Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 15:35

Le travail est au cœur de nos discussions sociétales. Le rythme forcené de Retraites.jpgl’augmentation de notre espérance de vie à un trimestre gagné sur la mort par année n’a pas qu’un impact économique sur nos modes de vies, il transforme le profil même de nos existences. En plus de 50 ans c’est toute « l’après-guerre » qui a changé de visage. Vivre jusqu’à 59,9-65,2 ans (Chiffre de 1946 pour les hommes et les femmes), ce n’est plus tout à fait la même chose que de vivre jusqu’à 78,5-84,9 ans. Le gain est de plus de 18 ans pour les femmes et de presque 19 ans pour les hommes.

Jadis au monde du travail, succédait brutalement celui de la vieillesse, il restait peu de temps, peu d’espace. Aujourd’hui c’est un vaste horizon qui s’est installé dans la vie des hommes et des femmes. Il faudrait affiner selon les origines sociales, les catégories professionnelles, des disparités s’imposeraient, certes, mais pour autant c’est bien un « nouvel âge » qui s’offre à nous. 18 à 19 ans c’est juste le temps qu’il faut pour que s’installe une génération. Qui peut sincèrement remettre en cause cette conquête sociale que le progrès et la science nous ont offert ? Et bien nombre de technocrates et de politiques libéraux sont prêts aujourd’hui à le faire.

La crise et sa longévité creuse d’insondables déficits dans nos comptes sociaux et particulièrement ceux de la retraite. Le constat mathématique est simple, pour des esprits simples, les gens vivent beaucoup plus vieux et bien il faut qu’ils travaillent beaucoup plus longtemps.

D’où partons-nous ? En 1982 François Mitterrand accorde la retraite à 60 ans pour 37,5 années de cotisation (donc de travail). L’espérance de vie est pour les hommes de 70,4 ans et de 78,5 ans pour les femmes. Donc si on retranche de l’espérance de vie, les années de cotisations, il reste en 1981, 32,9 années pour les hommes et 41, années pour les femmes. En retranchant les années d’enfance et de formation, on constate qu’en 1981, il y avait place pour les hommes et un peu plus pour les femmes à un Temps Libre conséquent après le travail.

En 1993, la réforme Balladur fait passer le nombre d’années de cotisation de 37,5 années à 40 années. Le calcul du montant de la retraite passe d’une base des 10 meilleures années au 25 meilleurs années. A cette date l’espérance de vie est passée pour les hommes à 73,3 ans et 81,5 ans pour les femmes. Le rééquilibrage est correct, pour les hommes ce sont 2,5 années de travail en plus qui correspondent à 2,9 années d’espérance de vie en plus.

En 2003, la réforme Fillon pousse le nombre d’année de cotisation à 41 ans et fixe son augmentation sur la base d’un trimestre de plus par année à partir de 2009 jusqu’en 2012. En 2012 l’espérance de vie pour les hommes est de 78,5 années et 73,3 pour les femmes. Le gain, malgré l’allongement de la durée de cotisation est de 5,2 – 1 =4,2 années pour les hommes de gagné.

En 2013 la réforme Worth fera passer à nouveau la durée des cotisations de 41 ans à 41,5 ans pour 2020 et surtout fixe l’âge de départ légal à la retraite à 62 ans.

L’impact sur les gains constaté pour les hommes de 4,2 années tombe donc à 3,7 années, mais il est réel.

Résumons-nous, depuis 1982 le temps de travail a augmenté de 4 années, plus que compensé par l’augmentation de l’espérance de vie constaté sur la même période. En fait malgré les oppositions ici et là, le train des réformes a été plutôt modeste et n’a pas suscité un effort disproportionné de la part des actifs.

Aujourd’hui, on constate pour la première fois dans les statistiques de 2012, un arrêt de la progression de l’espérance de vie, une très légère baisse pour les femmes et une stagnation pour les hommes. Il faudra attendre les résultats de 2013 pour voir si le phénomène s’installe durablement.

Notons au passage que l’arrêt de la progression de l’espérance de vie correspond à une période où on a augmenté le temps de travail… Il serait raisonnable de prendre une ou deux années pour observer l’évolution de l’espérance de vie, avant de s’engager comme le propose le rapport Moreau dans une nouvelle augmentation du temps de travail. On parle de passer de 41,5 années à 42,25 et 43 ans pour la génération de 1962 et 44 ans pour la génération de 1966. Ce qui représenterait un saut de 2,5 années supplémentaires.

Au total depuis 1982 l’augmentation atteindrait 6,5 années, soit une progression de 18 % sur la base de départ de 37,5 années… l’effort est considérable.

En clair il ne faudrait pas que l’augmentation du temps de travail ait pour conséquence l’abaissement de l’espérance de vie, ce serait une terrible régression, si cela se constatait dans les années à venir. Et quel impact politique que ce soit un gouvernement socialiste qui soit à la source de cette inversion !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

christian 22/06/2013 04:54


Nous ne sommes malheureusement que dans une logique arithmétique actuellement alors qu'il s'agit d'une équation de civilisation. Ce que l'on avait baptisé à une époque dont tu dois garder de
vibrants souvenirs, le ministère du "temps libre" posait un problème crucial, comment gérer son activité au cours d'une existence. On a trop vite écarté ce fondement d'humanisme pour se réfugier
dans des calculs brouillons et souvent injustes. Non seulement le temps de vie mais le mode d'existence ont été bouleversés ces cinquantes dernières années. Et on raisonne encore par rapport au
Taylorisme... Le métier de politique est décidément navrant . De Gaulle, Mendès, où êtes-vous ?

Jean Pelletier 23/06/2013 11:18



Disons que nous sommes dans un creux de l'histoire.... il n'y aura plus qu'à rebondir le moment venu,,,,



Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche