Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 11:52

Avec la publication du patrimoine de chaque ministre ce soir à 17 heures, patrimoine1.jpgFrançois Hollande a été obligé de franchir le rubicond, le fusil Cahuzac dans le dos. Et pourtant certaines démocraties (Norvège, Suède, Canada…) ont adopté ce principe de longue date. Les français et l’argent ne font pas vraiment bon ménage. « Ah ça ira, ça ira, ça ira, Les aristocrates à la lanterne. Ah ! Ça ira, ça ira, ça ira ! Les aristocrates on les pendra »  proclamait déjà le peuple de Paris en pleine insurrection contres les privilèges de la monarchie et de la noblesse. Ils furent nombreux à y laisser leur tête, ainsi que le premier d’entre eux Louis XVI.

La question de la compatibilité de l’argent et la gauche est ancienne. Jean Jaurès, figure tutélaire socialiste proclamait déjà haut et fort, en plein scandale de Panama (1891 – 1893) : « La puissance de l’argent fausse à sa source la conscience nationale » et avec un peu plus d’élégance que le « je n’aime pas les riches » de François Hollande en meeting au Bourget (2012), Jaurès disait : «  Parce que le milliardaire n’a pas récolté sans peine, il s’imagine qu’il a semé ». Plus près de nous François Mitterrand en campagne (1980) lançait depuis Carmaux (la ville dont Jean Jaurès fût le député) : "Je suis libre au regard des forces de l’argent, que je défie le regard clair". Déjà 10 ans auparavant, il dénonçait  au congrès fondateur du Parti Socialiste à Epinay (1971) : « l'argent qui corrompt, l'argent qui achète, l'argent qui écrase, l'argent qui tue, l'argent qui ruine, et l'argent qui pourrit jusqu'à la conscience des hommes ! » .

Et pourtant … ils se sont tous retrouvés à un moment ou un autre au centre ou en compagnie de ceux qui brassent cet argent sale, dénoncé, vilipendé et qui, non comptant d’écraser les plus humbles, les humilie…

Ces riches qui dirigent la gauche ont fait par le passé la une des actualités. L’arrivée de Tapie aux affaires, n’est pas passé facilement, il a fallu toute l’autorité de François Mitterrand, pour faire accepter l’idée qu’un homme d’affaire (« affairiste » pour certains) puisse entrer au gouvernement. L’affaire DSK a révélé qu’il pouvait, par l‘intermédiaire de son épouse disposer d’une immense fortune…, fait connu qui ne l’avait handicapé, en aucune manière, pour porter les couleurs de la gauche à la présidentielle, si le sexe ne s’en était pas mêlé brillamment. Pierre Bergé milite ouvertement auprès des candidats de gauche allant jusqu’à leur offrir sièges de campagnes et subsides. André Rousselet, directeur de cabinet de François Mitterrand était riche de ses affaires, en particulier de la compagnie de taxi G7, puis de Canal + lorsqu’il quitta l’Elysée.

Max Théret est une autre figure de la gauche, qui posséda beaucoup l’argent. Militant communiste dans sa jeunesse, un temps secrétaire de Léon Trotski, il va fonder la FNAC avec André Essel. De cet argent il fera bénéficier le parti socialiste, dont il sera l’un des financeurs. Après 1981, il sera pris dans la nasse (délit d’initiés) de l’affaire Péchiney-Triangle avec Roger-Patrice Pelat. Ce dernier, autre riche homme d’affaire dans l’entourage de François Mitterrand, sera à l’origine de la chute, puis, indirectement, du suicide de Pierre Bérégovoy, auquel il avait accordé un prêt d’un million de francs, sans intérêt, pour l’achat d’un appartement de 100 mètres carrés dans le XVIe arrondissement. Triste affaire où l’argent et la gauche conduisirent un homme à la dépression, puis au suicide.

D’autres incidents vinrent perturber le peuple de gauche. Le scandale de l’affaire Elf Aquitaine révéla que le Ministre des Affaires Etrangères Roland Dumas bénéficiait indirectement des détournements d’argent par l’entremise de sa maitresse Christine Deviers-Joncourt. Mais surtout que celui-ci avait des goûts de luxe pour se faire offrir par sa maîtresse une paire de bottines de 11 000 francs de l’époque, de Berlutti un bottier de renommée internationale.

Le couple Badinter, Robert et Elisabeth, très présent auprès de François Mitterrand, lui comme garde des Sceaux, elle comme philosophe féministe à succès. ELisabeth Badinter est l’actionnaire numéro 1de l’Agence Publicis, elle en a hérité de son père, le créateur Marcel Bleustein Blanchet.

Claude Perdriel est un autre compagnon de route fortuné de la gauche. C’est un riche industriel (Kinedo, Watermatic, Grandforme, SFA et Aquasistance) et un homme de presse (Le Nouvel observateur, Science et Avenir, Challenges, Rue89 … ). Dans les années 1970 il a mis, lui aussi son argent au service du Parti Socialiste, en créant le quotidien le Matin (1970-1980).

J’en oublie… mais ces faits atteste l’authenticité du questionnement : Un homme (ou une femme) de gauche peut-il être riche ? Autre manière de poser la question : l’argent disqualifie-t-il, celui qui en possède ou encore fréquente les milieux d’argent, de tout poste à responsabilité à gauche, dans un parti ou au pouvoir ? Cette question est aussi à rapprocher du fait que les dirigeants historiques du parti Socialistes sont tous issu de la bourgeoisie aisée, très aisée.

C’est le 18 janvier 2012, que Jacques Julliard écrivait dans le journal Libération une tribune sanglante où il faisait le constat que « la gauche ne saurait être conduite à la bataille présidentielle par un membre de l’establishment financier », à savoir Dominique Strauss-Kahn …

L’ampleur du patrimoine fait-il partie de la Profession de foi de tout candidat de gauche à une fonction élective ? La réponse est oui, lorsque l’on prend des engagements à gauche, on se doit d’être irréprochable quant à l’argent. Il y a plusieurs sortes d’argent. Celui dont-on hérite (le cas de Mme Badinter) et celui que l’on acquiert par la spéculation ou encore l’exploitation outragère du travail d’autrui. Dans ce dernier cas l’éthique, et non pas la morale, font que l’on ne peut être du côté de ceux qui combattent l’exploitation de l’homme par l’homme et les actes de spéculation, et pratiquer ou avoir pratiqué ces actes que la gauche justement combat. C’est largement aussi contradictoire que d’être ministre en charge du budget dans un gouvernement et posséder un compte non déclaré en Suisse.

La richesse n’est donc pas incompatible avec la gauche sous réserve qu’elle ne soit pas le résultat d’actions que l’engagement à gauche condamne. Ceci dit… on voit bien que le chemin de la clarification est encore long. Les résistances à gauche, exprimées depuis plusieurs jours ne sont pas encourageantes. La transparence n’est pas encore une vertu de notre république, on le savait déjà pour la droite, on peut être légitiment surpris par la tiédeur d’une « certaine gauche ». Quelques uns de nos ministres vont connaitre des heures difficiles, mais le temps et l’habitude de ces nouveaux usages ne pourront que contribuer à l’effort d’assainissement, nécessaire de nos mœurs politiques.

Signe encourageant à la fois pour le Président de la république, mais aussi pour les ministres frileux à s’exposer, le dernier sondage de l’Ifop montre que 63% des français estiment nécessaire cette transparence vis à vis du patrimoine des élus de la république, mais ils proclament aussi à 70 % leur indifférence à cette richesse. Comme quoi !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

christian 16/04/2013 02:34


CherJean,


Je comprends parfaitement tes scrupules. Et puis, après tout, Balzac ne disait-il pas que derrière chaque fortune se cache un crime ? La gauche se fractionne en ce moment, beaucoup plus
qu'auparavant il me semble. Cohabitent maintenant ensemble des gens dont le profil socio économique est totalement différent. De là à accepter des crapules, c'est une autre histoire, nous sommes
bien d'accord.

christian 15/04/2013 13:17


Je ne pense pas que le problème soit celui de l'argent que l'on possède au moment d'entrer dans la vie politique. C'est beaucoup plus ce qui va se passer ensuite qui est préoccupant. je suis
toujours étonné lorsque des gens qui n'ont fait de toute leur vie qu'une carrière politique se retrouvent avec des patrimoines particulièrement conséquents alors qu'ils ne possédaient rien au
départ. Les traitements des fonctions électives sont confortables, et je trouve cela logique. De là a se retrouver propriétaire d'un somptueux appartement sur l'Ile de la Jatte à Neuilly, pour ne
prendre qu'un exemple, parmi tant d'autres... je trouve qu'il y a quelque chose qui cloche ! mais comme l'écrivait avant-hier l'un des commentateurs de ce blog, C'est peut-être consubstantiel a
une certaine classe politique.

Jean Pelletier 15/04/2013 15:42



Quand même, Christian, si ce que tu possèdes avant de rentrer en politique tu l'as obtenu en faisant des fonds spéculatifs, en bradant des entreprises pour t'emparrer du capital et de liquider
les salariès etc... cela rend impossible (théoriquement) toute incursion politqiue à gauche.



Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche