Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 16:58

Pierre-Die-Mallet.jpgIl faut avoir atteint un certain âge, pour se souvenir à Nancy, place Stanislas de l’étrange silhouette héraldique d’un peintre et son chevalet, tout droit sorti du « passé », avec sa blouse blanche et un immense nœud en soie noire autour du cou Il s’agit de Pierre Dié Mallet, auquel je veux rendre hommage, l’histoire n’ayant fait que peu d’effort pour signaler son existence à nos contemporains. Il laisse pourtant derrière lui une œuvre religieuse importante. Son caractère difficile et son excentricité ne sont pas pour rien à l’absence de traces significatives sur son travail.

Il est né le 31 décembre 1895 à Rambervilliers dans les Vosges et décédé à l’âge de 81 ans le 5 décembre 1976 à Nancy (54). Profondément pieux, il ajoutera le jour de sa confirmation à son prénom Pierre, celui de Dié, par respect et dévotion à Saint Déodat, patron épiscopale de Saint Dié, dans les Vosges. Il épousera Jeanne qui restera à ses côté toute sa vie et organisera tant bien que mal sa vie matérielle.

Il sera l’élève de Victor Prouvé de l’Ecole de Nancy, qu’il ne rejoindra pas et aussi celui d’Emile Friant qui inspirera son travail. Son œuvre sera entièrement consacré à sa foi. Elle sera religieuse, hagiographique et héraldique. Sa peinture se veut figurative à l’extrême, avec un souci méticuleux des détails, jusqu’à donner l’impression d’un foisonnement vertigineux à la source même de sa création. Dévot, il l’était et il laisse sa trace dans un nombre impressionnant d’églises en Lorraine.

C’était aussi un érudit qui consacra sa vie à l’étude de l’histoire religieuse en Lorraine et a entretenu une importante correspondance à ce sujet. Dié Mallet aimait peindre, sculpter, mais aussi écrire. Ses lettres, d’une écriture littéralement sculptée, était portées par un style plein d’emphase et de figures rhétoriques. J’ai conservé une correspondance que j’ai entretenu avec lui adolescent et en internat. Je l’ai connu, par intérêt pour la peinture et pour le personnage. Mes parents lui ont commandé un portrait de moi à l’huile. Il en fit quelques dessins pour lui-même et un fusain, avant la peinture à l’huile elle même.

 

Pierre-Die-Mallet--l-homme-a-la-pipe.jpgPortraitiste, ce qui lui permettait de vivre, il utilisait son travail pour le reporter sur des commandes religieuses. Mon visage d’adolescent a le privilège d’orner nombre d’églises en Lorraine… De la même manière que l’on retrouve le visage de sa femme Jeanne dans la représentation de Jeanne d’Arc qu’il fit pour la Basilique de Domrémy.

On peut le qualifier de peintre, statuaire, enlumineur et héraldiste. Son érudition exceptionnelle lui fait réaliser des tableaux d’une minutie exceptionnelle et foisonnants de détails. En témoigne la grande mosaïque qu’il a réalisée pour l’abside de la basilique Sainte Jeanne d’Arc au Bois Chenu de Domrémy.

Il consacrera sa vie, d’une part à peindre pour lui-même, il laisse une collection impressionnante de toiles sur la ville de Nancy et à peindre sur commande, mais aussi par dévotion naturelle, une quantité impressionnante de fresques, de vitraux et de peintures dans les églises et communautés religieuses de Lorraine.

L’œuvre est vaste et significative de son goût pour l’histoire, le patrimoine, la religion et les gens auxquels il s’intéressait. Il a beaucoup travaillé avec Jean-Marie Cuny, animateur, entre autre de la célèbre Revue Lorraine populaire et surtout passionné d’histoire et de gastronomie lorraine. Il a, ainsi, réalisé la couverture de son fameux livre de recettes de cuisines régionale : La cuisine Lorraine. L’écrivain régionaliste disait de lui : « C'est le dernier artiste qui ait fait des représentations historiques, la plupart du temps religieuses ». On lui doit la présence de nombreuse statues en Lorraine dont : Celles de Notre Dame de Sion, les divinités gréco-romaines de l’hémicycle de la place de la Carrière à Nancy, la statue du duc Antoine au dessus de la porterie du Musée Lorrain.

Sa technique était riche, il savait utiliser tous les arts : peinture à l’huile, aquarelle, lavis, pastel, il utilisait même une technique particulière, celle de la chrisographie, une gravure à la pointe sèche d’une feuille d‘or fin adhérente à une lame de verre. Cette technique remonte à la plus haute antiquité sur verre, sur peinture, sur tissu et surtout sur papier.

Pierre-Die-mallet-Bateaux-de-peche.jpgLe musée de Saint Dié a réuni une importante collection de dessin de Pierre Dié Mallet , 1500 esquisses qui permettent de mieux pénétrer l’art du maitre.  Celui-ci dessinait ses personnages nus, avant de mettre en place le drapé des vêtements.

Enfin l’héraldisme sera sa passion et sa spécialité, ses créations de blasons sont aussi très présents dans toute la Lorraine : Gérardmer, Vandoeuvre, Champigneulles, Laneuville, Rambervilliers (sa ville natale).Son blason des ducs de Lorraine est à l’Hôtel de la Reine à Nancy.

Il sera ami de Jean Lurçat, originaire comme lui des Vosges avec qui il partagera ce goût prononcé du foisonnement. Mireille Canet, historienne d’art dit de lui : «C'était un excellent illustrateur mais avec un côté chromo ».

La ville de Rambervilliers a rendu hommage à sa mémoire en donnant son nom au centre, rue Georges Folmard qui abrite diverses associations culturelles, sportives et caritatives ainsi que l'Espace Emploi Formation

Je retiens de lui sa passion pour la Lorraine, son art subtil de la mise en scène et de la provocation. Car tout religieux qu’il était, il se permettait aussi l’outrage, parfois le scandale à la manière des surréalistes. En cela il était profondément de son temps.

auto portrait de Pierre Dié Mallet

auto portrait de Pierre Dié Mallet

Partager cet article

Repost0

commentaires

B
Etant enfant dans les années 1950, j'ai bien connu Pierre-Dié Mallet. Je vivais à l'époque chez mes grands-parents maternels à Rambervillers et le peintre était régulièrement invité avec son épouse à séjourner chez mon grand-père qui était un des ses amis d'enfance. Pierre-Dié Mallet a ainsi réalisé durant les étés 1956 et 1957 tous les portraits des membres de ma famille. C'est ainsi que je possède un portrait de mon arrière-grand'mère réalisé à la sanguine (un portrait de toute beauté et extraordinaire de réalisme), un second portrait au fusain de mon grand-père (superbe également) et des portraits à l'huile de moi-mê me, de ma sœur et de ma mère. De quoi presque ouvrir un petit musée Pierre-Dié Mallet ! Je conserve pieusement toutes ces œuvres. A part ça, j'ai le souvenir d'un homme fantasque, imprévisible, aux réactions étranges, capables de piquer des colères terribles ou d'éclater en sanglots (dans mes souvenirs d'enfant, j'ai le sentiment net que c'était des lamentations simulées, des larmes "de comédie" destinées à attirer la compassion... ) toujours coiffé d'un grand béret noir, le cou enserré d'une immense lavallière et affligé d'une grande surdité qui lui faisait brandir à chaque parole qu'on lui adressait un petit amplificateur à piles relié à une oreillette. Sa gentille femme -la douce Jeanne- était son souffre-douleur. Il l'invectivait en public, la traitait pis-que-pendre. Elle baissait la tête, totalement effacée, ne lui répondait pas, ne se défendait pas et semblait très malheureuse. Je me souviens qu'un jour mon grand-père avait dû même intervenir pour remettre Pierre-Dié Mallet à sa place, lui rappelant qu'un époux ne devait pas traiter sa femme ainsi et l'avait menacé de le foutre à la porte comme un malpropre s'il recommençait. P-D Mallet qui craignait et respectait mon grand-père s'était exécuté : ignorant sa femme, faisant comme si elle n'existait pas, il ne lui n'adressa plus la parole à sa pauvre épouse jusqu'à la fin de son séjour chez mes grands-parents. Et lorsque le couple repartit à Nancy (en fait, je crois que PD Mallet ne conduisait pas et que c'est mon grand-père qui l'a ramené lui et sa femme en voiture à Nancy) la pauvre Jeanne Mallet avait les larmes aux yeux en nous quittant. Voilà, je garde de PD Mallet le souvenir paradoxal d'un homme étonnant, d'un artiste vraiment talentueux, mais aussi d'un homme un peu fou et tyrannique, invivable pour tout dire...
Répondre
J
je confirme vos propos un homme paradoxal, le propre des grands artistes
L
Bonjour, sur une idée originale de J-M Cuny, je me suis lancé il y a 3 ans dans l'inventaire des 3000 œuvres de Pierre-Dié Mallet. Actuellement 650 œuvres sur 3000. Je suis à l'origine de la découverte du tableau de saint Simon Stock recevant le scapulaire ainsi que la vision de Madame Acarie à St Nicolas de Port.J'ai réalisé l'analyse et l'explication de ce tableau. Vous pouvez toujours me contacter. Cordialement.
Répondre
J
Bonjour,

Non je n'ai pas de connaissances particulière à ce sujet, sinon je possède un tableau
L
Exceptionnel Tableau (118x82cm) de Gérardmer avec ses blasons à vendre à Nabécor Enchères à Nancy le 30 juin 2018
Répondre
N
Il était le parrain de Marie Thérèse Barbier Née Delon
Répondre
J
merci pour l'information
V
Il a peint le portrait de ma soeur qu'elle a chez elle, j'aime beaucoup cette peinture
Répondre
J
il a peint un portrait de moi à l'huile lorsque j'étais ado
V
Il a peint le portrait de ma soeur qu'elle a chez elle
Répondre
P
Né également aux alentours de 1895, mon grand père un homme bien marié issu de l'école d'architecture de Nancy,s'était fait construire une villa rue d'Auxonne. Peintre et écrivain d'Opéra il recevait beaucoup de peintres et d'artistes . Peut etre a t-il connu Mr Mallet. Son nom: LE TILLY
Répondre
B
je vous remercie pour le texte que vous avez fais sur mon oncle.
avez vous à votre connaissance le parcourt qu'il à fait durant la
seconde guerre mondiale? je sais qu'il a été prisonnier en Allemagne
mais pourquoi?
Répondre
B
Descendant de Mr Mallet; je me souvient enfant allant chez lui, à sont atelier boulevard d'Haussonville où l'ont peux encore y voir sur la façade, des bas relief de l'artiste; représentant St Elois ....
Répondre
J
OUI, moi aussi je me revosi franchissant la porte du boulevard d'Haussonville, quel est votre lien de parenté exact?
U
Just read the post. This is one of the most unique articles I have ever seen about Pierre Mallet. The story gave a lot inspiration, information and insight. Thanks a lot for sharing the story. I appreciate the one who did this job. Keep up the good work.
Répondre
B
il était l'oncle de ma grand mère.
Ma mère a un portrait de mon père de Pierre Dié Mallet....

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche