Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 17:10

Ce second tour, qui semble-t-il, a ravi une bonne partie des observateurs politiques pour ce qu’il recélait de nouveautés et de ruptures, avec en particulier l’élimination des deux grands partis de gouvernement, est en fait un piège qui risque de se révéler mortel. Emmanuel Macron a-t-il conscience que, bien arrivé en tête, pour autant une partie de ses électeurs de premier tour l’on fait plus par calcul politique afin de la placer en tête au premier tour afin d’éviter un second tour calamiteux Fillon/Le Pen ? De fait, c’est une toute petite minorité de Français qui a adhéré à son programme politique.

Je ne dis pas cela pour le diminuer, ni même encore le discréditer, mais seulement parce qu’il devient nécessaire de remettre de l’ordre dans l’actuel débat politique particulièrement confus. Plutôt qu’un ordre politique nouveau en devenir, je dirai que c’est un désordre absolu qui s’installe et qui n’est pas rassurant pour l’avenir de notre démocratie.

J’entends Emmanuel Macron dire qu’il ne changera pas un iota à son programme, que « les Français l’ont choisi », non… une infime partie seulement adhère à sa personne et à son programme.

Et à l’heure de ce second tour où il faut impérativement faire barrage au FN pour nous éviter un désastre national, il nous faut voter Emmanuel Macron. Les sondages donnent à cette heure environ 60 /40 en faveur d’Emmanuel Macron. Mais si cela se confirme dimanche soir, le président élu Emmanuel Macron va-t-il là encore considérer que c’est une large majorité que les Français lui auront accordée, à lui et à son programme ?

Non, il n’est pas besoin d’être politologue pour comprendre cette difficulté à laquelle le futur président va se heurter, car une large majorité de ses électeurs seront prêts à manifester contre ses projets au premier jour de sa présidence. Et l’annonce réitérée de son intention de réformer tout de suite par voie d’ordonnances (encore faut-il qu’il ait une majorité à l’assemblée pour l’y autoriser) le Code du travail pendant l’été va entamer instantanément son autorité.

Le risque est grand de voir un Emmanuel Macron élu et descendre dans les sondages en se « hollandisant » à une vitesse grand V.

Ensuite très vite, les législatives vont refléter ce désordre ambiant, Mélenchon va poursuivre son entreprise de destruction du Parti socialiste sans pour autant en tirer le moindre profit politique en termes de majorité au parlement, comme au présidentielle, il assurera dans un grand nombre de circonscriptions l’élimination des candidats de gauche. Enfin la loi électorale aux législatives, autorise au second tour la présence de trois, voir quatre candidats qui peuvent se maintenir s’ils ont obtenu le nombre de suffrages rapporté aux inscrits suffisants (à savoir 12,5 %)… celui qui a obtenu le plus de voix est élu.

Sur cette base le désistement républicain (entre candidats de gauche) peut se faire, dans le climat de haine actuel on voit bien qu’à gauche cela risque d’être terrible. Là où le risque d’une élection d’un député FN est forte, la gauche a l’habitude de laisser la place au candidat de droite s’il est mieux placé (CF aux régionales dans le Nord et en en PACA), par contre la réciproque est rarement vraie de la part de la droite en faveur de la gauche.

Bref de cet état de désordre, il semble bien que les candidats FN soient en meilleure position de se faire élire que les candidats de gauche, de droite ou d’En Marche…

La recomposition du paysage politique risque bien plus de ressembler à un état de décomposition…

Il faudra nommer clairement les responsables, les dirigeants du PS et des Insoumis qui ont raté l’occasion historique d’être largement en tête de cette présidentielle au premier tour et qui ont préféré leurs misérables petits calculs personnels à l’intérêt général. Les leaders de la droite qui ont été incapables de virer leur candidat corrompu Fillon à temps et qui sont allés délibérément droit dans le mur et dans l’indignité absolue.

C’est une terrible erreur de dire que dans cette élection les Français ont voulu éliminer les deux grands partis de gouvernements… voyons ce sont les dirigeants de ces deux partis qui ont sciemment créé les conditions de leur échec et de leur élimination.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche