Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 15:51

François Hollande est à la croisée des chemins : celle qui relie son destin à celui du Parti Socialiste. On a beaucoup écrit depuis ses
dernières 48 heures sur son parcours. Le plus singulier est sans aucun doute la décision qu’il a prise il ya un peu moins de trois ans, à la lumière de ce qu’il avait vécu au cours de la dernière
décennie, celle de se lancer à la conquête de la Présidence et donc de la candidature à la candidature.


Lui, qui n’avait pas su ou plus vraisemblablement pas pu se déclarer pour 2007, s’est lancé dans l’aventure avec une grande fermeté et une
courageuse constance. Alors que ces détracteurs ne lui prêtent aucune de ses deux qualités, il s’est pourtant lancé dans l’aventure à un moment où la conjoncture ne lui était guère favorable.
Dominique Strauss Khan était déjà l’étoile montante et Ségolène du haut de ses 47% à la dernière présidentielle était en droit de les faire valoir.


Il a sillonné la France dans toute sa longueur, sa largeur et son épaisseur. Ses premières réunions ne rassemblaient guère plus que quelques
dizaines d’intéressés. Cela n’a pas arrêté son ardeur, il a multiplié les réunions de terrains et thématiques à la rencontre des paysans, des ouvriers et des chefs d’entreprises. En un mot il
s’est plongé ces deux dernières années dans un vrai bain de la France profonde.


Que l’on ne s’étonne donc pas de son actuel succès, ce n’est pas par hasard s’il a trouvé les mots justes et surtout la posture exacte :
celle de celui qui écoute et qui rassemble.


« Les bébés Mitterrand » sont nombreux, la compétition était donc ouverte, il s’est même trouvé au deuxième tour face à face avec la
fille de son mentor en politique Jacques Delors. Il faut bien s’accorder que l’offre politique à ce moment là était quasi nulle entre les deux prétendants, c’est bien la posture qui a fait la
différence et non pas le fond. Nombreux sont les électeurs du premier tour qui ne se sont pas présentés au deuxième pour cette raison là, mais nombreux sont aussi ceux qui ne se sont réveillés que pour le deuxième
tour et sont allés majoritairement soutenir François Hollande.


Il n’est pas besoin de passer un doctorat en sciences politiques pour savoir comment s’y prendre à l’élection présidentielle, au premier tour
on rassemble « sa gauche » et au deuxième on élargit tout en mobilisant le ban et l’arrière ban de la gauche et du centre. Curieusement Lionel Jospin ne l’avait pas bien compris lui qui
se déclarant candidat avait dit « je en suis pas le candidat des socialistes » dès le premier tour, on sait ce qu’il en est advenu


L’avènement heureux de la « primaire de la gauche » ne pouvait pas faire l’impasse sur cette dimension là. Et seul François Hollande
a su l’intégrer et la faire valoir avec habilité.


Enfin notons que s’il a beaucoup appris de François Mitterrand, tout en n’ayant jamais été un de ses familiers, il en a pris aussi
l’extraordinaire talent d’orateur, le geste et le verbe. Prenons le pari que cette campagne, dont certain dimanche faisait déjà un parallélisme avec celle de 1981, retrouvera en effet les mêmes
chemins avec, espérons l’expérience en plus : ne promettre que ce que l’on pourra tenir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean pelletier - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche