Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 16:34
 
 
imagesCA3H8B3SC’est une agitation extrême à l'UMP, laquelle n'en finit pas de payer les pots cassés laissés par Sarkozy...le sarkozysme aura mis fin au projet Chiraquien d'une droite unifiée...la vie politique française glisse inexorablement vers un retour en arrière, du temps du vieux parti gaulliste et de l'UDF .... Sauf qu'aujourd'hui, il existe un Front national de plus en plus puissant.... Fillon ne réfléchit pas beaucoup et il ne regarde que le bout de ses chaussures....
 
Jacques Chirac, jeune premier ministre de Valéry Giscard d’Estain, auquel il avait fait la courte échelle pour accéder à l’Elysée, avait compris qu’il fallait moderniser la vie politique française en unifiant la droite. Jacques Chaban Delmas, encore auréolé de son aura de gaulliste progressiste que Georges Pompidou avait écarté du pouvoir, était son seul rival, rival vieillissant, peu habile à la manœuvre. L’élection présidentielle de 1974 lui ouvrait en grand les portes du pouvoir. Chirac dégomma littéralement ce pauvre Chaban Delmas en emportant avec lui 39 parlementaires et quatre ministres gaullistes pour soutenir le jeune et avenant Giscard d’Estaing dès le 1er tour. Il mène cette opération avec le pilotage de deux stratèges hors pair Pierre Juillet et Marie-Françoise Garaud.
 
Le premier étage de la fusée étant monté, très vite, il comprit la nécessité de paralyser tout ce que pouvait incarner Giscard d’Estaing comme modernité et réformisme. Avec la participation active des deux mêmes conseillers, il rompt dès le 26 juillet 1976 en remettant sa démission. La création du RPR à la mesure de son ambition est en marche. Il passera même par la case trahison, en coulant la deuxième candidature de Valery Giscard d’Estaing et en favorisant l’élection de François Mitterrand.
 
Il ne se doutait pas qu’il lui faudrait encore attendre 14 ans, à savoir deux mandats de François Mitterrand avec une incursion le temps de la cohabitation de 1986 à 1988. Il consacrera cette longue période à faire de la ville de Paris son fief et à recomposer la droite bien au-delà du simple RPR. Une fois élu Président (1995- 2007) de la République il va peaufiner son projet, comme socle de son pouvoir. Le gouvernement Raffarin sera l’apogée de cette recomposition de la droite sur le modèle anglo-saxon.
 
L’apparition d’un clone en la personne de Nicolas Sarkozy, tout aussi assoiffé de pouvoir et bien déterminé, va bouleverser complétement ses projets. Peu à peu, sans pouvoir s’opposer à la montée inexorable de Sarkozy, l’UMP qu’il a consacré en 2002, lui échappe.
 
Passons sur les 5 années de Nicolas Sarkozy où celui-ci s’évertue à faire perdre toutes les élections, y compris celle du Sénat, à son camp. L’élection de François Hollande plonge l’UMP dans une crise sans précédent. La campagne très à droite et le flirt avec l’électorat entamé dès la dernière ligne de la campagne par Sarkozy a semé le venin au cœur même du vieux parti gaulliste. Les alliés de fraiche date, finalement, en provenance du centre ne pouvait à partir de 2012 laisser s’installer une telle dérive. Le premier affrontement Fillon/ Copé, violent, énorme, incompréhensible ouvre en grand cette fracture entre une droite prête à tous les compromis avec la nouvelle extrême droite incarnée par Marine Le Pen et les républicains de droite fermement opposé à toute alliance.
 
Certes Fillon, par ses derniers propos ne fait pas preuve d’une grande clairvoyance politique, l’ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy démontre là ses propres limites intellectuelles et politiques. A trop regarder le bout de ses chaussures, il est en train de se prendre les pieds dans le tapis. Mais ce faisant, c’est toute la droite qu’il entraine dans sa chute.
 
Et dire que ces hommes là se réfèrent encore au général de gaulle ! Le retour vers le passé est en marche, les familles éparpillées du centrisme sont rentrées en grande discussion. Elles ont une terrible faiblesse, l’absence d’un leader de la dimension d’un Giscard d’Estaing, ce n’est pas un Borloo, un Raffarin ou même un  Bayrou qui peuvent incarner une grande espérance et une alternance politique crédible..
 
Chirac avait compris que la seule manière de barrer la route au Front national était l’unification de la droite et du centre. Dans le monde où il habite désormais et où il ne peut malheureusement, ni entendre ni comprendre grand-chose, il serait effaré de la bêtise avec laquelle ses anciens lieutenants sont en train de faire un boulevard à Marine le Pen. Lui l’homme, le président le mieux élu de la Ve république avec 82,21% des suffrages exprimés, qui au-delà de la droite et du centre avait rallié les voix de la gauche pour faire barrage au danger fasciste de la famille le Pen.
 
Pendant ce temps-là, dans le marigot politique de la droite t du centre barbotent toute une série de petits bébés nés il y a peu sous le sarkozisme, prêts à tout pour faire la peau à leur ancien mentor.
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche