Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 15:50

 

AméricainsLes réactions à mon début de « carnet de voyage dans le Grand Ouest américain » ont suscité des réactions d’adversité et de rejet des Etats-Unis qui me laissent perplexe… C’est un sentiment largement partagé, dans le milieu bobo parisien (qui est le mien). Chaque élection présidentielle aux Etats-Unis apporte son lot de commentaires désobligeants, avec la sempiternelle sentence définitive : « les américains sont des gros cons ».

 

Et tout y passe, dès le 17e siècle l’activité exterminatrices des colons avec les populations locales, les indiens en l’occurrence. La violence, bien sûr, la floraison d’armes à feux, la constitution des Etats-Unis  qui autorise ces armes à feux. C’est le deuxième amendement qui garantit à tous citoyens américains de porter des armes (Bill of Rights). La violence sociale à l’égard des minorités. Les anciens G.I.’s, vétéran de la guerre du Vietnam abandonné sur le macadam, l’esclavage pas si vieux que cela, la crise qui engendre aussitôt le déclassement social.

 

Mais il y a aussi le libéralisme économique qui tue, la référence aux fameux Chicago’s Boys de Milton Friedman, la contamination de ces idées perverses en Europe. Le travail de sape pour ruiner la protection sociale et les acquis du Front Populaire en France.

 

Les Etats-Unis ignorerait la protection sociale que ce soit les retraites où la santé, mais aussi le coût exorbitant de l’éducation. Les salariés ne connaissent ni les congés payés (très réduits en fait) ni un code du travail qui les protégerait des patrons. Embauché du jour au lendemain, certes, mais virés aussi le soir même.

 

Bref cela tonne, cet impitoyable exercice de procureur, se fait sans que la parole soit donnée à la défense. Mais les français sont-ils les mieux placés pour instruire un tel procès ? Que ce soit dans le passé ou dans le présent il y aurait beaucoup à dire et à raconter. Il n’y a pas de quoi être fier de la société française d’aujourd’hui et je ne vois pas en quoi nous serions la lumière capable d’éclairer le monde.

 

La démocratie française est très récente, nous n’avons donné le droit de vote aux femmes qu’à la Libération alors que les américains le faisaient en 1920. C’est le président Wilson qui fit ce pas de géant. Certes les luttes actives d’Alice Paul et Lucy Burns, ainsi que le National Women Party avaient fait le nécessaire (voir le magnifique film Iron Jawed Angels). Il faudra attendre l’ordonnance du 21 avril 1944 pour qu’en France les femmes (et les militaires) votent pour la première fois aux élections municipales le 20 avril 1945. Quel beau pays !

 

La proclamation de l’Indépendance et de la république, a lieu le 4 juillet 1776, bien avant 1789. Si les pères fondateurs se sont inspirés du siècle des lumières en Europe, ils ont aussi puisé dans les racines de la Glorieuse révolution de 1688 en Angleterre. Nous mettons volontiers en avant nos propres penseurs : Montesquieu, Voltaire, Diderot, Rousseau, mais c’est vite oublié de que des Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, Thomas Paine, Samuel Adams,  Robert Livingston mais aussi John Locke en Angleterre ont eux aussi largement contribué à édifier la notion de République, d’Etat de droit, et de Libertés individuelles…

 

C’est seulement seize ans plus tard le 21 septembre 1792 que les députés de la Convention, proclament l’abolition de la Monarchie en France. Ils ne proclameront jamais directement la république mais dès le lendemain ils décident de dater tous les actes de l’An 1 de la république.

 

Quand à revenir sur « ces gros cons d’américains » … on peut noter plus subtilement  que la critique vise à pointer la culture américaine comme une sous-culture, héritière d’une grand culture européenne (principalement britannique, allemande et française…). Il est vrai que le « nouveau monde » ne date que de seulement deux siècles… est-ce pour autant qu’il ne faut la voir que comme un sous-produit hégémonique imposés de force au monde entier avec comme seul symbole la bannière étoilée, la tarte aux pommes et la batte de baseball ?

Mais vraiment est-il nécessaire de rappeler, ne serait-ce que fugitivement, que les Etats-Unis d’Amérique loin de seulement copier ont eu de grands créateurs dans toutes les disciplines et qu’en 200 ans ils ont largement rattrapé leur retard en produisant :

 

La littérature.

Erskine Caldwell publie Le petit Arpent du bon Dieu en 1933, John Steinbeck Les Raisins de la colère, publié en 1939, reçoit le Prix Pulitzer en 1940. Malgré la période noire du maccarthisme, Arthur Miller écrit et fait jouer Les sorcières de Salem. On peut citer, mais il y en a tant …Ernest Hemingway, James Fenimore Cooper, Edgar Allen Poe, Margaret Fuller, Mark Twain, Edgar Rice Burroughs, Jack London , Ezra Pound, Howard Philips Lovecraft, F. Scott Fitzgerald, John Dos Passos, William Faulkner, Anaïs Nin, Eugene O’Neill, Paul Bowles, Tennessee Williams, Isaac Asimov, Ray Bradbery, Sam Shepard, Paul Auster,   etc… 

 

Le cinéma.

John Ford adapte au cinéma les raisins de la colère et en fait un chef d’œuvre de l’histoire du cinéma. Richard Llewellyn, lui réalise  Qu'elle était verte ma vallée, autre grande référence cinématographique qui retrace la vie des mineurs du Pays de Galles. L’immense Charlie Chaplin avec Le Dictateur en 1940 et Les Temps modernes en 1936, entre autre. Franck Capra, bien sûr avec Vous ne l'emporterez pas avec vous (1938), Mr. Smith au Sénat (1939).

 

La musique avec George Gershwin, mais c’est aussi l’invention du jazz, du Ragtime, du Rapp, du Négro Spiritual et du Gospel, la musique Country, le Blues, la Soul et le Funk, le Rock en Roll et la Pop Music

 

L’architectureavec immense Frank lloyd Wright, et Richard Buckminster Fuller, James Wines, Frank Gehry, I. M. Pei, Pietro Belluschi…

 

Mais il faudrait aussi traiter les peintres, les sculpteurs, les photographes etc…

Enfin je ne peux que conseiller la lecture de l’excellent ouvrage de Frédéric Martel De la Culture en Amérique qui fait plus que relativiser l’appréciation peu flatteuse des français à l’égard des américains. Le livre est une bombe dans les milieux intellectuels en France, la preuve par quatre est faite que les américains ont développé un mode d’organisation culturel tout aussi efficace, si ce n’est plus que notre système étatique et interventionniste. Quelques chiffres comme repère :

 

- Nombre d'artistes (2002) : 2 millions, soit plus qu'en Europe39 (ce chiffre comprend - les acteurs, les musiciens et les écrivains)

- Nombre de bibliothèques : 120 000 (soit un des plus hauts taux au monde par habitant)

- Nombre de musées : 17 500 (dont 1 000 musées d'art)

- Nombre de compagnies de danse professionnelles : 250

- Nombre d'orchestres symphoniques : 1 800 (dont orchestres permanents 900, dont - orchestres professionnels 350)

- Nombre de compagnies d'opéra : 96

- Nombre de théâtres professionnels à but non lucratif : 1 270

- Nombre de théâtres communautaires (Noirs, Hispaniques, Gays...): 7 000

- Scolarisation 2e degré pour 100 (en 2003) : 85,3

- Scolarisation 3e degré pour 100 (en 2003) : 81,4

- Pourcentage d'une classe d'âge entrant à l'université : 81 % (contre, 54 % environ en France sans compter les CPGE, les IUT/BTS et autres formations non universitaires) [Chiffre Unesco, 2001-2002]

- Nombre de téléviseurs pour mille habitants (en 2003) : 938

- Livres publiés (titres) (en 2006) : 150 000 (dont seulement 1 500 environ en traduction soit près de 1 %)

- Pratiques culturelles des Américains de plus de 18 ans en 200239 : 40 % ont fait une sortie culturelle dans l'année (hors cinéma : foire, concert de rock, artisanat)

- 3 % sont allés à l'opéra

- 12 % sont allés au théâtre (hors comédie musicale)

- 11 % sont allés à un concert de jazz

- 27 % ont fréquenté un musée d'art

 

Bon… on peut zapper et retourner à une investigation plus nuancée et plus balancée de la société américaine, vue du côté du Grand Ouest ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Voyage
commenter cet article

commentaires

L'enfoiré 06/09/2013 11:59


J'ai déjà répondu sur l'autre antenne.


J'ai le privilège d'être extérieur à la dispute de concepts entre France et Amérique.


Le rêve américain existe-t-il encore?


Ben j'y ai répondu


http://vanrinsg.hautetfort.com/archive/2012/03/16/le-reve-americain-vit-encore.html

christian 06/09/2013 03:18


... Et eux nous traitent de " trouillards, lâches et arrogants" ! L'incompréhension est loin d'être terminée entre les deux pays les plus gros donneurs de lecçons de la planète. On pourrait
ajouter à ta liste l'lélection d'un Obama après celle désatreuse de G.W. Bush. Verra-t-on un jour un homme de couleur à la tête de notre république ? Sans parler de la possibilité de trouver
prochainement une femme à la tête de ce pays... Face à notre somnolence, voire notre immobilisme, l'énergie de cette nation est stimulante et je partage le respect que tu as pour son apport de
civilisation. Du côté "obscur de la force" je placerai le narcissisme qui nous envahit et qui est largement américain. L'indigence des valeurs de réussite : "Salut, je suis bill, je pèse X
millions de dollars" ! La soumission que redoutait tant D.Eisenhower, au lobby militaro-industriel qu'il avait crée pour la seconde guerre mondiale, et qui conditionne une large part de
l'économie. Une guerre est, hélas, une quasi obligation quinquennale.. Je n'ai jamais été sensible au rêve américain. J'ignore pourquoi. Peut-être trop matraqué dans ma jeunesse par les
productions américaines, comme beaucoup d'entre nous ! Mais je salue ton rappel pertinent. One of these days, I'll have to move my ass...

L'enfoiré 05/09/2013 17:53


Perso, je n'ai jamais senti une animosité de la part d'Américain envers la France.


Bien au contraire....

L'enfoiré 05/09/2013 17:52


Mais qu'est-ce qui fait gerber un Français dès qu'on prononce le mot "amérique" ou "américain"? C'est à peine s'ils ne s'étranglent pas en le prononçant.


Ont-ils une revanche à prendre?


La Fayette, ils ne reconnaissent plus?


L'Amérique, c'est quoi? Si ce n'est pas les migrants d'Europe, qu'on me le dise. C'est aussi notre histoire que l'on rejette en s'étranglant ainsi. 

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche