Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 16:50

Filippetti.jpgLe Midem est l’occasion de faire le point sur le marché de la musique, la ministre de la culture en est l’invitée et le témoin obligé dont la parole est très écoutée et particulièrement décryptée en ces temps troublés du numérique. Tout cela sous couvert des travaux de la mission Lescure devenue l’Alpha et l’Omega de toutes évolutions législatives et réglementaire. Les acteurs d’Internet sont aussi de passage directement ou indirectement, Google, dont le chiffre d’affaire a dépassé en 2012 les 40 milliards de dollars, a été sollicité par les producteurs phonographiques.

 

Un constat alarmant qui perdure pour la musique.

Cannes, c’est le moment de faire ses comptes et le Syndicat national des éditions phonographiques (SNEP) ne rate pas l’occasion de dresser un constat sévère de sa situation. 2012, c’est 10 années de baisses consécutives des revenus de la musique : -4,4% pour les ventes de gros (589,7 M€) et –8 % pour les ventes de détail (749 M€). A l’autre bout de la chaine le téléchargement et le streaming sont en hausse de +13% à 125 M€. Mais si pour la première fois les ventes en ligne font plus que compenser les pertes du marché physique, les producteurs sur une tendance baissière de dix années n’y retrouvent pas leur compte. Les représentants du SNEP continuent donc à afficher leurs mines déconfites dans les allées du Midem.

 

Aurélie Filippetti.

La ministre de la culture a profité de l’occasion pour faire quelques annonces, tout en se défaussant pour l’essentiel sur les rendus à venir de la mission Lescure. Néanmoins elle a annoncé la mise en place au sein de son ministère d’une « mission Musique », transversale aux deux grandes directions que sont celle de Michel Orier de la création artistique et de Laurence Franceschini des médias et industries culturelles. Le sujet porte sur la suite à donner au défunt Centre National de la Musique (CNM) dont la Ministre a tenu à rappeler que s’il avait été créé, elle aurait sur les bras un établissement public de plus et surtout sans budget de fonctionnement. Il convient, malgré tout, de tirer profit d’une partie des enseignements de la mission Didier Selles sur le CNM semble-t-il....

 

Par ailleurs, elle a rappelé que la renégociation de la taxe sur les services de télévisions (TST) finançant le cinéma est toujours sur la sellette à Bruxelles. Et que par la même, la possibilité de l’étendre au bénéfice de la musique se trouve stoppée.

 

Des professionnels sur leurs défensives.

Face aux propos de la Ministre, les professionnels du disque restent vent debout pour défendre l’HADOPI et sa mission civilisatrice de défense du droit d’auteur. Le SNEP défend bec et ongle la stratégie de la riposte graduée tout en restant vigilant sur les retombées très attendues de la mission Lescure le moment venu. Pour occuper l’attente, ils se sont manifestés bruyamment auprès de la ministre afin d’exiger une contribution des géants du Net (Google etc..) à la filière musicale, en compensation de la « valeur » qu’ils auraient captée à leur profit.

 

Dernière nouveauté qui aurait trouvée appui auprès de la Sacem, remplacer la procédure actuelle Hadopi par une amende directe de 140€. Il se murmure, ici et là, que la mission Lescure pourrait bien prendre à son compte cette dernière proposition.

 

La mission Lescure.

Pas de signal particulier, ni de fuites conséquentes, la mission a achevé fin décembre ses auditions. Elle est rentrée en conclave pour délibérer et rédiger son rapport. « La redéfinition des instruments de l’exception culturelle à l’ère numérique, » c’est pour fin mars au mieux, avril, voir mai au pire. Donc tout projet de loi sur le sujet ne saurait arriver sur le bureau du parlement avant la fin de l’année. En attendant le ministère de la culture s’abrite au mieux de la tempête en attendant ce qui va sortir du chapeau de Lescure et de ses collaborateurs.

 

pellerin.jpgFleur Pellerin.

La ministre en charge du numérique, Fleur Pellerin, a croisé Aurèlie Filippetti dans les allées du Midem où elle a été un peu plus loquace sur le sujet. "Nous sommes en train d'évoluer vers des modèles plus stables, plus fiables, qui vont redonner de la valeur aux contenus, que ce soit la musique, le cinéma, la BD » a-t-elle déclaré au journal le Monde, « Il nous appartient de trouver des outils qui monétisent les contenus. Ainsi, il est important de travailler sur tout le domaine de la relation au public, au marketing et aux liens avec les fans."

 

Elle a affirmé haut et fort la nécessité d’aider et d’accompagner le secteur de la musique vers sa transformation plutôt que de la cantonner dans une sphère de subventions.

 

Elle a insisté sur la chaine de valeur et ses effets : "Avec le développement du numérique, s'est produit une déformation de la captation de la valeur, au détriment des créateurs de contenu".  Elle a affirmé la nécessité de préserver l’écosystème de la création et que plutôt de chercher à imposer une nouvelle taxe à Google, il vaudrait mieux l’amener à payer ses impôts en France. Le rapport Colin et Collin sur la fiscalité dans le numérique émet des suggestions en la matière : « Taxer la ressource essentielle de l’économie numérique, les données utilisateurs. »

 

Mais rien n’est encore arrêté, Fleur Pellerin a indiqué que les conclusions du rapport serait soumis au nouveau Conseil national du Numérique.

 

Le sujet Création et numérique continue donc, comme aux beaux jours de la campagne de François Hollande, à balancer entre ces deux égéries que sont Fleur Pellerin et Aurélie Filippetti et entre le ministère de la culture et celui de l’industrie. Rien de nouveau sous le soleil en attendant l’été…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Christian Blind 30/01/2013 08:27


Perso, je ferais un peu plus confiance à Fleur Pellerin qu'à Aurélien Filipetti sur la question. 


Par contre, les modalités d'une amende de 140€ pour... Euh "négligence caractérisée" vont poser quelques problèmes. L'amende, elle tombe de suite ? Sans moyen de contester ? La suprématie de
l'autorité Coup de bâton. Quand on pense que le piratage se résorbe, ça paraît absurde... 

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche