Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 11:34
Michel Rocard.

Sa disparition a entrainé de multiples hommages de tout bord, chacun y allant de ses souvenirs et de son héritage… Moi je me souviens tout simplement comment le hasard tissa des liens tout doucement vers lui, d’abord mécaniquement, puis en symbiose avec les idées qu’il portait avec tant de force et de courage.

Tout a commencé par la fin de mes études à Sciences Po. J’avais un professeur d’économie peu connu à l’époque (le Prix Nimier en 1977 avec La vie comme à Lausanne), Erik Arnoult qui allait devenir célèbre sous le pseudonyme d’Erik Orsenna. Je cherchais ma voix entre écriture et carrière professionnelle. La mort de Jean-Paul Sartre scella mon destin. Habitant Nancy, je n’ai pu me rendre à son enterrement.

Le 19 avril 1980, ce sont plus de 50 000 personnes qui suivirent sa dépouille dans les rues de Paris jusqu’au cimetière du Montparnasse

Mon meilleur ami, nous étions inséparables à Sciences Po, Pierre s’y rendit et les hasards du cortège firent qu’il tomba nez à nez avec Erik Arnoult. Ce dernier lui demanda instinctivement de mes nouvelles. À l’énoncé de mes projets d’écriture, il lui demanda de me transmettre le message suivant : « Je suis aussi éditeur… qu’il vienne me voir ». Aussitôt dit aussitôt fait.

Si le rendez-vous ne déboucha pas sur une édition, il me propulsa comme assistant parlementaire d’Edgard Pisani… une chance disait-il… Oui, une opportunité qui a changé le cours de ma vie de manière radicale et décisive.

Jamais l’expression prendre le train en marche ne fut aussi vraie, c’est en gare de Nancy que le rendez-vous eut lieu. Edgard Pisani était alors député européen, je le rejoignais dans le train en direction de Strasbourg. C’était alors une légende en politique. Jeune résistant, il fut aussi un des plus jeunes préfets de la république, ancien ministre de l’Agriculture du général de Gaulle, il prit ses distances avec le mouvement gaulliste sur la question des ordonnances du gouvernement Pompidou, en mai 68 il soutient les étudiants et prononce un discours devenu célèbre à l’Assemblée nationale. Puis en 1974 il rejoint le Parti socialiste.

En rejoignant Edgard Pisani, je rejoignais en fait Michel Rocard. Ce dernier envisageait de concourir à la présidentielle de 1981 contre Giscard et… Mitterrand. Enfant chéri des sondages, il envisageait très sérieusement cette opportunité, au point de mettre en place un dispositif pré présidentiel, dont je fis partie par l’entremise de Pisani. Il possédait un des plus beaux carnets d’adresses de la république, fournis par les hauts fonctionnaires les plus en vue du moment. Dans le dispositif de campagne de Michel Rocard, Edgard Pisani pris la responsabilité des études, à savoir de constituer des groupes de travail thématiques qui réunirait les meilleurs et je fus désigné comme le permanent de ce dispositif chargé de l’organisation, de réunir ces groupes thématiques et de contribuer au compte rendu de leurs travaux. Michel Rocard assistant aux réunions de synthèse qui se tenait rue de l’Université.

Le plus beau linge de la république s’est joint à ces groupes de travail et la plupart eurent des destinées remarquables.

Le dispositif prit place rue de l’Ecole de Médecine, au-dessus du Cinema Racine, grâce à la générosité et au soutien de Marin Karmitz, propriétaire du cinéma et du bâtiment.

La petite porte à droite du cinéma a été empruntée par nombre de personnages illustres, depuis, de la république.

Nous avions des bureaux et une belle salle de réunion. Catherine Larget prit la responsabilité du secrétariat à mes côtés et nous embauchâmes, vers la fin, pour faire face au travail important qui s’était mis en place à une toute jeune secrétaire Laurence.

Et ce fut le va-et-vient entre la rue de l’école de Médecine et la rue de l’Université où Michel Rocard avait ses bureaux et son état-major, Christian Blanc comme directeur de cabinet, Jean-Paul Ciret en charge de la communication et Scarlett Courvoisier comme assistante de Michel Rocard qui faisait vivre cette maison de l’espoir avec beaucoup d’autorité de charme et d’humour.

Quelqu’un a dit de Rocard qu’il avait de l’humour et que c’était rare en politique. Oui, je me souviens de cette période qui a précédé mai 1981 comme une formidable machine bourrée d’énergie, mais aussi d’humour.

Cette année a été une des plus belles de ma vie professionnelle. Outre l’organisation générale je participais à titre d’expert au groupe éducation et au groupe culture.

C’était Claude Alphandery qui avait hérité de la responsabilité du groupe éducation. Il souhaita qu’il reste restreint en formation permanente et que nous auditionnions des experts auxquels, parfois, nous demandions une note, un dossier, des fiches de lecture. C’est dans ce groupe que je fis la connaissance de Suzanne Citron et de Michèle Sellier.

Claude Alphandery a été un grand résistant, proche du Parti communiste, il rejoignit Michel Rocard en 1976, il fit carrière comme banquier et économiste, il contribua à soutenir l’économie sociale et encore aujourd’hui, il plaide pour une économie plus humaine, en mars 2012 il participe au Collectif Roosevelt qui propose un New Deal à la française. Il a publié en 2015 un très beau livre, en forme de testament Une famille engagée : secrets et transmission aux éditions Odile Jacob

Suzanne Citron, née la même année que lui en 1922, était déjà en 1980 une universitaire de grand renom qui c’était fait connaître par un ouvrage remarquable L’école bloquée aux éditions Bordas, elle faisait aussi régulièrement des tribunes percutantes dans le journal le Monde.

Michelle Sellier, universitaire, qui avait été proche de François Mitterrand s’était rapprochée de Michel Rocard, elle en paya le prix en 1981 par une mise à l’écart de toutes les nominations jusqu’au moment où elle fut nommée en 1984 Rectrice de l’académie de Reims. Elle siégeait au conseil municipal d’Amiens et présidait la maison de la Culture d’Amiens.

Outre des liens de travail, nous nouâmes des liens d’amitié qui servirent une profonde réflexion sur ce que devrait être une politique d’éducation de gauche. Edgard Pisani rêvait du poste de ministre de l’Éducation, il en fut autrement Mitterrand lui fit payer, à lui aussi, sa trahison et il n’obtint qu’un poste de commissaire à Bruxelles, avant d’être appelé par Michel Rocard pour gérer et mettre fin à la crise en Nouvelle-Calédonie. … Je ne peux m’empêcher de penser à ce qu’aurait pu être dans le 1er gouvernement de gauche en mai 1981 la présence d’Edgard Pisani rue de Grenelle, avec son poids politique, intellectuel et sa capacité incroyable à fédérer autour de lui les meilleurs.

Bernard Pingaud hérita du groupe culture avec Dominique Taddéi, député du Vaucluse et Jérôme Clément, nous précédâmes de la même manière.

Dominique Taddéi, universitaire, était adjoint à la mairie d’Avignon et député du Vaucluse, spécialiste des questions sur le temps de travail il s’est investit entièrement et pleinement dans ce groupe de travail sur la culture, qu’il connaissait si bien au travers du festival d’Avignon. Il a rejoint aujourd’hui le Forum de la gauche citoyenne.

Bernard Pingaud a été l’âme infatigable du programme culturel de Michel Rocard. Secrétaire des débats à l’Assemblée nationale (jusqu’en 1974), il fait une belle carrière d’écrivain et fonde en 1968 l’Union des écrivains.

Il jouera un rôle moteur auprès de Jack Lang, notamment pour la politique du livre et de la lecture. Il vit toujours à Collias où il s’est retiré et écrit toujours. Son dernier ouvrage est Vous, publié aux éditions du seuil en 2015.

Enfin, quant à Jérôme Clément il a dès 1981 rejoint Matignon où il a œuvré pour une nouvelle loi sur l’Audiovisuel puis accompagné la chaine Arte dont il fut un brillant président.

Les réunions avec Michel Rocard, lorsque nous jugions le travail satisfaisant se tenaient toujours chez lui, dans ses bureaux rue de l’Université. Quelle chance d’avoir pu être au cœur de ces travaux, Michel Rocard y apportait toujours une touche empreinte d’une très grande humanité, quoi qu’on en pense. Certes, il avait avant tout un point de vue d’économiste, il visait toujours le monde réel, mais il ne se refusait jamais l’utopie… comme levier des idées.

Ainsi avons-nous réinventé le monde pour accompagner Michel Rocard dans une aventure qui ne connut pas de fin heureuse.

Michel ne voulut pas se présenter contre Mitterrand il s’effaça et nous eûmes tous comme consigne de rejoindre et d’accompagner la campagne du premier secrétaire du PS.

C’est ce que je fis auprès de Nicole Questiaux, mais là c’est encore une autre histoire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Pelletier - dans politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jean pelletier
  • Le blog de Jean pelletier
  • : Pour suivre l'actualité politique, la défense de la propriété intellectuelle et suivre quelques conseils en gastronomie et en histoire
  • Contact

L'auteur

  • Jean Pelletier
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai   été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques.
Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook  et mon compte twitter
https://www.facebook.com/jean.pelletier
77https://twitter.com/jmpelletier
Bonne lecture.
  • Né en 1952, ancien élève de l’Institut d’études politique de Paris et titulaire d’une Maîtrise de Lettres , j'ai été Directeur des Relations Extérieures de l’ADAMI et professeur associé à l'université d'Evry . Je suis aujourd'hui à la retraite et je continue à enseigner. Ce blog est né d'une passion celle de l'écriture, liée à mon insatiable curiosité., d'où la diversité des rubriques. Vous pouvez vous abonner à ce blog ou me suivre sur ma page facebook et mon compte twitter https://www.facebook.com/jean.pelletier 77https://twitter.com/jmpelletier Bonne lecture.

Version anglaise

<a href= »http://fp.reverso.net/jmpelletier52-over-blog/4946/en/index.html« ><img src= »http://flavius.reverso.net/img/languages/code.png«  style= »float:left; padding-right:8px; » title= « anglais«  height= »15px ; » alt= »Reverso Localize » /></a>

Recherche