au cœur de l’élection présidentielle, lorsque, bien sûr les résultats économiques seront là..

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

christian 04/05/2013 14:06


Désolé, deuxième intervention, je suis gourmand aujourd'hui... Ce qui me choque dans les commentaires en général, et peut être celui-ci en particulier, pour une fois... C'est que l'on raisonne
toujours sur la capacité d'untel ou d'untel de s'en sortir, de préserver ses chances d'être réelu, ou de garder sa majorité etc... Bref de sauver sa peau politique. La vie politique parait se
résumer à cet art de conquérir ( et on peut féliciter F. Hollande pour son élection ) de durer, d'user ses adversaires... Accessoirement de s'occuper un peu de l'état du pays, mais nous comptons
combien de Cincinnatus dans notre belle république ? Si j'étais néo-libéral actionnaire majoritaire de l'entreprise France, je me demanderais ce que depuis tant d'années ont pu faire de mon
argent tous ces irresponsables politiques qu'ils soient de gauche ou de droite. Au conseil d'administration, ça valserait ...

Jean Pelletier 06/05/2013 12:23


oui le vrai sujet de la droite à la gauche est : où sont les hommes et les femmes de qualité porteurs d'un projet et attentifs aux problèmes de l'état


christian 04/05/2013 13:53


Raisonnons par défaut; Qu'aurait fait un autre, de quelque bord qu'il aurait pû être ? Techniquement, quelque chose d'assez semblable, tant les marges de manoeuvre semblent étroites... Le grand
problème c'est que théoriquement Hollande dispose de tous les moyens politiques et qu'il à l'air tétanisé par cette puissance. Le gouvernement ressemble à l'armée mexicaine et le pays parait gèré
comme une collectivité locale. Pas d'envergure, pas de souffle, il ne faut pas s'étonner que les tirs de mortiers soient permanents. Celui qui semble un peu prendre la mesure de l'enjeu, c'est
F.Fillon ! Après sa pantalonnade avec son rival Copé, il marque ses distances avec le Lepenosarkozisme; Et puis, il parle d'Europe et de l'urgence de créer un noyau dur avec l'Allemagne et une
poignée de pays fiables. Certes aujourd'hui, ce n'est pas ce que les Français ont envie d'entendre, et pourtant, cela va vite s'imposer comme l'option majeure. Le président "normal " est toujours
muet sur le sujet... Lorsqu'il aura perdu ses belles majorités, il n'aura plus de marges de manoeuvre du tout. Je suis inquiet, on ne règlera pas les affaires du pays comme une motion de synthèse
au petit matin rue de Solférino ! Je n'appréciais pas vraiment F. Mitterrand, mais il serait peut être bon de se demander ce qu'il aurait pu faire dans une situation de cette gravité ? C'est
quand même le dernier homme d'état consistant que nous ayons eu...

Jean Pelletier 06/05/2013 12:21


oui je note sur le dernier homme d'état consistant que nous avons eu avec F. Mitterrand


Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche