Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 17:38

europe.jpgOutre les traditionnelles poussées indépendantistes qui secouent régulièrement l’Europe et la France, il y en a cinq qui posent aujourd’hui problème, tant elles sortent du folklore habituel pour prendre un tour offensif et soutenu électoralement par les populations. Que peut en faire l’Europe ?

 

Les deux dernières en date nous viennent d’Espagne. En octobre c’est la coalition des partis indépendantistes de gauche qui s’est installée comme deuxième force politique au Pays Basque espagnol, juste derrière le Parti nationaliste basque de droite. En novembre c’était à la Catalogne de faire des siennes, le parti indépendantiste de gauche (ERC) a doublé ses effectifs au parlement régional en se positionnant comme deuxième force politique régionale. C’est Artur Mas le président du gouvernement qui a organisé une telle consultation, juste après l’incroyable manifestation du 11 septembre 2012 qui a rassemblé des centaines de milliers de catalans dans les rues des principales villes.

 

A la même période, c’est en Belgique que s’est allumé un autre foyer de contestation. Le parti indépendantiste de Bart de Wever (Nouvelle alliance flamande) a emporté l’élection municipale d’Anvers, ce qui laisse présager de futurs scrutins prometteurs pour ces partisans acharnés de l’indépendance de leur région face à la Wallonie.

 

C’est en 2014 que les écossais vont se prononcer à l’occasion d’un référendum sur leur indépendance. C’est David Cameron, le Premier ministre qui ouvert la boite de Pandore en signant avec Alex Salmond (le leader indépendantiste écossais) un protocole pour autoriser cette consultation.  C’est le Scottish National Party qui est à l’avant-garde de cette tentation indépendantiste qui séduit un nombre important électeurs écossais, tout en inquiétant une toute aussi importante partie de l’opinion qui ne voit pas bien comment l’Ecosse pourrait survivre sans l’argent de Londres.

 

Cette union avec le Royaume Uni date de seulement 1707. La spécificité écossaise ne peut être contestée : l’accent, la musique, la gastronomie, les paysages, l’histoire et les 117 km de mur érigé par l’empereur romain Hadrien au nord de l’Angleterre en l’an 122 sont là pour le rappeler. Enfin l’église d’écosse est séparée de celle d’Angleterre.  Mais économiquement les faits sont là, alors que l’Ecosse lève 50 milliards d’euros en 2010, elle en reçoit 74 milliards de Londres. L’indépendance a donc un prix. Mais le leader nationaliste Alex Salmond rappelle que ce compte présente par le 10 Downing Street occulte les revenus de pétrole de la mer du Nord qui devrait pourtant relever de l’Ecosse. La question du partage des eaux territoriales risque d’être épineuse.

 

Mais rassurons nous à ce jour les sondages ne donnent qu’un tiers des voix aux séparatistes alors que les indépendantistes ont remporté une victoire historique en 2011, la majorité des sièges au Parlement écossais. Cette victoire ils la doivent surtout à l’extraordinaire charisme de leur leader Alex Salmond.

 

Enfin l’Italie n’est pas épargnée par ce mouvement avec La ligue du nord qui prône la création d’une Eurorégion du nord autour d’un nouveau concept géographique la Padanie (inventée dans les années 1990). Umberto Bossi leader de ce parti régionaliste lançait comme un défi : « L’Italie ne compte pas ! » C’est bien d’une partition du pays entre le sud et le Nord dont il s’agit.

 

Que peut faire l’Europe ?

Ces régions bénéficient déjà d’importantes marges de manœuvres. Sont-elles en mesure d’aller plus, loin ? Les enquêtes d’opinion donnent des résultats négatifs, hormis la Catalogne où depuis peu des sondages donnent jusqu’à 54,8% d’opinions favorables.

La Catalogne et l’Ecosse proclament haut et fort leur volonté de rester membres de l’Europe.

Pour l’instant Monsieur Barosso est resté on ne peut plus vague à l’évocation de ces éventualités. Mais en tout état de cause une future adhésion d’une Ecosse et d’une Catalogne libre et indépendante ne pourrait se faire qu’avec l’assentiment de tous les états membres. On imagine ce que pourrait être les positions de l’Espagne et du Royaume Uni face à une telle alternative. Comment de telle manœuvre pourraient être perçue à un moment où les initiatives de toute part concourent à une unification encore plus forte de l’Europe. ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

st.bernate 13/01/2013 14:03


Il est vraiment dommage que toutes les conclusions sur l'esprit séparatiste de certaines régions d'europe, soit toujours médiatiser dans l'esprit de la politique actuelle... "comment
rester dans l'europe et être indépendantiste?" ou "ces régions (souvent les plus riches de leur pays) qui payent pour les plus pauvres" ....etc....ce qui aménera encore et encore, à la
réglementation par la lois des marchés, puis les politiciens créant des lois pour ces financiers qui imposeront encore leur conditions de rentabilité, detenant les cours de la matière
première, la régulations des marchés et les aboutissants politiques et religieux.


Pourtant, nous constaterons que les Régions indépendantistes veulent rester dans l'europe.... mais c'est obligé!!!nous sommes européens, sur le continent europe! le problème sont le
consentement par les lois de Bruxelles "accepterons t-ils la proclamation de Region Indépendantiste ??" ...allez encore 20 ans d'attente avec la finalité d'un enfumage pour le
peuple...maintenant nous avons du passé comme repaire... fausse inflation par le biais de l'euro, fracture économique entre états pour le bien être de quelques institutions bancaires, subvention
avalé par l'etat, corruption et détournement par les services publics ...stop!! la liste est trop longue... suffit de constater l'essor des devises dans les paradis fiscaux, et les évasions
fiscales et le résumé de nos économies devient plus clair...Alors un grand Etat-nation européen??? Non, pas possible, pas avec l'Argent-Roi centralisé, et puis trop d'identité, de
multicultures....et là est la force de l'europe!! elle est dans le coeur des européens,.. la réussite européenne est là!! mais notre seul espoir de Régions Indépendantistes est d'occulter toute
emprise de fonctionnaires de Bruxelles, une Région autonome dans sa finance, chacun avec son idendité proclamée? Que des avantages ! mais, que si Bruxelles, au nom de l'europe des
Régions, ne confére que les relations internationales, et proclame par les votes des Régions, les décisions par l'éxécutif. Certes fastidieux à mettre en place...mais trés
constructif, et surtout la possibilité de voir naître de vrais projets d'avenir, environnementaux, une europe de 40-50 regions autonomes deviendrai imprenable par les tenants d'une économie de
marché mondialisé. Des Régions pouvant importer-exporter . Le marché pourrai s'ouvrir pour une Région Autonome qui saurait gérer son autarcie financière et agricole avec des projets
constructifs et un peuple unie, confiant et motivé....mais au fait , c'est peut-être celà que ne veulent pas voir nos dirigeants.

Jean Pelletier 14/01/2013 11:24



Je pense qu'il faut garder l'espoir d'une Europe qui fédére les peuples, les protège et assure leur prospérité.



christian 29/12/2012 05:24


Je pense que c'est une tendance mondiale. C'est, au fond le problème de l'efficacité de l'état qui est posé. Partout, et dans tous les domaines, ses succès sont très relatifs ( et c'est
charitable ! ). Est-ce dangereux ? Si on reste sur le modèle statique actuel, bien sûr. Si on commence à faire de la politique, de la vraie, c'est peut-être souhaitable... On a besoin, d'une part
d'un pouvoir politique plus large, au niveau de l'europe par exemple, et d'autre part de moyens d'actions plus réactifs à l'échelle des régions.


Que viennent faire 348 sénateurs en France, quand les états-unis, 5 fois plus nombreux que nous n'en ont besoin que de 100 ? etc.. etc.. Gaspillage et inertie entretiennent les vélléités
d'indépendance. C'est grave, mais c'est normal, c'est souvent pour certains le seul moyen de faire bouger les choses.

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche