Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 14:25

401612.jpgA presqu’une semaine du premier tour la campagne connait un tournant décisif. Il faudra encore attendre la grande journée de meeting dimanche pour en mesurer l’impact en mobilisation et surtout sur les intentions de vote. La première semaine de la campagne officielle a permis aux petits candidats de se faire entendre à égalité avec les plus grands sans beaucoup de conséquence sur leurs intentions de vote.

 

 

 

François Hollande reprend la place de leader au 1er tour et distance Nicolas

Sarkozy au 2d tour.

 

Depuis hier tous les instituts sont concordants et marquent une nette progression du candidat socialiste qui reprend le leadership au 1er tour et distance fortement le président sortant au 2d tour. Quels en sont les raisons ? Il faut bien acter, que la posture adoptée par François Hollande, qui consiste à ne pas changer d’un iota sa stratégie : rester impavide face aux insultes des uns et des autres, développer et répéter son programme, porte enfin ses fruits. Un même ton, une même autorité et une volonté sans faille, voilà son crédo. Et c’est efficace, tout ceux qui le traitaient de capitaine de pédalo ou de Flamby , et même de gauche molle en sont pour leur frais. Attendons le 22 avril pour confirmation, mais les conditions d’un succès sont au rendez-vous.

De son côté Nicolas Sarkozy a marqué une succession de mauvais points, sa défaite annoncée a fini par lui peser sur le moral, il a perdu de son énergie et de sa rage. Il fait petite figure et sombre mine, ce qui n’est guère encourageant pour attirer et mobiliser son électorat. Enfon on ne peut pas dire que l’ensemble de sa droite se soit fortement mobilisée, y compris ses propres ministres. Ce ne sont que de petites phrases lâchées ici et là, juste pour dire au Président : voyez je vous soutiens ; mais il n’y a ni stratégie, ni élan, ni surtout clarté. Tout à l’opposé de François Hollande qui lui, affiche détermination, vérité et évidence.

Jean-Luc Mélenchon prend place définitivement en 3ième position.

 

Nul ne peut lui contester qu’il a fait une campagne de grande qualité et les résultats sont au rendez-vous. De 7 à 8 % dans les sondages il y a deux mois, il flirte avec les 16/17 % aujourd’hui. Il a définitivement distancé deux de ses chalangers pour la troisième place : Marine le Pen et François Bayrou. Il peut encore craindre une surprise du côté de la candidate du Front National, dont les instituts de sondage ne savent pas toujours prévoir avec exactitude son impact réel sur l’électorat.

Jean-Luc Mélenchon a su « donner de la voix » et faire entendre une parole visiblement très attendue par une partie des français. Il a su surtout prendre des voix au Front National et sans doute aux abstentionnistes pour porter le total des voix de gauche de 40 % il y a deux mois à 47 % dans le dernier sondage de BVA. Niveau déterminant pour assurer à François Hollande et à la gauche toute entière une victoire définitive au second tour, sans pour autant fragiliser la présence à ce même second tour du candidat socialiste.

Reste à savoir comment il fera fructifier ce capital. Le Front de Gauche risque de voler en éclats au moment de la composition du gouvernement de François Hollande. Certains iront sûrement au gouvernement, particulièrement les communistes, ce qui fragilisera la dynamique du mouvement et posera un sérieux problème au moment des législatives.

 

François Bayrou ne réussit pas son pari.

 

Il est le grand perdant de cette première partie de la campagne. Il ne réussit même pas à répéter son exploit de 2007. Conclusion, la troisième voie qu’il pensait incarner n’a pas sa place dans le paysage politique français. Ni de gauche, ni de droite, n’ont décidemment pas de sens et ne sont pas audibles par les français. En dessous de 10 % il ne sera pas, pas plus qu’en 2007, en position de créer un grand courant politique et présenter des candidats aux législatives en mesure de se faire élire dans cette double opposition à la droite et à la gauche. Il ne peut que monnayer son score autour de 10 % en se portant au secours de Nicolas Sarkozy. Ne dit-il pas partout que s’il se sent affectivement proche de Hollande, il l’est programmatiquement plus de Sarkozy. Un refus de consigne lui assurerait une mort politique définitive. Ce sont les dures lois de la vie politique française, durcie par le socle de nos institutions : l’élection du président de la république au suffrage universel à deux tours et les élections législatives au scrutin majoritaire à deux tours.

 

Le taux d’abstention reste incertain et peut poser problème.

 

La plupart des observateurs politiques s’accordent à considérer que le risque d’un taux d’abstention élevé, voir record, est réel. Les instituts de sondage ne sont pas en mesure de la quantifier très exactement. Pourtant elle est la variable d’ajustement qui pourrait, le risque est faible au regard de l’importance de l’écart au 2d tour entre Hollande et Sarkozy, changer la donne.

La position de l’ultra favori occupée par François Hollande pourrait se révéler handicapante au second tour, favorisant une abstention de ses électeurs sur le thème ce n’est plus la peine de se déplacer. Faisons le pari que François Hollande va mener une campagne d’entre les deux tours fortement axée sur l’appel aux urnes et le combat contre l’abstention. La victoire n’est jamais acquise tant que les urnes ne se sont pas prononcées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche